BRODSKI IOSSIF (1940-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre de Iossif Brodski a désormais pris sa dimension définitive. Le poète russe exilé aux États-Unis, qui fut en 1987 couronné par le prix Nobel de littérature, apparaît comme un des plus grands poètes de la seconde moitié du xxe siècle. À son œuvre poétique en russe est venu s'ajouter un important travail d'essayiste en anglais.

Une jeunesse à Leningrad

Iossif Brodski est né à Leningrad le 24 mai 1940, dans une famille juive assimilée de la classe moyenne. Très tôt il pratique « l'art de la distance » – refus du dressage et du discours vide dans « le pays le plus injuste du monde », en proie à l'« oppressante idiotie ». D'où un premier « acte libre » : quitter l'école pour vivre de petits travaux, tirant de ces errances une expérience immédiate de la Russie réelle, et un credo individualiste qui sera le sien toute sa vie.

Brodski affirme son appartenance à la « génération de 1956 », marquée par l'insurrection de Budapest, sans illusions sur l'idéologie, fascinée par un Occident réduit à des signes (jazz, cinéma), et pour qui la culture universelle est une urgence : « Ce fut la seule génération de Russes [...] pour qui Giotto et Mandelstam furent des impératifs plus vitaux que leur destin personnel. » Sur ce choix, le jeune Brodski engage sa vie et formule sa position esthétique et éthique. Il se mêle à la culture alternative de Leningrad, s'instruit en autodidacte, apprend l'anglais et le polonais, lit, traduit, écrit, récite ses vers que publie le samizdat, revue dactylographiée clandestine, cherche sa voix chez Marina Tsvétaïéva et chez un poète « poststalinien » des années 1950, Boris Sloutski. Il devient un familier d'Anna Akhmatova, qui l'encourage.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École nationale supérieure de Sèvres, maître de conférences honoraire à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  BRODSKI IOSSIF (1940-1996)  » est également traité dans :

EXIL LITTÉRATURES DE L'

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN
  •  • 3 320 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Exil et mémoire »  : […] Franchissons l'océan et touchons aux rives de la Méditerranée. Nous trouvons là une écriture qui entretient avec la langue française des rapports de fascination-répulsion. Au célèbre « la langue française est ma patrie » d'un Gabriel Audisio, entraînant avec lui la totalité des écrivains pieds-noirs – d'Elissa Rhaïs à Albert Memmi – farouchement i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-de-l-exil/#i_89302

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La parole du « souterrain » »  : […] À Leningrad se dessine un mouvement analogue, avec l’objectif explicite de renouer avec une tradition de haute poésie. Iossip Brodski (1940-1996) érige en référence Mandelstam, Akhmatova, Tsvetaieva. Alexandre Kouchner pratique une poésie intimiste néoacméiste. Trop tôt disparu, Leonid Aronzon (1939-1970) laisse une œuvre singulière, extatique et m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_89302

Voir aussi

Pour citer l’article

Hélène HENRY, « BRODSKI IOSSIF - (1940-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/iossif-brodski/