INTÉRIEUR (M. Maeterlinck)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Retour à Maeterlinck

En 2014, dans le cadre de la 68e édition du festival d’Avignon, puis dans celui du festival d’Automne, à la Maison du Japon, Claude Régy renoue avec Maeterlinck dans des conditions particulières. Invité par le directeur et metteur en scène Satoshi Miyagi au Shizuoka Performing Arts Center de Toga, pour une mise en scène avec des comédiens japonais, il choisit de reprendre Intérieur, de Maeterlinck. Il procède alors à une recréation très différente de la version de 1985, mais avec la même sensibilité et toujours à l’écoute d’un auteur qu’il vénère, dont il a aussi monté La Mort de Tintagiles en 1996. Deux pièces inscrites dans la trilogie de ses « petits drames pour marionnettes », auxquelles Maeterlinck envisageait de substituer les acteurs pour mieux traduire le symbolisme de ses œuvres. Datée de 1894, Intérieur se construit autour d’une histoire simple. À l’extérieur d’une maison, un vieil homme et un étranger sont chargés d’informer la famille qui l’occupe de la mort de l’une de ses filles retrouvée noyée dans un fleuve. Le temps semble suspendu. Comment révéler cette tragique nouvelle, alors que déjà s’avance le cortège funèbre des villageois portant le corps de la jeune fille ? Quels effets va engendrer ce drame qui constitue un cheminement entre la perte et le deuil ?

Intérieur, de Maurice Maeterlinck.

Intérieur, de Maurice Maeterlinck.

Photographie

En 2014, Claude Régy met en scène, au festival d'Avignon puis à la Maison du Japon, Intérieur, un des « petits drames pour marionnettes » de Maeterlinck qu'il avait monté une première fois en 1985. 

Crédits : K. Miura/ Festival d'Automne à Paris, 2014

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean CHOLLET, « INTÉRIEUR (M. Maeterlinck) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/interieur/