INHIBITION

Psychanalyse

Le terme d'inhibition, traditionnellement réservé par l'usage français au vocabulaire juridique, s'est étendu au domaine de la neurologie sur l'initiative de Brown-Sequart, par transposition de l'anglais. Il est alors appelé à désigner le type de processus dont l'investigation a été amorcée en 1845 par la découverte, due aux frères Weber, du ralentissement du cœur sous l'influence d'une excitation périphérique du nerf vague, processus dont l'explication sera rapportée par Claude Bernard aux phénomènes d'interférence ; ultérieurement, et par extension progressive, le terme d'inhibition visera un trait commun à des affections névrotiques très diverses : la suspension d'un processus à l'état naissant.

Un accès direct à l'ensemble du domaine est donné par les rêves dans lesquels « ne pas arriver à faire quelque chose est l'expression de la contradiction », ou encore « de l'état d'une volonté à laquelle une autre volonté résiste ». À quelles conditions, cependant, cette interprétation peut-elle s'ordonner à la clinique de l'inhibition ? Un cas privilégié est proposé par la mélancolie, dont le modèle théorique a été précocement donné par Freud sous les espèces d'une « aspiration » de l'énergie psychique en direction du « trou » interne d'une zone désinvestie.

L'opposition, en fait, intéresse moins la distinction des domaines que le niveau épistémologique de l'analyse. L'expression de la négation par un sentiment d'inhibition relève des règles d'interprétation posées dans les six premiers chapitres de la Traumdeutung, le septième chapitre ayant pour objet de montrer que, si elles s'autorisent d'une conceptualisation topique et dynamique, celle-ci est vouée à s'approfondir en une conceptualisation énergétique ; c'est précisément à ce niveau que s'est située, chez Freud, dès 1893, l'amorce de construction de la mélancolie et que se développera, ultérieurement, la représentation analytique de l'inhibition.

Le tournant se marquera d'abord, et conjointement, par la position centrale reconnue, dans la genèse de l'inhibition, au co[...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : membre de l'Académie des sciences, professeur émérite à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie
  • : professeur honoraire de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre
  • : professeur de psychiatrie à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie, chef de service de psychiatrie (adultes) au groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière

Classification


Autres références

«  INHIBITION  » est également traité dans :

INHIBITION (psychologie)

  • Écrit par 
  • Olivier HOUDÉ
  •  • 1 320 mots

L’ inhibition est une forme de contrôle qui nous permet de résister aux habitudes ou automatismes, aux tentations, distractions ou interférences. L’idée selon laquelle l’inhibition est un processus central de l’adaptation n’est pas nouvelle dans les sciences de l’esprit et du cerveau, mais elle a connu un regain général d’intérêt en psychologie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inhibition-psychologie-cognitive/#i_8222

ACUPUNCTURE

  • Écrit par 
  • François BOUREAU
  •  • 2 986 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Inhibition segmentaire »  : […] De nombreux arguments indiquent que l'effet d'installation rapide correspond à la mise en jeu d'inhibitions pré- ou post-synaptiques s'exerçant au niveau spinal sur les cellules de relais des voies nociceptives (théorie du gate control de Melzack et Wall). Il ne fait guère de doute que l'électro-acupuncture puisse constituer un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acupuncture/#i_8222

APPRENTISSAGE, psychologie

  • Écrit par 
  • Jean-François LE NY
  •  • 3 975 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Apprentissages négatifs. Inhibition »  : […] transitoire. Le phénomène d'extinction peut être rapproché de celui d'accoutumance, évoqué plus haut, qui n'en diffère qu'en ce qu'il porte sur une réaction innée et non apprise : l'un et l'autre peuvent être attribués au développement cumulatif d'une inhibition qui oppose sa force à celle de la réaction, innée ou apprise, antérieurement établie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apprentissage/#i_8222

CERVEAU ET FONCTIONNEMENT EXÉCUTIF

  • Écrit par 
  • Fabienne COLLETTE
  •  • 1 079 mots

Dans le chapitre « Les études initiales : l’importance du lobe frontal ? »  : […] niveau des régions frontales ont été décrits. Sur cette base, différents processus ont été identifiés, tels que les capacités de planification, d’inhibition, de gestion des ressources attentionnelles, ainsi que des processus d’abstraction et de catégorisation. Cependant, un certain nombre de travaux réalisés par la suite ont mis en cause cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerveau-et-fonctionnement-executif/#i_8222

DÉFICIENCES MENTALES

  • Écrit par 
  • Bernard GIBELLO
  •  • 3 792 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Inhibitions intellectuelles »  : […] Les inhibitions intellectuelles consistent en la non-utilisation par le sujet de compétences intellectuelles normalement développées. De telles inhibitions se produisent dans plusieurs circonstances. On peut les classer en quatre types différents […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deficiences-mentales/#i_8222

DÉVELOPPEMENT DES FONCTIONS EXÉCUTIVES (psychologie)

