INTELLIGENCES

AVICENNE, arabe IBN SĪNĀ (980-1037)

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN
  •  • 8 898 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La métaphysique »  : […] Pour le très bref aperçu qui s'impose ici, le centre de perspective à choisir est la théorie avicennienne de la connaissance, solidaire de toute sa métaphysique, parce que cette noétique se présente comme l'aspect gnoséologique d'une théorie des Intelligences qui est une angélologie, et que cette angélologie fonde la cosmologie, en même temps qu'elle situe l'anthropologie. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avicenne/#i_10393

DENYS ou PSEUDO-DENYS L'ARÉOPAGITE (Ve-VIe s.)

  • Écrit par 
  • René ROQUES
  • , Universalis
  •  • 2 290 mots

Dans le chapitre « Les hiérarchies »  : […] L'univers créé a son origine dans les paradigmes que les Noms divins placent en Dieu : « Nous appelons paradigmes (παραδείγματα) les raisons divines créatrices des êtres et qui leur préexistent dans l'unité que l'Écriture appelle prédéfinitions (προορισμούς), vouloirs divins et bons (καὶ θει̃α καὶ ἀγαθὰ θελήματα) qui produisent les êtres en les établissant dans leurs limites ( Noms divins, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denys-pseudo-denys-l-areopagite/#i_10393

ISMAÉLISME

  • Écrit par 
  • Michel BOIVIN, 
  • Osman YAHIA
  •  • 6 934 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'âme, l'intellect et la connaissance »  : […] D'après les penseurs ismaéliens, le corps par lui-même est incapable d'agir et de se mouvoir ; si donc il se meut, ce ne peut être que par une force étrangère à sa nature corporelle. Certains corps possèdent un mouvement à sens unique : par exemple le feu et l'eau ; c'est leur mouvement naturel. Pour d'autres le mouvement a des sens multiples ; il peut être : sans conscience ni volonté, comme pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ismaelisme/#i_10393

ORIGÈNE (185-253/54) & ORIGÉNISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 5 514 mots

Dans le chapitre « Évagre le Pontique »  : […] L'œuvre dans laquelle s'exprime le plus clairement l'origénisme d'Évagre, ses Centuries gnostiques , ne nous est pas parvenue en grec. A. Guillaumont en a découvert une version syriaque intégrale, non expurgée des passages origénisants, et il a pu ainsi reconstruire les grandes thèses origénistes d'Évagre. La première création ne comprend qu'un monde spirituel d' intelligences que Dieu – Trinité e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/origene-et-origenisme/#i_10393

SOHRAWARDĪ ou SUHRAWARDĪ SHIHĀBODDĪN YAHYĀ (1155-1191)

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET
  •  • 5 029 mots

Dans le chapitre « La philosophie orientale »  : […] Contrairement à la tradition péripatéticienne, qui veut que la totalité des existants forme une gradation homogène de substances, Sohrawardī pense que « les choses se divisent en ce qui est lumière dans la réalité essentielle de soi-même » et ce qui est ténèbre. Il donne ainsi une dignité métaphysique à un sentiment gnostique de la vie, fondé dans la reconnaissance d'un mal radical : « Combien ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sohrawardi-suhrawardi/#i_10393