I.V.G. (Interruption volontaire de grossesse)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La gestation humaine dure neuf mois. Lorsqu'elle est interrompue après le sixième mois, c'est un accouchement prématuré ; avant le sixième mois, il s'agit d'avortement, spontané ou provoqué. L'avortement provoqué a toujours été une pratique largement répandue dans tous les pays et à toutes les époques. Diverses méthodes empiriques étaient utilisées par les femmes elles-mêmes ou par des tierces personnes, avec les risques plus ou moins graves qu'elles comportaient : mortalité, infections (tétanos), hémorragies, embolies, avec, comme séquelle définitive, la stérilité. Interdit en France par deux lois de 1920 et 1923, l'avortement fut longtemps difficile à chiffrer. Dans son livre Des enfants malgré nous (1956) qui fit scandale parce qu'il dénonçait avec précision l'horreur de l'avortement clandestin, Jacques Derogy donnait le chiffre, sans doute excessif, d'un million d'avortements par an. Au début des années 1970, les évaluations les plus sérieuses faisaient état d'environ 300 000 avortements par an.

Les conditions misérables imposées aux femmes voulant avorter, particulièrement aux plus pauvres, furent un des puissants leviers de révolte et de libération des femmes à partir des années 1960, lorsque les conditions socio-économiques et les progrès de la médecine leur permirent de conquérir de nouveaux droits, au nom du principe de libre disposition de leur corps et de la maîtrise de leur fécondité. Les mouvements féministes et l'écho favorable qu'ils rencontrent dans l'opinion publique sont ainsi en grande partie à l'origine des législations plus libérales sur l'avortement adoptées en Europe comme aux États-Unis à partir des années 1970. Ces législations ont été condamnées pour des raisons éthiques et religieuses, en particulier par l'Église catholique, et restent violemment combattues par des mouvements minoritaires mais très actifs en Amérique et en Europe.

En France, la loi du 17 janvier 1975, dite loi Veil, s'inscrit dans cette perspective. Elle vise à mettre un terme aux pratiques clandestines dangereuses, en dépénalisant l'avo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : professeur de science politique
  • : docteur ès sciences biologiques, ancien maître de recherche au C.N.R.S., journaliste scientifique

Classification


Autres références

«  I.V.G. (Interruption volontaire de grossesse)  » est également traité dans :

ANTIHORMONES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET
  •  • 773 mots

La notion d'antihormone s'applique aujourd'hui aux molécules capables d'inhiber de façon compétitive la formation du complexe hormone-récepteur. Sa définition première, désignant toute substance capable de s'opposer aux effets résultant de l'action d'une hormone, a donc été restreinte. En effet, différents mécanismes peuvent rendre compte de ce phénomène : diminution de la biosynthèse de l'hormone […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antihormones/#i_84701

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 6 873 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les réformes du président »  : […] Le nouveau président nomme un Premier ministre gaulliste, mais entouré par de nombreuses personnalités du groupe des Républicains indépendants ou proches de lui. Il veut manifestement incarner pleinement la fonction présidentielle et conduire le pays en gouvernant au centre, ce qui doit se voir par des réformes rapides. Il veut incarner une certaine rupture avec ses prédécesseurs, la logique gisca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-la-periode-post-gaullienne-1969-1981/#i_84701

FÉMINISME - France : du M.L.F. à la parité

  • Écrit par 
  • Muriel ROUYER
  •  • 4 252 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Situation du féminisme révolutionnaire au lendemain de Mai-68 »  : […] Réflexion, ou régression ? Régression, sans doute, à l'aune de la révolution identitaire collective dont le M.L.F. fut porteur, dans ses idées comme dans ses formes d'action. Ce mouvement de réflexion et de pratique, né de la révolte de Mai-68 et baptisé par les médias en 1970, renvoie, au-delà des querelles sur sa date de naissance, à une prise de parole collective des femmes. De l'université de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feminisme-france-du-m-l-f-a-la-parite/#i_84701

HALIMI GISÈLE (1927- )

  • Écrit par 
  • Michel MIAILLE
  •  • 1 110 mots

Née en 1927 à La Goulette, en Tunisie, Gisèle Zeiza est issue d'une famille judéo-arabe pauvre, peu cultivée et traditionaliste. Refusant son destin tout tracé d'épouse et de mère soumise, elle achève ses études secondaires, entre à l'université à Tunis puis, à Paris, obtient sa licence en droit qui la conduit aux barreaux de Tunis en 1949 puis de Paris, à partir de 1956. Depuis son enfance, Gisèl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gisele-halimi/#i_84701

