INTELLECTUEL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'intellectuel au risque de la politique

L'épreuve de la Grande Guerre

La Grande Guerre décima le monde universitaire et artistique. Les positions les mieux établies se révélèrent fragiles. L'anarchisme, l'antimilitarisme qui dominaient initialement chez les intellectuels évoluèrent souvent vers une défense du « poilu », tandis que les pacifistes se trouvaient marginalisés. Malgré la position de Romain Rolland (Au-dessus de la mélée, 1914) l'engagement patriotique domine, ou se transforme en une lutte entre culture et civilisation, comme chez Thomas Mann (Les Considérations d'un apolitique, 1917). L'intellectuel se place aux côtés des combattants (Chroniques de la Grande Guerre). Anatole France lui-même rallie leur camp. Les positions semblent tranchées, mais la réalité est plus complexe. Le Feu de Henri Barbusse (1916), les Cahiers de Maurice Barrès trahissent de profondes inquiétudes. Et ce n'est pas un hasard si en 1917, naît Dada, qui s'efforce de rompre avec toutes les idéologies. La même année, la révolution d'Octobre va modifier le panorama idéologique, redistribuer les rôles, remodeler le monde intellectuel.

En Espagne, restée en dehors du conflit, une prise de conscience s'est fait jour en 1898, avec la défaite subie contre les États-Unis et la perte de Cuba. La génération de 1898 sera tentée par le nihilisme qu'exprime Pio Baroja (1872-1956). De son côté, Ramón del Valle Inclan met en scène une Espagne grotesque et violente. Il existe une inquiétude commune face au destin de pays menacés de déclin. Là encore, la révolution d'Octobre changera la donne.

L'entre deux-guerres

Le monde intellectuel européen réagit en priorité aux événements internationaux. Cette dépendance tient fondamentalement à l'émergence de l'Union soviétique. Désormais, et jusqu'à sa chute, les intellectuels devront constamment se confronter au marxisme. L'évolution des surréalistes est, à cet égard, significative. Ils passeront de Freud à Marx et d'une « révolution poétique » à l'adhésion au Parti Communiste en 1927, non sans réticences ni réserves pour certains d'entre eux. Le communisme offre de nouveaux terrains de contestation. Mais le militantisme à la Barbusse, fondateur de l'hebdomadaire Monde (1928-1935), demeure une exception. Une minorité d'intellectuels cherche une voie médiane entre capitalisme et communisme. Le pacte d'unité d'action signé en juillet 1934 entre communistes et socialistes met fin pour longtemps à leurs tentatives.

La génération qui a dominé la vie intellectuelle disparaît : Barrès meurt en 1923, France en 1924. L'essai que publie Julien Benda, La Trahison des clercs (1923), qui exige des intellectuels qu'ils défendent des valeurs universelles, semble un combat d'arrière-garde au regard de la politisation accrue qui marque l'époque. De fait, les événements de février 1934, l'antiparlementarisme, la victoire du Front populaire modifient le paysage qui était celui des lendemains de la Grande Guerre. La menace fasciste est alors prise au sérieux. Le fascisme séduit Drieu La Rochelle, Henri Béraud ou Ramon Fernandez et conduit ses adversaires à se regrouper pour organiser la défensive. Les intellectuels en prennent l'initiative. En 1934, se crée ainsi le Comité d'action antifasciste et de vigilance. La victoire du Front populaire, en 1936, installe sur le devant de la scène les organisations culturelles qui avaient œuvré à sa victoire.

En juin 1935 se tint à Paris un congrès international des écrivains pour la défense de la culture. On y exalta l'U.R.S.S., seul rempart contre le fascisme. Ce qui permit au P.C.F. de servir les intérêts idéologiques et politiques de l'U.R.S.S. et d'affirmer sa crédibilité culturelle. Commence alors le temps des compagnons de route. En 1935, André Gide publie Les Nouvelles nourritures (mais prend dès 1936 ses distances avec le communisme, en publiant Retour de l'U.R.S.S.) et Malraux Le Temps du mépris. Ce moment marque aussi l'entrée des intellectuels en politique : Paul Rivet est élu conseiller municipal à Paris et Léon Blum fait appel à Irène Joliot-Curie comme sous-secrétaire d'État à la Recherche scientifique. Sous l'impulsion de Paul Rivet, se crée également l'Association populaire des amis des musées qui, avec d'autres, œuvra à rapprocher la création artistique et industrielle du grand public. Les communistes tentèrent de contrôler ces organisations. Ce qui n'empêcha pas les compagnons de route – Jean Renoir, Le Corbusier, Tristan Tzara, Jean Cassou – d'apporter un appui enthousiaste à toutes ces initiatives. Mais Jean Guéhenno, rédacteur en chef d'Europe, démissionna pour échapper au contrôle communiste. On créa Vendredi avec des collaborations prestigieuses de Gide, Alain, Giono, mais son tirage ne dépassa pas les 70 000 exemplaires. L'extrême droite fascisante lui opposa Je suis partout, avec Pierre Gaxotte, Robert Brasillach, Lucien Rebatet et Alain Laubreaux.

