INSTITUTIONNALISME, économie

L'approche évolutionnaire de l'institution

En rupture avec la vision orthodoxe de l'économie, la notion d'institution est comprise comme une construction sociale des actions économiques individuelles. Dans cette optique, Thorstein B. Veblen (1857-1929) appelle institution une habitude mentale spécifique, une façon particulière de penser et d'agir dans le domaine économique, tandis que John R. Commons (1862-1945) la définit comme l'action collective contrôlant l'action individuelle (Institutional Economics 1934). Ainsi, l'institution ne réside ni dans l'autonomie individuelle ni dans l'hétéronomie sociale ; elle est la façon dont un acteur économique doit, peut, pourrait ou non se comporter.

Les institutions évoluent continûment et une approche « évolutionnaire », selon une représentation de l'histoire des sociétés inspirée par la biologie, permet d'analyser le processus de sélection auquel elles sont soumises. Ce processus s'inscrit dans la logique phylogénétique de l'institution primaire dominante, la propriété pour Veblen, et selon des procédures de sélection régies par les autorités (légitimes, judiciaires, etc.), pour Commons.

La théorie de l'institution de la consommation et du loisir développée par Veblen dans Théorie de la classe de loisir (1899) fournit une bonne illustration de ce processus d'évolution. Veblen met en avant le renforcement des institutions dites « cérémonielles » face aux mentalités « industrielles ». La propriété est née de l'accaparement du surplus de la production commune par une classe supérieure qui a alors développé des pratiques de vie oisive et de consommation superflue. Ce loisir et cette consommation « de luxe » sont devenus, dans les mentalités, le signe ostentatoire de la supériorité sociale, alors que le travail productif a été dénigré comme marque d'infériorité sociale. Dès lors, les individus ont rivalisé en gaspillage de temps et de biens, preuves de leur supériorité sociale.

Une fois enclenché, le processus spéculaire de la comparaison provocante a renforcé l'institution « cérémoniel[...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  INSTITUTIONNALISME, économie  » est également traité dans :

CLARK JOHN MAURICE (1884-1963)

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE
  •  • 387 mots

Professeur à Columbia, John Maurice Clark est le fils de l'économiste américain John Bates Clark. Sa pensée peut se caractériser par quatre traits, constitutifs de l'école dite de l'institutionnalisme dont il est un des représentants. En premier lieu, contre l'économie marginaliste abstraite et déductive de son père et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-maurice-clark/#i_89072

COÛTS DE TRANSACTION

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 5 298 mots

Dans le chapitre «  Historique »  : […] s'intéresse davantage aux mouvements longs qui structurent une société et son économie. Il comprendra aussi tout le parti qu'on peut tirer des travaux de Coase dans l'analyse des institutions et du rôle de celles-ci dans la dynamique, ou l'échec, de la croissance. En effet, comment ignorer le poids considérable de l'environnement institutionnel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couts-de-transaction/#i_89072

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 719 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'institutionnalisme  »  : […] que la modélisation mathématique. À cette dernière, il oppose l'étude statistique et soutient que les lois économiques énoncées doivent être compatibles avec les faits. Cet objectif est partagé par les institutionnalistes tels Charles Gide (1895, Traité d'économie politique), Albert Aftalion (1913, Les crises périodiques de surproduction ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-les-grands-courants/#i_89072

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Néo-institutionnalisme

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 1 810 mots
  •  • 1 média

» a été introduite par Williamson, pour démarquer l'analyse en voie de constitution du « vieil » institutionnalisme américain des Thorstein Veblen, John Commons, Wesley Mitchell et de leurs disciples, tout en prenant des distances avec une approche néo-classique alors ignorante, sinon méprisante, quant au rôle joué par les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-neo-institutionnalisme/#i_89072

GALBRAITH JOHN KENNETH (1908-2006)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 875 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un économiste critique  »  : […] , qui a construit ses travaux dans une opposition farouche à l'économie libérale classique, et celui des institutionnalistes dont la figure emblématique est l'Américain Thorstein Veblen, un économiste mâtiné de sociologue qui s'est fait l'analyste incisif des classes dirigeantes. Galbraith […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-kenneth-galbraith/#i_89072

LE NOUVEL ÉTAT INDUSTRIEL, John Kenneth Galbraith - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anne-Sophie FRAISSE
  •  • 1 014 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Institutionnalisme et hétérodoxie économique »  : […] du monde, fondée sur une analyse empirique détaillée, échappe à l'analyse néo-classique. Aussi a-t-il pour dessein l'édification d'un nouveau système théorique, qui s'inscrit dans une logique institutionnaliste et qui part à l'assaut de l'orthodoxie économique. En posant comme hypothèse de base, trait dominant de l'ouvrage, l'assujettissement de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-nouvel-etat-industriel/#i_89072

THÉORIE DE LA CLASSE DE LOISIR, Thorstein Veblen - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annie L. COT
  •  • 998 mots

prendre de rides ». La question vaut toujours d'être posée : ce premier ouvrage, dont le sous-titre original est Une étude économique des institutions, annonce l'œuvre entière du fondateur de l'institutionnalisme américain, depuis la critique des théories économiques de son temps jusqu'aux thèses sur l'opposition entre capitalisme industriel et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-la-classe-de-loisir/#i_89072

VEBLEN THORSTEIN (1857-1929)

  • Écrit par 
  • Daniel DERIVRY
  •  • 327 mots

Né aux États-Unis de parents norvégiens immigrés, Thorstein Bunde Veblen a enseigné, après avoir passé un doctorat de philosophie à Yale en 1884, dans plusieurs universités américaines (Chicago, Stanford, Missouri). Sa pensée a subi une triple influence : celle de l'utopie socialiste, celle de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thorstein-veblen/#i_89072

Pour citer l’article

Jean-Jacques GISLAIN, « INSTITUTIONNALISME, économie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/institutionnalisme-economie/