INTERACTIONNISME SYMBOLIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le programme

Blumer va donc mettre au point, dans ses articles et ses cours à Chicago puis à Berkeley, l'interactionnisme symbolique « orthodoxe », qu'il reformule en « trois prémisses simples » dans le premier chapitre de Symbolic Interactionism (1969). Premièrement, les êtres humains agissent envers les « choses » (qu'il s'agisse d'objets, d'êtres humains, d'institutions, de valeurs, de situations) sur la base des significations que ces choses ont pour eux. Deuxièmement, les significations de telles choses sont engendrées par les interactions que les individus ont les uns avec les autres. Enfin, au fil de ses rencontres avec ces choses, l'individu fait usage d'un processus interprétatif, qui modifie les significations attribuées.

Blumer va transmettre ce programme à ses nombreux étudiants. Certains vont l'adapter plus ou moins fidèlement à leurs propres préoccupations de recherche (Howard Becker, Anselm Strauss, Tamotzu Shibutani). D'autres vont l'exploiter sous forme d'anthologies (Jerome Manis et Bernard Meltzer en 1967, Arnold M. Rose en 1962) et d'ouvrages de synthèse (Bernard Meltzer, John Petras et Larry Reynolds en 1975), qui vont accélérer sa transformation en « paradigme » au sein de la sociologie américaine à la fin des années 1960. D'autres encore, comme Erving Goffman, vont refuser de s'y laisser enfermer et vont rejeter jusqu'à l'expression même, précisément en raison de cette institutionnalisation très rapide, encore renforcée dans les années 1970 par la création de la Society for the Study of Symbolic Interaction et de la revue Symbolic Interaction.

Des dissidences vont également apparaître, proposant une relecture de l'œuvre de Mead qui ne passe pas par celle de Blumer ; on distinguera ainsi l'interactionnisme symbolique de l'université d'Iowa (Manfred Kuhn), plus proche de la psychologie sociale expérimentale, de celui de l'université de Chicago, plus proche de la sociologie « qualitative », fondée sur l'observation participante et l'approche biographique. À la fin des années 1980, cependant, ces « lut [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur des Universités, École normale supérieure de lettres et sciences humaines, Lyon

Classification

Autres références

«  INTERACTIONNISME SYMBOLIQUE  » est également traité dans :

ACTION COLLECTIVE

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 471 mots

Dans le chapitre « Les approches psychosociologiques »  : […] Le jeu de l'influence et du charisme, les mécanismes de contagion mentale et le rôle des croyances, des attentes et des frustrations ont été les premiers facteurs évoqués pour expliquer les raisons incitant les individus à adhérer et participer à des entreprises collectives. Ainsi, Gustave Le Bon ( Psychologie des foules , 1895) rend compte de la formation d'une foule par l'action de meneurs e […] Lire la suite

CHICAGO ÉCOLE DE, sociologie

  • Écrit par 
  • Christian TOPALOV
  •  • 3 208 mots

Dans le chapitre « La troisième naissance »  : […] Pendant ce temps, se développait un mouvement intellectuel qui allait aboutir à une troisième naissance de l'école de Chicago avec le recours à l'étiquette « interactionnisme symbolique », avancée par Blumer en 1937 pour désigner les travaux qui privilégiaient le rôle des relations interindividuelles dans la formation des normes sociales. Porté par de jeunes sociologues principalement californie […] Lire la suite

CONTRÔLE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Philippe ROBERT
  •  • 1 315 mots

Au sens propre, contrôle, contraction de « contre-rôle », désigne un registre tenu en double à fin de vérification ; d'où le sens figuré de surveillance. Quant au syntagme « contrôle social », sa signification est d'autant plus délicate à préciser qu'il a en plusieurs fois changé et que sa fortune a été nord-américaine ( social control ) plutôt qu'européenne. Il signifie tantôt ce qui assure la co […] Lire la suite

GOFFMAN ERVING (1922-1982)

  • Écrit par 
  • Claude DUBAR
  •  • 1 612 mots

Dans le chapitre « Un sociologue dans l'institution universitaire »  : […] À la rentrée de 1945, il s'inscrit en Ph.D. au département de sociologie de l'université de Chicago, sous la direction de William Lloyd Warner. Dans sa thèse, qu'il soutient en 1953, réalisée aux îles Shetland et intitulée Communication Conduct in an Island Community , au lieu d'étudier la stratification sociale et les marques de statut attaché à chaque strate (comme les Community Studies de son […] Lire la suite

MORALE (sociologie)

  • Écrit par 
  • Gérôme TRUC
  •  • 1 343 mots

Dans le chapitre « Morales de classe et jugements moraux »  : […] S’il a dans une certaine mesure été prolongé par Georges Gurvitch dans Morale théorique et science des mœurs (1937), ce projet durkheimien s’évanouit après la Seconde Guerre mondiale. Sous l’influence des « maîtres du soupçon » – Nietzsche, Freud et Marx – se développe un regard davantage critique sur la morale, réduite à des normes de comportement et des valeurs auxquelles les classes sociales […] Lire la suite

RUMEUR

  • Écrit par 
  • Philippe ALDRIN
  •  • 1 779 mots

Dans le chapitre « Retour à la sociabilité ordinaire »  : […] Progressivement, des travaux ethnographiques (Robert Paine, 1967) et microsociologiques (Norbert Elias et John L. Scotson, 1965) amendent cette approche anomique pour réintroduire dans l'analyse des rumeurs les problématiques de la sociabilité ordinaire. Ils analysent le rôle des rumeurs dans la conflictualité sociale, l'intention des colporteurs et, donc, les différents usages que les acteurs soc […] Lire la suite

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « Les paradigmes de la sociologie contemporaine »  : […] En perte de vitesse à compter des années 1970, les approches fonctionnalistes ne constituent qu'une pièce du puzzle que composent les divers paradigmes qui dominent la seconde moitié du xx e  siècle. L'absence de consensus parfait sur les objets, les méthodes et les théories à privilégier n'est pas en soi un problème. Signe de vitalité d'une discipline désormais bien ancrée dans le monde instituti […] Lire la suite

SOCIOLOGIE - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Claude DUBAR
  •  • 7 718 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'interactionnisme symbolique »  : […] Qualifiant ceux qu'on appelle parfois les sociologues de la « seconde école de Chicago » (Everett C. Hughes, Anselm Strauss, Howard Becker, Erving Goffman) et leur nombreuse postérité, le terme interactionnisme symbolique a été inventé par Herbert Blumer (1900-1987), qui est radicalement opposé au fonctionnalisme et qui propose une thèse alternative au culturalisme (très présent dans la première […] Lire la suite

SOCIOLOGIE DE LA SANTÉ

  • Écrit par 
  • Patrice PINELL
  •  • 3 421 mots

Dans le chapitre « L’approche « fonctionnaliste » »  : […] La figure de Talcott Parsons, l’un des pères fondateurs de la sociologie des professions, théoricien de l’école fonctionnaliste, domine les premiers travaux traitant de la place de la médecine dans les sociétés occidentales. Son analyse, développée à la fin des années 1940, met en œuvre le cadre théorique qu’il a élaboré pour caractériser ce qu’est une profession et la fonction qu’elle remplit. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves WINKIN, « INTERACTIONNISME SYMBOLIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/interactionnisme-symbolique/