Intervenir ou non ? La position à prendre face à la guerre d'Espagne, la réaction nécessaire à la montée des périls, la dégradation de la situation intérieure firent quelque peu tomber la fièvre culturelle du Front populaire. On s'éloigna du pacifisme intégral, qui montra vite ses limites, par exemple, lors de l'invasion de l'Éthiopie par l'Italie fasciste, en 1934. Sur l'Espagne, parmi les catholiques, la division règna. Une minorité (Mauriac, Mounier, Bernanos avec Les Grands Cimetières sous la lune, 1938) condamna les exécutions sommaires par les nationaux et le bombardement de Guernica.

La question espagnole divisa la gauche intellectuelle elle-même, tandis que s'accentuait la main-mise communiste sur le Frente popular. La victoire franquiste condamna plusieurs millions d'Espagnols à l'exil. Parmi eux, on compte de nombreux intellectuels. Lorca a été fusillé, Miguel Hernandez mourra en prison, Pedro Salinas s'exile aux États-Unis, Rafael Alberti en Argentine.

La guerre et l'Occupation

Comme le constate Stefan Zweig dans Le Monde d'hier (1942), une certaine Europe cultivée est morte avec l'arrivée du nazisme au pouvoir. Une majorité d'intellectuels allemands et autrichiens ont fui. Installés en France, certains d'entre eux gagne [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

Victor Hugo

Victor Hugo
Crédits : M. Seemuller/ De Agostini

photographie

Émile Zola et l'affaire Dreyfus

Émile Zola et l'affaire Dreyfus
Crédits : Time Life Pictures/ Mansell/ The LIFE Picture Collection/ Getty Images

photographie

Michel Foucault, Jean-Paul Sartre et André Glucksmann en 1971

Michel Foucault, Jean-Paul Sartre et André Glucksmann en 1971
Crédits : Gérard-Aime/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université de Tours, Institut universitaire de France

Classification

Autres références

«  INTELLECTUEL  » est également traité dans :

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Apartheid et littérature : cadres et fonctionnement »  : […] La fin de la Seconde Guerre mondiale ne forme pas une ligne de fracture dans le développement de la littérature en langue afrikaans. Le temps fort véritable réside dans le triomphe des nationalistes (c'est-à-dire du Parti nationaliste afrikaner) aux élections législatives de 1948, qui installe au pouvoir le régime dit d'apartheid pour plus de quarante ans. Les hommes de lettres afrikaners peuvent […] Lire la suite

ALAIN, LE PREMIER INTELLECTUEL (T. Leterre)

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 1 007 mots

Le livre de Thierry Leterre Alain, le premier intellectuel (2006) est une biographie et répond aux lois du genre, comme le veut la collection Biographies, chez Stock. Il en possède les qualités : critique des témoignages, utilisation de documents inédits (journaux intimes et correspondances inédits, archives des Amis d'Alain), recours intelligent aux œuvres. Thierry Leterre est un universitaire, […] Lire la suite

AMSTERDAM-PLEYEL MOUVEMENT

  • Écrit par 
  • François BROUSSE
  •  • 536 mots

Le 27 mai 1932, Henri Barbusse et Romain Rolland, deux écrivains français qui avaient déjà manifesté leur opposition à la guerre de 1914-1918, lancent un appel pour un Congrès mondial contre la guerre. Cette initiative, dont la paternité historique revient à Barbusse, était encouragée, sinon suscitée par le Parti communiste français. De cette origine témoigne le contenu de l'appel qui, s'il fixe c […] Lire la suite

ARAGON LOUIS (1897-1982)

  • Écrit par 
  • Daniel BOUGNOUX
  •  • 4 132 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'acteur tragique »  : […] Déchirée entre des passions contradictoires, cette création converge malaisément, et côtoie souvent une dangereuse destruction. L'écrivain lui-même semble s'y perdre, ou du moins s'y chercher ; égarant Aragon, aux identités fuyantes, où ses détracteurs ne voient que duplicité et dissimulation. Sa quête toujours relancée d'unité et de clarté passe par plusieurs enfers, individuels ou collectifs : A […] Lire la suite

ARON RAYMOND (1905-1983)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 6 089 mots

Dans le chapitre « L'observation de la politique contemporaine »  : […] On taxera volontiers l'œuvre d'une certaine disparate. Elle se limite à l'apparence de surface. L'unité d'inspiration, la continuité sont telles qu'on doit se méfier de toute périodisation accentuée, même si elle semble avoir reçu l'aval du penseur (cf. « Ma carrière. Note du 6 janvier 1983 », in Commentaire , n o  cit., pp. 517-519). Du pluralisme initial sortent, par un mouvement naturel, les de […] Lire la suite

BECK ULRICH (1944-2015)

  • Écrit par 
  • Mohamed NACHI
  •  • 1 602 mots

Ulrich Beck est né le 15 mai 1944 à Stolp (aujourd’hui Słupsk), en Pologne ; il est décédé subitement le 1 er  janvier 2015 d’une crise cardiaque, à l’âge de soixante-dix-ans ans. À la fin de la guerre, sa famille s’installe en Allemagne de l’Ouest, à Hanovre, où le jeune Ulrich grandit avec ses quatre sœurs. À partir de 1966, il effectue ses études supérieures à l’université de Munich. Après avoi […] Lire la suite

