IONOSPHÈRE

Médias de l’article

Guglielmo Marconi

Guglielmo Marconi
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Formation d'une couche ionisée

Formation d'une couche ionisée
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Altitude

Altitude
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Distribution de la densité électronique

Distribution de la densité électronique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Tous les médias


L'ionosphère et les radiocommunications

Depuis la première liaison radioélectrique via l'ionosphère réalisée par Marconi, l'utilisation de cette technique de communication entre deux stations terrestres lointaines s'est développée. Elle conserve encore une certaine importance malgré la concurrence des liaisons par satellite. Le problème pour une liaison donnée est le choix de la fréquence de travail : trop élevée, l'onde ne sera pas réfléchie par l'ionosphère mais la traversera et sera perdue dans l'espace ; trop faible, l'absorption dans les basses couches (région D) devient prohibitive pour le bilan de liaison. D'où la nécessité de choisir au mieux la fréquence de la liaison et surtout de la modifier en fonction de l'état de l'ionosphère. Les fréquences utilisées, de l'ordre de quelques dizaines de mégahertz, sont plus faibles de nuit quand l'ionosphère est moins dense et plus élevées de jour pour minimiser l'absorption. Des services de prévision ionosphérique chargés de déterminer à l'avance l'état probable de l'ionosphère du point de vue de ses effets radioélectriques existent dans certains pays, dont la France.

Les liaisons satellite-sol s'effectuent à des fréquences plus élevées, de l'ordre de plusieurs centaines de mégahertz. Les effets de réfraction et de diffusion deviennent alors négligeables, et l'ionosphère peut être considérée comme transparente. À des fréquences basses, de l'ordre de la dizaine ou de la centaine de kilohertz, l'ionosphère se comporte également comme un réflecteur. La cavité comprise entre la Terre et l'ionosphère est équivalente à un guide d'onde sphérique (dont l'épaisseur est seulement de quelques longueurs d'onde). Ces propagations, caractérisées par une bonne stabilité de phase, sont utilisées pour transmettre des fréquences de référence ainsi que des signaux horaires.

Remarquons enfin que les émetteurs de radiodiffusion, aussi bien en ondes courtes qu'en ondes longues, peuvent être reçus à grande distance grâce à la réflexion sur l'ionosphère.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  IONOSPHÈRE  » est également traité dans :

AÉRONOMIE

  • Écrit par 
  • Gaston KOCKARTS
  •  • 4 144 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre «  Effets de l'activité solaire »  : […] du champ magnétique. De plus, cette interaction du vent solaire avec la magnétosphère et l'ionosphère crée des champs électriques suffisamment intenses pour faire apparaître un échauffement par effet Joule, dans la thermosphère. Cet échauffement se fait par l'intermédiaire des électrons et des ions de l'ionosphère. Cette activité, appelée aussi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aeronomie/#i_26627

APPLETON EDWARD VICTOR (1892-1965)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 426 mots

Né le 6 septembre 1892 à Bradford (Grande-Bretagne), Edward Victor Appleton fit ses études supérieures à l'université de Cambridge, où il eut John Joseph Thomson et Ernest Rutherford pour professeurs. Après une interruption due à la Première Guerre mondiale, il entreprit des recherches sur les ondes radio, d'abord à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-victor-appleton/#i_26627

ATMOSPHÈRE - La couche atmosphérique

  • Écrit par 
  • Bernard GOSSET
  •  • 7 263 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Structure verticale de l'atmosphère »  : […] des électrons est insignifiante. La neutropause, vers 60-70 km, sépare alors la neutrosphère de l'ionosphère où la concentration en électrons libres devient importante. La densité électronique passe d'ailleurs par plusieurs maxima dans l'ionosphère : vers 100 km (couche E), vers 180 et 350 km, (couches F1 et F2 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atmosphere-la-couche-atmospherique/#i_26627

