INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'Institut d'hygiène à l'I.N.S.E.R.M.

L'histoire de l'I.N.S.E.R.M. reflète la complexité de l'évolution de la prise en charge de la recherche en santé publique. Si l'hygiène est une préoccupation majeure des pouvoirs publics, les efforts d'organisation restent très en deçà des besoins jusqu'au lendemain de la Première Guerre mondiale. En 1924, l'Office national d'hygiène sociale prend le relais des actions menées par la Fondation Rockefeller pour la prévention de la tuberculose. De son côté, la Fondation Rockefeller échoue à fonder un Institut d'hygiène en France, mais ses relations avec divers représentants du mouvement hygiéniste français persistent. Ce sont ces derniers qui obtiennent la création en 1941 de l'Institut national d'hygiène, dont les fonctions sont clairement d'inspiration hygiéniste (lutte contre la tuberculose, l'alcoolisme et la syphilis, adduction d'eau, médecine du travail et épidémiologie) ou traduisent les préoccupations du moment, comme l'amélioration de l'alimentation infantile par apport de vitamines qui sont distribuées en milieu scolaire. Juste après la Seconde Guerre mondiale, l'I.N.H. évolue vers la formation de médecins-chercheurs prenant en compte les avancées scientifiques qui se sont produites hors de France dans le domaine de la biologie et de la médecine. Les directeurs successifs, d'ailleurs souvent formés par la Fondation Rockefeller aux États-Unis, impriment une forte marque « recherche » aux travaux soutenus par l'I.N.H. et modifient radicalement le paysage de la recherche médicale en France. Les nouveaux médecins formés dans ce contexte, tous des personnages marquants de l'histoire de la médecine (comme Jean Bernard, Jean Hamburger ou Raoul Kourilsky), regroupés au sein de l'Association Claude-Bernard (officialisée par décret en 1956), poussent à la création d'unit [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification


Autres références

«  INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale)  » est également traité dans :

FRAUDE SCIENTIFIQUE

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 4 393 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Comment combattre la fraude scientifique ? »  : […] Les retentissants scandales de fraude scientifique des années 1970 et 1980 sont à l'origine de la création en 1989 par la National Science Foundation, principale agence de financement de la recherche américaine, de l’Office of Inspector General chargé d'instruire et éventuellement de sanctionner les allégations de fraude. La même année, les N.I.H. se dotent de l’Office of Scientific Integrity, qu […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE DU SPORT

  • Écrit par 
  • Christophe GERNIGON
  •  • 1 571 mots

Dans le chapitre « La psychologie du sport et de l’activité physique pour le développement, le bien-être et la santé de la personne »  : […] La psychologie du sport accorde une place prioritaire au développement harmonieux de l’athlète et à sa santé. Les enjeux parfois élevés de la réussite sportive constituent un terreau fertile pour les comportements déviants tels que la tricherie, les conduites agressives, voire violentes. Ces comportements ainsi que les stratégies de désengagement moral utilisées par les athlètes pour les justifie […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/inserm/