JUSTICE - Justice constitutionnelle

  • Écrit par 
  • Francis HAMON, 
  • Céline WIENER
  •  • 10 087 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La richesse des normes de référence »  : […] L'ensemble des normes de référence, que l'on désigne communément sous le nom de « bloc de constitutionnalité », est parfois plus large que le texte constitutionnel stricto sensu : en France, le Préambule se réfère aux « principes fondamentaux reconnus par les lois de la République », mais sans donner aucune précision sur le nombre et le contenu de ces lois. On admet qu'il s'agit de lois adoptées d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justice-justice-constitutionnelle/#i_84701

NATALISME

  • Écrit par 
  • Hervé LE BRAS
  •  • 2 731 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Politiques de l'enfance, familialisme, natalisme »  : […] Comme on le voit, le natalisme interfère avec le soutien de la famille traditionnelle ou familialisme et avec la politique de l'enfant initiée par les États-providence, ce qui complique la situation car des mesures natalistes se dissimuleront derrière une politique de l'enfant et un soutien à la famille traditionnelle derrière le natalisme. Le cas a été particulièrement net en France, dans les an […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/natalisme/#i_84701

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 181 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Catholicisme, mémoire et identité nationale  »  : […] En vérité, l'ouverture du pays au monde, après quarante-cinq années de « souveraineté limitée » au sein du bloc soviétique, suscitent de nombreuses interrogations, dont le débat politique n'est qu'une des expressions. Traditionnellement distante des institutions, la société polonaise s'identifie plus facilement à des représentations collectives. Plus communautaire, meurtrie par deux siècles d'épre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pologne/#i_84701

PROCRÉATION

  • Écrit par 
  • Bernard JAMAIN, 
  • Paul-François LEROLLE, 
  • Yves MALINAS, 
  • Jacques TESTART
  •  • 12 308 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Interruption volontaire de grossesse »  : […] Rebaptisé I.V.G. (interruption volontaire de grossesse) en 1979 et autorisé à présent en France jusqu'à la douzième semaine de la gestation (ou après pour des motifs thérapeutiques), l'avortement provoqué est réalisé par des médecins en milieu chirurgical, par la méthode d' aspiration de Karman, jusqu'à la huitième semaine de gestation, ce qui permet l'asepsie. Au-delà, les médecins préfèrent géné […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/procreation/#i_84701

VEIL SIMONE (1927-2017)

  • Écrit par 
  • Catherine ACHIN, 
  • Universalis
  •  • 1 822 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Femme, ministre et européenne »  : […] En 1974, à la suite de l'élection de Valéry Giscard d'Estaing à la présidence de la République, elle est appelée dans le gouvernement de Jacques Chirac au poste de ministre de la Santé, seule femme ministre de plein droit. Elle entre ainsi en politique par le haut, par la filière de la haute administration propre à la V e  République, qui est alors quasi inaccessible aux f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/simone-veil/#i_84701

Voir aussi

Les derniers événements

25 novembre 1995 • FranceManifestation pour les droits des femmes.

Près de trente mille personnes manifestent à Paris, ainsi que dans certaines villes de province, à l'appel de la Coordination des associations pour le droit à l'avortement et à la contraception, afin de défendre ces droits ainsi que l'emploi et l'égalité entre les sexes. Elles dénoncent la menace d'un retour à l'ordre moral qu'illustre, notamment, la recrudescence des manifestations anti-I.V.G. [...] Lire la suite

26 juillet 1995 • FranceLes délits d'entrave à l'I.V.G. au centre des discussions sur le projet de loi d'amnistie.

Le Parlement adopte définitivement le projet de loi d'amnistie qui accompagne traditionnellement chaque élection présidentielle. Vingt ans après l'adoption de la loi Veil sur l'interruption volontaire de grossesse (I.V.G.), la discussion parlementaire donne lieu à un débat sur l'opportunité d'amnistier les délits d'entrave à l'I.V.G., comme un amendement sénatorial le prévoyait. Ces délits sont fi [...] Lire la suite

3 juillet 1989 • États-UnisDécision controversée de la Cour suprême sur l'avortement.

La Cour suprême, dont la majorité des membres sont désormais conservateurs, prend une décision controversée à propos de l'interruption volontaire de grossesse (I.V.G.). Sans toutefois revenir sur sa décision de 1973 de légaliser l'avortement, elle reconnaît le droit d'un État d'interdire toute forme d'aide publique pour les I.V.G. Cette décision relance la querelle opposant aux États-Unis les part [...] Lire la suite

17-20 décembre 1982 • FranceFin de session parlementaire chargée

Du 17 au 20, le Parlement adopte, coup sur coup, plusieurs textes de loi importants :– le 17, les projets relatifs à l'organisation administrative et au code électoral applicables à Paris, Lyon et Marseille ; le projet relatif à la répartition de compétences entre l'État et les collectivités locales, en application de la décentralisation ;– le 18, le projet de loi d'orientation des transports inté [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Muriel ROUYER, Odette THIBAULT, « I.V.G. (Interruption volontaire de grossesse) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/interruption-volontaire-de-grossesse/