INSTITUTIONNALISATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les temps de l’institutionnalisation

L’institutionnalisation est un processus par lequel une réalité sociale, quelle qu’elle soit, est en train de se faire jour au sein d’une société ou de l’un de ses groupes. Dit autrement, c’est un mécanisme au cours duquel ce qui n’était pas encore perçu comme existant par des agents sociaux prend peu à peu forme par et en leur présence, au travers de leurs activités mentales, de leurs discours et pratiques, et finit par se voir doté d’une extériorité, d’une force ou d’une consistance suffisantes à leurs yeux pour bénéficier du qualificatif de réalité. Il existe deux manières de considérer ce phénomène d’institutionnalisation. La première est très générale et conduit souvent à considérer qu’on est en présence d’une question de philosophie de la connaissance. Se demander comment nous savons ce que nous savons et, plus encore, dans quelle condition la réalité s’est construite puis imposée dans le champ de nos perceptions revient à s’interroger à la fois sur nos catégories d’entendement, sur ce que nous savons et voulons voir du monde en réalité, mais aussi plus largement sur ce qui fonde nos croyances et nos points de vue, sans quoi nulle réalité ne peut surgir de rien. La seconde façon de poser la question de l’institutionnalisation est, quant à elle, plus prosaïque et davantage sociologique. Elle amène à saisir le plus concrètement possible, grâce à l’enquête de terrain notamment, par quels phénomènes de création sociale, que ce soit une langue, un rite, une règle de comportement, une pratique qui se répète dans le temps, une croyance en une divinité, une représentation stabilisée, un groupement d’individus et plus largement encore ce qu’on appelle une institution deviennent tangibles et reconnaissables parmi d’autres réalités et institutions composant le monde social. On l’aura compris, l’institutionnalisation est le processus d’objectivation sociale au terme duquel une institution « sort de terre ». Mais pas seulement. L’institutionnalisation, c’est aussi le remous continu que connaît une institution, sans quoi cette dernière irait en s’effaçant peu à peu de la conscience et des activités des agents sociaux tant ces derniers l’auraient désinvestie soit par choix ou intérêt quand l’heure est au changement, soit par indifférence quand les mornes habitudes conduisent à l’oubli. Comme le soulignent Bernard Lacroix et Jacques Lagroye en 1992 au sujet de la présidence de la République, tout ou presque peut en effet se rejouer en situation de conjoncture de crise comme chaque aspect de cette réalité en cours de stabilisation se voit toujours pour partie renégocié dans le flot continu des petites habitudes et des nouveautés microscopiques qu’elle permet.

Se poser des problèmes scientifiques en termes d’institutionnalisation n’est pas uniquement une posture d’historien qui voudrait comprendre comment les choses se sont formées. C’est également, à rebours d’une conception accréditant la thèse de l’« Immaculée Conception », y repérer le rôle fondateur des institutions antérieures dans la sociogenèse des phénomènes institutionnels plus récents. C’est enfin mettre au jour la place prépondérante qu’occupent certains « entrepreneurs » qui, souvent, ont empêché que d’autres réalités possibles et pensables adviennent. S’il y a institutionnalisation, c’est qu’il y a des enjeux de pouvoir. On pense bien sûr au pouvoir que certains ont sur d’autres pour prendre le contrôle d’une institution en train de s’ériger au point d’imposer l’image sociale qui la caractérisera. À mesure qu’une institution croît et s’inscrit dans le paysage social et politique, celle-ci se dote de règles de fonctionnement, de statuts souvent, de hiérarchies plus ou moins formelles, comme de rôles et des manières d’être types avec lesquels les êtres de l’institution ont partie liée. Ces façons de tenir un rôle, qui ne tiennent pas seulement au statut dont on peut se prévaloir, mais tout autant ou presque à l’art que tout à chacun est disposé à mettre pour se faire une place, renvoient à ce qui est légitimé et donc autorisé ou non dans l’organisation. Enfin, la sociologie de l’institutionnalisation oblige à réfléchir aux fonctions que vont être amenées à remplir les institutions naissantes. À ce sujet, il importe de ne pas se laisser prendre au piège des définitions juridiques. Les « rôles » que remplissent les institutions, la place qu’elles occupent à un moment donné dans [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur de science politique à l'université de Paris-I Panthéon-Sorbonne

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

11-18 décembre 2008 France. Recul du gouvernement sur l'extension du travail dominical

et Nouveau Centre en fronde depuis novembre contre la proposition de loi du député Richard Mallié sur l'extension et l'institutionnalisation du travail le dimanche. Le président Nicolas Sarkozy veut voir voter rapidement une telle réforme dont il a lancé l'idée en octobre, dans un discours sur l'emploi prononcé à Rethel (Ardennes). Le 17, les députés commencent l'examen du texte à propos duquel quelque quatre mille amendements ont été déposés par l'opposition. […] Lire la suite

3-27 janvier 1998 France. Poursuite de la lutte des associations de chômeurs

Le 9, le Premier ministre Lionel Jospin annonce la création d'un fonds d'urgence doté d'1 milliard de francs, l'institutionnalisation des cellules départementales d'urgence et la création d'une mission d'évaluation des systèmes d'indemnisation du chômage et des minimums sociaux, en vue de l'élaboration du projet de loi contre les exclusions. Le chef du gouvernement, qui a reçu les associations de chômeurs à Matignon la veille, rappelle toutefois que les syndicats sont les « interlocuteurs naturels [. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Julien FRETEL, « INSTITUTIONNALISATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/institutionnalisation/