INTERACTION, sciences humaines

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sources kantiennes, épistémologie comparée et genèse phénoménologique

Ainsi que le soulignent encore Park et Burgess, c'est de la Critique de la raison pure, rompant avec le système leibnizien des monades, que la notion d'interaction a reçu ses lettres de noblesse. « Le concept d'interaction universelle, écrivent les auteurs, a été formulé en premier par la philosophie. Kant rangeait la communauté ou la réciprocité parmi les catégories dynamiques. Dans la théorie de Herbart d'un monde d'individus coexistant, la notion d'action réciproque était centrale. La contribution propre de Lotze a consisté à reconnaître que l'interaction des parties implique l'unité du tout puisque l'action externe implique des changements internes dans les objets en interaction. Ormond, dans son ouvrage Les Fondements de la connaissance , complète une conception philosophique en y incluant une conclusion basée sur la psychologie sociale. »

Rappelons cependant que la troisième analogie de l'expérience, destinée par Kant à doter d'un fondement a priori les principes de Newton, diffère selon les éditions successives de la Critique. Dans la rédaction de 1781, « toutes les substances, en tant qu'elles sont simultanées, sont dans une communauté générale (c'est-à-dire dans une action réciproque) ». Dans la version de 1787 : « toutes les substances, en tant qu'elles peuvent être perçues comme simultanées dans l'espace, sont dans une action réciproque générale ». Ainsi l'insistance est ici mise dans la définition de l'interaction, sur les conditions a priori d'une perception des substances déterminées comme simultanées, et le détail de la démonstration le confirme – le premier paragraphe de l'édition de 1787, qui précise cette référence à l'espace, étant absent de l'édition de 1781.

Pour subtile qu'elle puisse appa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  INTERACTION, sciences humaines  » est également traité dans :

LANGAGE ACQUISITION DU

  • Écrit par 
  • Michèle KAIL
  •  • 4 942 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les approches fonctionnalistes  »  : […] Diverses conceptions alternatives, dont la plus récente est l’approche « émergentiste », proposent une vision plus « épigénétique » de l’acquisition, soulignant que, si le langage est ancré dans notre héritage biologique, son émergence est liée aux capacités cognitives (attention, association, mémoire) et communicatives générales déjà mises en place au cours de la première année ainsi qu’aux propr […] Lire la suite

ACTION COLLECTIVE

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 471 mots

Dans le chapitre « Les approches psychosociologiques »  : […] Le jeu de l'influence et du charisme, les mécanismes de contagion mentale et le rôle des croyances, des attentes et des frustrations ont été les premiers facteurs évoqués pour expliquer les raisons incitant les individus à adhérer et participer à des entreprises collectives. Ainsi, Gustave Le Bon ( Psychologie des foules , 1895) rend compte de la formation d'une foule par l'action de meneurs e […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DE LA COMMUNICATION

  • Écrit par 
  • Julien BONHOMME
  •  • 4 199 mots

Dans le chapitre « De la parole à la communication »  : […] L’anthropologie de la communication se démarque également des approches plus étroitement linguistiques sur un autre point. Si, entre 1962 et 1964, Hymes passe de l’ethnographie de la parole à l’ethnographie de la communication, c’est pour souligner le fait que celle-ci ne se limite pas à l’échange de messages verbaux. La communication non verbale joue un rôle important dans la vie sociale, même s […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DES CULTURES URBAINES

  • Écrit par 
  • Virginie MILLIOT
  •  • 4 424 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L’anthropologie à l’épreuve de la ville »  : […] Les chercheurs qui ont pris la ville pour objet d’étude à Berlin puis à Chicago au début du xx e  siècle se sont d’emblée questionnés sur la spécificité des modes de vie qu’ils y observaient. La culture urbaine a d’abord été définie de manière générique comme un art de vivre dans un environnement dense et hétérogène et comme un ensemble de compétences permettant de s’ajuster à la multitude et de […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DE L'ART

  • Écrit par 
  • Brigitte DERLON, 
  • Monique JEUDY-BALLINI
  •  • 3 610 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L’art comme acteur social »  : […] Dans les années 1990, sous l’influence de l’anthropologie des émotions et du cognitivisme, des ethnologues vont approfondir la question de l’efficacité en s’attachant aux seuls effets psychologiques produits par l’art sur ses destinataires. Alfred Gell soutient que, à la manière d’un outil, l’art sert à transformer le monde et non à l’embellir ou à délivrer des messages à son sujet. Accordant la p […] Lire la suite

NUMÉRIQUE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Julien BONHOMME
  •  • 1 438 mots

Dans le chapitre « L’identité réelle et l’identité virtuelle »  : […] Les anthropologues s’attachent à problématiser et à déconstruire l’opposition entre le « réel » et le « virtuel » à travers laquelle Internet est généralement pensé. Ils explorent l’univers des interactions virtuelles en s’intéressant au degré de réalité et d’authenticité que leur prêtent les participants eux-mêmes : ils examinent par exemple la valeur que ces derniers accordent à une relation ami […] Lire la suite

SUSPECTS APPARENCE DES, psychologie

  • Écrit par 
  • Fanny VERKAMPT
  •  • 1 564 mots

Les jugements que nous portons à l’égard de celles et ceux avec qui nous interagissons au quotidien ne reposent parfois que sur de simples associations entre des traits physiques et des traits de caractère. L’utilisation de ces heuristiques (raccourcis mentaux) par les acteurs judiciaires pour sceller le sort de suspects dans des affaires criminelles a naturellement fait l’objet de débats controv […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - Les modèles interprétatifs

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 2 420 mots

Dans le chapitre « Les modèles de représentation de la société »  : […] On ne peut étudier une société que si l'on en a une certaine représentation. Ainsi, tant que l'archéologie s'identifiait à l'histoire de l'art, elle produisait en même temps une certaine représentation sociale, car, finalement, on ne s'intéressait qu'aux élites pour lesquelles ces objets d'art avaient été produits. L'intérêt, dorénavant, pour l'ensemble des productions matérielles d'une société, p […] Lire la suite

ATTENTION

  • Écrit par 
  • Éric SIÉROFF
  •  • 1 924 mots

Dans le chapitre « L’attention sociale »  : […] Un aspect particulier de l’attention, l’attention préparatoire, joue un rôle majeur dans les interactions sociales. Elle permet en effet d’anticiper les événements proches dans le temps, comme les réactions des autres. Les chercheurs américains ont développé dans les années 2010 le concept de self- regulation , correspondant à la capacité à réguler ses propres émotions et à apprendre à persister d […] Lire la suite

BANDURA ALBERT (1925- )

  • Écrit par 
  • Laurent BÈGUE
  •  • 436 mots

Albert Bandura, né au Canada, est considéré comme l’un des psychologues sociaux les plus influents du xx e  siècle. Après un doctorat à l’université de l’Iowa, il a réalisé la majorité de sa carrière à l’université Stanford. Président de l’Association américaine de psychologie, il a reçu de prestigieuses distinctions dans le monde entier. Dans ses premiers travaux, il s’est attaché à dépasser les […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre KAUFMANN, « INTERACTION, sciences humaines », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/interaction-sciences-humaines/