  • Écrit par 
  • Olivier HOUDÉ
  •  • 1 268 mots

comprennent les règles, mais sont incapables de s’ajuster aux changements de dimensions. Concernant l’inhibition, ce qui avait déjà été montré pour l’erreur A-non-B chez le bébé se retrouve, à l’âge préscolaire, dans des tâches piagétiennes plus logico-mathématiques (conservation du nombre, inclusion des classes). Dans ces tâches, jusqu’à sept ans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-des-fonctions-executives/#i_8222

DOULEUR

  • Écrit par 
  • François BOUREAU, 
  • Jean-François DOUBRÈRE
  •  • 4 956 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Systèmes de contrôle »  : […] sait que la transmission de l'information n'est pas rigide, mais soumise à divers systèmes de contrôle, excitateurs et inhibiteurs, qui modulent son intégration dans le système nerveux central et contribuent à la plasticité des réponses comportementales. La mise en évidence des contrôles inhibiteurs a entraîné d'importantes conséquences cliniques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/douleur/#i_8222

ECCLES JOHN CAREW (1903-1997)

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER
  •  • 1 486 mots

motoneurones, il mit en évidence une hyperpolarisation membranaire comme intermédiaire de l'action inhibitrice (potentiel postsynaptique d'inhibition). Ce fut une nouvelle étape importante et l'occasion d'une polémique, car il put prouver, contre d'autres auteurs et avec des données irréfutables à l'appui, que la transmission inhibitrice était […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-carew-eccles/#i_8222

EXCITABILITÉ

  • Écrit par 
  • Alfred FESSARD
  •  • 2 226 mots

Dans le chapitre « L'excitation nerveuse »  : […] de connectivité complexes qui constituent le système nerveux central l'excitation doit constamment s'affronter avec son antagoniste, l'inhibition, chacune étant représentée sur les surfaces postsynaptiques par le potentiel qui lui correspond et que, dans des circonstances favorables, on peut capter à l'aide de micro-électrodes intracellulaires […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/excitabilite/#i_8222

GAMMA-AMINOBUTYRIQUE ACIDE (GABA)

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 310 mots

En 1950, J. Awapara et ses collaborateurs, E. Roberts et S. Frankel, ont réussi à isoler du système nerveux central le GABA, un acide aminé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acide-gamma-aminobutyrique/#i_8222

HYPOTHERMIE PROVOQUÉE

  • Écrit par 
  • Henri LABORIT
  •  • 848 mots

Il existe deux types d'êtres vivants : les poïkilothermes, qui présentent une température centrale variable en fonction de la température du milieu où ils se trouvent, et les homéothermes, qui conservent dans une certaine limite la constance de leur température centrale malgré les variations de celle de l'environnement. Parmi ces derniers, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypothermie-provoquee/#i_8222

IMPUISSANCE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LERICHE
  •  • 634 mots

Le terme d'impuissance recouvre une très grande complexité de faits cliniques. E. Bergler définit ce trouble de la réaction sexuelle de l'homme comme « une inhibition centrale qui se manifeste localement au niveau du pénis, organe exécutif de la sexualité masculine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impuissance/#i_8222

MÉLANOCORTINES

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 375 mots

En outre, ce récepteur peut être inhibé de manière originale par un peptide endogène, dit agouti, produit par les follicules pileux et qui entre en compétition avec la MSH. Il s'agit là du seul exemple connu à ce jour d'inhibition compétitive de deux peptides endogènes différents au niveau d'un même récepteur. Lorsque le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melanocortines/#i_8222

NERVEUX (SYSTÈME) - Agencement des réseaux et circuits neuronaux

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER
  •  • 6 318 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les bases de l'intégration fonctionnelle »  : […] La portée fonctionnelle des inhibitions est multiple. On choisira un certain nombre d'exemples […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-agencement-des-reseaux-et-circuits-neuronaux/#i_8222

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurobiologie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc GOAILLARD, 
  • Michel HAMON, 
  • André NIEOULLON, 
  • Henri SCHMITT
  •  • 13 739 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Mécanismes d'action des drogues »  : […] du chat, le médiateur inhibiteur a été identifié avec un acide aminé, le glycocolle. Le rôle de médiateur de l'acide γ-aminobutyrique (GABA) est établi dans l'action des nerfs inhibiteurs des crustacés. Injecté par iontophorèse, il mime les actions pré- et postsynaptiques du médiateur, agit aux mêmes sites et est bloqué par les mêmes drogues. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-neurobiologie/#i_8222

NEURONES DU SOMMEIL

  • Écrit par 
  • Patrice FORT
  •  • 424 mots

la population neuronale du VLPO. Et leur neuromodulation est d'un type très spécifique. De façon surprenante, ces neurones sont systématiquement inhibés par des neurotransmetteurs habituellement activateurs (la noradrénaline, l'acétylcholine et la sérotonine) qui sont libérés par les centres cérébraux de l'éveil. Enfin, grâce à une technique de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurones-du-sommeil/#i_8222

PAVLOV IVAN PETROVITCH (1849-1936)