BENDA JULIEN (1867-1956)

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 2 081 mots

Dans le chapitre « Un clerc »  : […] Pour lui, le métaphysicien, l'artiste et, pourvu qu'il trouve sa joie dans l'exercice (non pas dans les résultats) de la science, le savant, tels seraient les clercs de la cité moderne. Docile aux lois, qu'il accepte de subir, mais sans jamais leur permettre de mordre sur son esprit ou d'obnubiler son jugement, le clerc rend à César ce qui est à César, à savoir « sa vie, mais pas plus ». Quant à s […] Lire la suite

BÉNICHOU PAUL (1908-2001)

  • Écrit par 
  • Françoise COBLENCE
  •  • 1 923 mots

Dans le chapitre « Du prophète au poète maudit »  : […] L'étude du romantisme livre l'immense tableau historique, idéologique et littéraire d'une époque, et propose une interrogation sur la constitution d'un pouvoir spirituel laïque, la naissance et le rôle de l'intellectuel. Paul Bénichou a retracé la genèse de sa recherche : parti du projet d'une étude sur le pessimisme poétique postromantique, il a compris que ce pessimisme était le retournement de […] Lire la suite

CLAVEL MAURICE (1920-1979)

  • Écrit par 
  • Paul THIBAUD
  •  • 1 119 mots

Maurice Clavel est mort au terme d'une décennie qui, dans le monde intellectuel français, aura largement été marquée par ses interventions, dans l'ordre politique comme dans l'ordre spirituel. Après avoir longtemps oscillé et erré de l'enseignement au théâtre et au roman, du journalisme à la politique, de la Résistance et du gaullisme R.P.F. aux franges du communisme, cette force à éclipses, ce […] Lire la suite

CORTÁZAR JULIO (1914-1984)

  • Écrit par 
  • Jacqueline OUTIN, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 4 201 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Littérature et engagement politique »  : […] Réaliser ainsi la synthèse de ce qui semble a priori inconciliable, c'est là une obsession constante chez Cortázar, et cette obsession va trouver une expression nouvelle dans le Livre de Manuel (1974) : « Personnellement, dit-il dans l'introduction de ce roman, je ne regrette pas cette hétérogénéité qui a même fini, heureusement, par ne plus me sembler telle après un long processus de convergence […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4 février 2021 Liban. Assassinat de l'intellectuel Lokman Slim.

L’intellectuel engagé Lokman Slim est retrouvé mort, tué par balles, dans la région de Nabatiyé, dans le sud du pays. Laïque et libéral, il dénonçait l’emprise du Hezbollah sur la communauté chiite à laquelle il appartenait, ainsi que le soutien de ce mouvement au régime syrien.  […] Lire la suite

2-29 février 2020 Chine. Propagation de l'épidémie de coronavirus.

Le lendemain, des témoignages attestent le placement en résidence surveillée, sous prétexte de quarantaine, de l’intellectuel Xu Zhangrun. Tous deux avaient critiqué la gestion de l’épidémie par le pouvoir. Le 19, le gouvernement supprime les cartes de presse de trois journalistes du Wall Street Journal à la suite de la publication d’une tribune titrée « La Chine est le véritable homme malade de l’Asie ». […] Lire la suite

26 juin 2017 Chine. Libération conditionnelle du prix Nobel de la paix Liu Xiaobo.

L’avocat de Liu Xiaobo annonce la libération conditionnelle, pour raisons médicales, de l’intellectuel dissident qui souffre d’un cancer en phase terminale, et son transfert à l’hôpital de Shenyang, dans la province du Liaoning. Les autorités refusent toutefois de laisser Liu Xiaobo quitter le pays. Condamné en décembre 2009 à onze ans de prison pour « incitation à la subversion de l’État » après avoir participé à la rédaction de la Charte 08 qui appelle à la démocratisation du régime, Liu Xiaobo avait reçu le prix Nobel de la paix en 2010. […] Lire la suite

14-21 décembre 2009 Cambodge. Inculpation de génocide contre quatre anciens dirigeants Khmers rouges

Défendu notamment par l'avocat français Jacques Vergès, il se présente comme un intellectuel patriote, tenu à l'écart du « noyau dirigeant ». Le 21, Ieng Thirith, ex-ministre des Affaires sociales et épouse de Ieng Sary, est à son tour inculpée de génocide. Ces quatre derniers anciens dirigeants khmers rouges encore en vie sont détenus et devraient être jugés en 2011. […] Lire la suite

28 août 2008 France. Annonce du mode de financement du futur revenu de solidarité active

« Je veux la rupture avec ce conformisme intellectuel qui nous oblige à penser que l'économie et le social sont antinomiques », déclare-t-il. Cette annonce d'un alourdissement de la pression fiscale suscite des réactions de la part du patronat et au sein de la majorité.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean Marie GOULEMOT, « INTELLECTUEL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/intellectuel/