INSTITUTION DE LA RELIGION CHRÉTIENNE, Jean CalvinFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Premières formes

La première édition, publiée à Bâle en 1536, se présente comme un gros catéchisme, 524 pages de petit format : le titre lui-même, Institutio, signifie à la fois instruction et commencement. En ouverture, une épître au roi François Ier supposé mal informé, où Calvin fait l'apologie de la doctrine exposée qui est celle-même de la parole de Dieu. L'exposé de cette doctrine est structuré en six chapitres. Les quatre premiers suivent le plan des Catéchismes de Luther (1529) : la Loi (explication du Décalogue), la foi (explication du Credo), la prière (explication de l'Oraison dominicale), les sacrements (baptême et cène). S'y ajoutent deux chapitres : l'un sur les « faux sacrements » (confirmation, pénitence, extrême-onction, ordre, mariage), l'autre sur la « liberté chrétienne », l'Église et l'État. La théologie qui s'y affirme est directement inspirée de Luther et de Melanchthon, comme aussi, sur la cène notamment, des réformateurs des villes, critiquant les « inventions » de la messe. Le succès de ce livre de poche est rapide : en un an, l'édition est épuisée. Il vaut à Calvin d'être retenu à Genève en vue d'y organiser la Réforme.

Décalogue

Photographie : Décalogue

La morale et le droit sont parfois intimement liés : ainsi le Décalogue (ou Dix Commandements), qui régit la communauté chrétienne mais est admis par tous comme le fondement de la vie sociétaire, parce qu'il a été édicté, selon la Bible, par un législateur divin est-il considéré... 

Crédits : AKG-images

Afficher

Pour l'édition suivante, publiée en 1539, Calvin adopte un plan nouveau, plus dynamique, proche de celui des Loci communes de Melanchthon (1521) : les textes du Décalogue, du Credo et de l'Oraison dominicale ne sont plus juxtaposés, mais insérés dans un parcours en dix-sept chapitres : de la connaissance de Dieu à la connaissance de l'homme, à travers l'histoire du salut, à la fois collective et individuelle, selon l'Épître aux Romains. Cette fois, les thèmes de la justification par la foi, de l'alliance ancienne et nouvelle, de l'élection (prédestination) apparaissent au cœur de la construction théologique. Par rapport à la première édition, celle-ci s'est enrichie de nombre de citations scripturaires et patristiques (au premier rang, Augustin, puis Jean Chrysostome). Quant aux chapitres sur l'Église et sur la « vie chrétienne », ils portent la marque de Martin Bucer, que Calvin côtoie à Strasbourg depuis 1538 : l'accent est mis sur la discipline ecclésiastique et sur l'éthique individuelle et communautaire. Ils portent en même temps la marque de la nouvelle expérience pastorale de Calvin, avec l'articulation constante de la doctrine et de la pratique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Jean Calvin

Jean Calvin
Crédits : Imagno/ Getty Images

photographie

Décalogue

Décalogue
Crédits : AKG-images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Marianne CARBONNIER-BURKARD, « INSTITUTION DE LA RELIGION CHRÉTIENNE, Jean Calvin - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/institution-de-la-religion-chretienne/