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 2 150 mots

Dans le chapitre « Réflexe conditionnel et activité nerveuse supérieure »  : […] une description de l'activité nerveuse supérieure, description qui est formulée en termes d'excitation et d'inhibition. Un excitant peut provoquer un processus d'excitation ou d'inhibition au niveau cortical et l'un et l'autre peuvent s'irradier dans des zones voisines. Lorsqu'en deux points se développent des processus d'excitation d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ivan-petrovitch-pavlov/#i_8222

RÉFLEXES

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 3 420 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le réflexe myotatique inverse, ou réflexe d'allongement »  : […] Cet exemple d'un réflexe d'inhibition apporte un enseignement d'une grande portée pour la compréhension de l'organisation générale de la motricité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reflexes/#i_8222

ROEDIGER HENRY (1947-    )

  • Écrit par 
  • Daniel GAONAC'H
  •  • 353 mots

de récupération des informations en mémoire. Ses premiers travaux portent sur les phénomènes d’inhibition liés à cette récupération : le fait de rappeler une partie des informations mémorisées peut conduire à gêner le rappel des informations restantes. Roediger a également exploré l’émergence de faux souvenirs : des mots […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-roediger/#i_8222

RUMINATIONS MENTALES, psychologie

  • Écrit par 
  • Céline BAEYENS
  •  • 982 mots

Dans le chapitre « Le maintien des ruminations  »  : […] arrive ou pour résoudre un problème. D’autre part, les ruminations auraient une fonction. Cette activité cognitive est associée au retrait social, à la procrastination et à la réduction d’activités et permettrait ainsi aux personnes de ne pas se confronter à des situations perçues comme aversives (par ex., réaliser un travail perçu comme difficile […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruminations-mentales-psychologie/#i_8222

SOMMEIL

  • Écrit par 
  • Patrice FORT, 
  • Michel JOUVET, 
  • Patrick LÉVY, 
  • Véronique VIOT-BLANC
  •  • 18 054 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La théorie sérotoninergique du sommeil »  : […] infra) mesurait la durée et l'intensité de l'éveil. La libération de 5HT entraîne la mise en jeu d'un système descendant qui va inhiber le réseau exécutif de l'éveil. L'inhibition du réseau de l'éveil va alors libérer un système comparable à un pacemaker, situé au niveau du thalamus, qui est responsable des phénomènes électriques corticaux du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sommeil/#i_8222

SYNAPSES

  • Écrit par 
  • Alfred FESSARD, 
  • Patrice GUYENET, 
  • Michel HAMON, 
  • Jacques TAXI
  •  • 7 875 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les potentiels des organisations polysynaptiques »  : […] des Vertébrés. Une des acquisitions majeures de l'analyse de leurs potentiels intracellulaires est relative au mécanisme de l'inhibition. Cette dernière met en jeu deux processus opposés. L'un d'eux consiste en une hyperpolarisation (P.P.S.I., cf. supra, Les potentiels intracellulaires) qui agit pour diminuer le taux d'excitation à la sortie (c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/synapses/#i_8222

TEST PSYCHOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques GRÉGOIRE
  •  • 7 013 mots

Dans le chapitre « Les tests des fonctions cognitives »  : […] organiser le déplacement de perles sur des tiges afin de reproduire un pattern déterminé. Le test de Stroop est certainement l’épreuve d’inhibition la plus connue. Elle demande de citer le plus rapidement possible la couleur dans laquelle est écrit un mot désignant lui-même une autre couleur (par exemple, le mot « rouge » écrit en bleu). Dans ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/test-psychologique/#i_8222

TONUS MUSCULAIRE

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 3 263 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Régulation médullaire de l'activité gamma »  : […] On sait en effet que, en plus des mécanismes suprasegmentaires destinés à empêcher « l'emballement » de ceux-ci, il existe des systèmes inhibiteurs intraspinaux dont le rôle est de freiner leur émission tonique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tonus-musculaire/#i_8222

TROUBLES DYSEXÉCUTIFS

  • Écrit par 
  • Fabienne COLLETTE
  •  • 1 171 mots

Dans le chapitre « Les déficits du fonctionnement exécutif et leur évaluation  »  : […] Par exemple, la fonction générale du processus exécutif d’inhibition est d’empêcher que des informations non pertinentes ne viennent perturber la tâche en cours. Les capacités d’inhibition sont classiquement évaluées au moyen de l’épreuve de Stroop, pendant laquelle la personne doit dénommer la couleur avec laquelle sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troubles-dysexecutifs/#i_8222

VISION - Neurophysiologie visuelle

  • Écrit par 
  • Jean BULLIER
  •  • 9 816 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Réponses on et off et interactions entre centre et pourtour »  : […] ; signe + sur la figure 5) font intervenir des récepteurs ionotropiques au glutamate et correspondent à une morphologie caractéristique (contact superficiel). En revanche, les synapses inhibitrices (ou plus exactement avec inversion de signe ; signe — sur la figure 5) ont une forme invaginée et utilisent des récepteurs métabotropiques au glutamate […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vision-neurophysiologie-visuelle/#i_8222

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre BUSER, Pierre KAUFMANN, Daniel WIDLÖCHER, « INHIBITION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/inhibition/