AURORE POLAIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques BERTHELIER
  •  • 5 530 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Particules aurorales et sous-orages magnétosphériques »  : […] Les phases successives d'un sous-orage magnétosphérique traduisent une augmentation du transfert d'énergie et la dissipation de cette énergie dans la magnétosphère ou l'ionosphère de haute latitude. Les événements les plus marquants sont les suivants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aurore-polaire/#i_26627

GÉOMAGNÉTISME ou MAGNÉTISME TERRESTRE

  • Écrit par 
  • Arnaud CHULLIAT
  •  • 4 859 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Applications pratiques et risques associés au géomagnétisme »  : […] et son amplitude. Afin de synthétiser les observations, des indices caractérisant l’état de la magnétosphère et de l’ionosphère sont calculés à partir des données du réseau mondial d’observatoires magnétiques. L’indice Kp quantifie le niveau global d’activité géomagnétique sur une échelle logarithmique allant de 0 à 9. L’indice Dst […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geomagnetisme-magnetisme-terrestre/#i_26627

HEAVISIDE OLIVER (1850-1925)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 344 mots

par Michael Pupin (1858-1935) de l'université Columbia de New York et brevetée en 1904. En 1902, Heaviside prédit l'existence d'une couche conductrice dans l'atmosphère terrestre qui pourrait permettre aux signaux radio de se propager en suivant la courbure terrestre ; découverte en 1923, elle porte désormais son nom. Affecté d'une mauvaise ouïe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oliver-heaviside/#i_26627

MAGNÉTOSPHÈRES

  • Écrit par 
  • Michel PETIT
  •  • 4 678 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La convection magnétosphérique »  : […] introduit entre le plasma magnétosphérique et le plasma ionosphérique, oblige le plasma ionosphérique à participer à la convection. En conséquence, l'énergie est partiellement dissipée sous forme d'effet Joule dans l'ionosphère par l'intermédiaire des collisions entre ions et particules neutres. Ce processus implique que des courants alignés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetospheres/#i_26627

MATIÈRE (physique) - Plasmas

  • Écrit par 
  • Patrick MORA
  •  • 7 680 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Plasmas de l'environnement terrestre »  : […] L'ionosphère est la partie ionisée de la haute atmosphère. Elle s'étend approximativement de 60 kilomètres (en dessous, l'ionisation est négligeable) à 1 000 kilomètres, où commence la magnétosphère. L'ionisation y est due principalement au rayonnement ultraviolet solaire, mais aussi à des particules de haute énergie d'origine galactique, solaire, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-plasmas/#i_26627

RADIOASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • James LEQUEUX
  •  • 9 773 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Domaine de la radioastronomie »  : […] Vers les basses fréquences (grandes longueurs d'onde), les observations au sol sont limitées par la présence de l'ionosphère, qui réfléchit vers l'extérieur les ondes d'origine extraterrestre. Quand l'incidence est normale (radiosource au zénith), la fréquence limite est égale à f0F2, la fréquence critique de la couche F […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radioastronomie/#i_26627

SATURNE, planète

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • André BRAHIC, 
  • Daniel GAUTIER, 
  • Guy ISRAËL, 
  • Pierre THOMAS
  • , Universalis
  •  • 12 529 mots
  •  • 49 médias

Dans le chapitre «  La magnétosphère et les émissions radioélectriques »  : […] Saturne possède une ionosphère qui s'étend jusqu'à plusieurs milliers de kilomètres au-dessus de la couche nuageuse. D'une température de l'ordre de 1 000 kelvins, elle est principalement constituée d'hydrogène atomique ionisé, et sa densité est légèrement inférieure à celle de l'ionosphère terrestre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saturne-planete/#i_26627

SYLPHES ROUGES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 519 mots

leur brièveté d'apparition (quelques millisecondes) et de leur lieu de formation au-dessus des cumulonimbus jusqu'à l'ionosphère (vers 80-90 km d'altitude). Les témoignages des pilotes d'avion qui rapportaient ce phénomène étaient d'ailleurs souvent mis en doute, d'où le nom du phénomène faisant référence aux insaisissables esprits de l'air des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sylphes-rouges/#i_26627

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Claude CERISIER, « IONOSPHÈRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ionosphere/