INRIA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’espace européen et la dynamique internationale

Inria est un acteur important de l’espace européen de la recherche dans le numérique. Dès 1989, il a cofondé le groupement européen d’intérêt économique ERCIM (European Research Consortium for Informatics and Mathematics) avec le CWI (Centrum Wiskunde & Informatica : Centre pour les mathématiques et l’informatique) des Pays-Bas et l’organisme allemand GMD (Gesellschaft für Mathematik und Datenverarbeitung GmbH, absorbé depuis par les instituts allemands Fraunhofer). En 1995, Inria est devenu, au côté du Massachusetts Institute of Technology (MIT), l’hôte du World Wide Web Consortium (W3C) qui a standardisé le Web avec le succès et la transformation du monde induite que l’on connaît. En 2016, il est l’institution européenne qui obtient les meilleurs résultats à la très sélective compétition du programme ERC (European Research Council) dans les domaines du numérique.

Sur le plan international, Inria a toujours entretenu des liens étroits avec les chercheurs nord-américains. Il a ainsi développé d’importants partenariats avec l’université Stanford et celle de Californie à Berkeley à travers le programme Inria@SiliconValley, ou encore avec l’université d’Urbana-Champaign avec le Petascale Computing, défi permettant la mise en œuvre de logiciels capables d’exploiter les très grandes puissances des ordinateurs (de l’ordre des pétaflops : 1015 opérations flottantes par seconde et au-delà). Mais Inria a su également nouer des relations avec d’autres acteurs : avec l’Académie des sciences de Chine (1997 : création du Laboratoire sino-européen d’informatique, d’automatique et de mathématiques appliquées, LIAMA) ou avec un réseau de sept partenaires africains (2009 : création du LIRIMA, Laboratoire international de recherche en informatique et mathématiques appliquées). Enfin, InriaChile a été créé en 2012 pour développer les activités de transfert et d’innovation des équipes de recherche chiliennes et d’Inria qui collaboraient déjà depuis de très nombreuses années.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : directeur de recherche de classe exceptionnelle, directeur du centre de recherche de l'Institut national de recherche en informatique et en automatique de Sophia Antipolis-Méditerranée

Classification


Autres références

«  INRIA  » est également traité dans :

KAHN GILLES (1946-2006)

  • Écrit par 
  • Gérard GIRAUDON, 
  • Gérard HUET
  •  • 988 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une carrière à l’I.N.R.I.A. »  : […] Ingénieur issu de l'École polytechnique, Gilles Kahn, né le 17 avril 1946 à Paris, étudie à l'université Stanford de 1968 à 1971. Il est alors recruté au Commissariat à l’énergie atomique (C.E.A.) et rejoint en 1972 l'Institut de recherche en informatique et en automatique (I.R.I.A., qui deviendra en 1979 l’I.N.R.I.A., Institut national de recherche en informatique et en automatique), à Rocquenco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gilles-kahn/#i_56782

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard GIRAUDON, « INRIA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/inria/