INSIDE LLEWYN DAVIS (J. et E. Coen)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

New York en hiver

Nous sommes à New York en 1961, à l’apogée de la folk music. C’est l’hiver, il fait gris et froid, et rarement la ville fut peinte au cinéma avec aussi peu de romantisme. Llewyn Davis (Oscar Isaac) est un chanteur et guitariste de talent, mais il ne parvient jamais à franchir la rampe qui le hisserait hors du Gaslight Cafe, haut lieu de la scène folk, situé sur MacDougal Street, au cœur de Greenwich Village. C’est pourtant là, dans cette même salle désormais mythique (fermée en 1971), que Bob Dylan parvient à réussir précisément ce que Llewyn Davis s’est obstiné à rater. Le film des frères Coen est une grande œuvre sur l’échec, et on aurait sans doute tort de croire qu’il ne s’agit pas d’une histoire américaine. On peut, certes, évoquer la tyrannie du happy end d’outre-Atlantique, et il y a en effet fort à parier que le film ne fera pas autant recette que True Grit dans son pays. Les cinéastes renouent cependant avec la veine littéraire de Scott Fitzgerald, J.D. Salinger, Philip Roth ou Saul Bellow, mais aussi avec celle de grands Hollywoodiens comme Billy Wilder qui, lui aussi, réussit brillamment en racontant très souvent des histoires d’échec.

Au début du film, après avoir été applaudi juste poliment par les spectateurs, le personnage principal reçoit une sévère correction dans l’arrière-cour du Gaslight. Le film se clôt par la répétition de la scène : on comprend désormais les raisons de l’agresseur, un « péquenaud » qui tenait à venger l’honneur de sa chanteuse de femme maltraitée par Davis lors d’un passage sur scène ; on entend surtout la chanson « Hang Me ! Oh Hang Me ! », celle que venait de chanter sans succès le personnage principal, à laquelle fait contrepoint le « Farewell » de circonstance entamé par un jeune homme à la voix nasillarde, que le générique de fin appellera sobrement Young Bob… Ce jeune homme est appelé à quitter très vite le Gaslight et, bientôt, à rompre avec le folk ; Llewyn Davis, lui, n’en sort [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur d'études cinématographiques et d'esthétique à l'université de Paris-Est-Marne-la-Vallée

Classification

Pour citer l’article

Marc CERISUELO, « INSIDE LLEWYN DAVIS (J. et E. Coen) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/inside-llewyn-davis/