BERGMAN INGMAR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comment on devient un maître

Né le 14 juillet 1918 à Uppsala (Suède), Ingmar Bergman était le second fils d'un pasteur, qu'il a souvent dépeint comme un homme juste mais tourmenté et sévère ; son adolescence fut une longue révolte contre son milieu, avec lequel il rompit à vingt ans, pour travailler dans le théâtre puis, très vite, dans le cinéma. Jeune réalisateur aux dents longues, acharné, extraordinairement productif, il fut après la guerre l'auteur de drames naturalistes, où des jeunes gens révoltés contre une société sûre et confortable, mais étouffante, traînaient leur mal existentiel jusqu'au suicide ou la résignation. Bergman apparaissait alors comme l'un des représentants, talentueux et inégal, du réalisme noir de l'après-guerre – écho assez strict de ce que, en littérature et en philosophie, a signifié l'existentialisme. C'est l'époque qui culmine avec Jeux d'été et Monika, lesquels éblouirent Truffaut et Godard, entre autres parce qu'on y voyait de belles jeunes femmes avoir l'air de désirer vraiment faire l'amour avec leurs amoureux. Vinrent alors, coup sur coup, trois entreprises bien différentes – Sourires d'une nuit d'été, Le Septième Sceau, Les Fraises sauvages –, qui valurent à Bergman, avec des prix à Cannes et à Berlin, une deuxième gloire critique et la célébrité mondiale. Ce deuxième Bergman allait devenir, très vite, l'une des valeurs sûres des ciné-clubs et de la critique, illustrant avec verve les genres consacrés et y ajoutant une tonalité mi-grotesque, mi-philosophique.

Monika, I. Bergman

Photographie : Monika, I. Bergman

Monika (1953) clôt la première période de l'œuvre de Bergman, marquée par la révolte contre une société étouffante. Si le thème de l'enfer du couple est déjà présent, le film frappe surtout par le bonheur avec lequel le metteur en scène filme à l'air libre, sur l'île d'Ornö,... 

Crédits : Prod DB/ AllPix/ Aurimages

Afficher

Le Septième Sceau, I. Bergman

Photographie : Le Septième Sceau, I. Bergman

Max von Sydow (à droite sur la photo) joue aux échecs avec la mort (interprétée par Bengt Ekerot, à gauche). Dans Le Septième Sceau (1957), Ingmar Bergman renoue avec une riche tradition iconographique qui, depuis le Moyen Âge, fait du chevalier et de la mort deux figures aussi... 

Crédits : Mary Evans/ Aurimages

Afficher

Le metteur en scène aurait pu en rester là et refaire du Bergman – comme il en fut manifestement tenté (voir Le Visage, La Source ou L'Œil du Diable). Il est devenu un grand cinéaste en abandonnant cette gloire-là pour une autre, plus profonde et plus risquée. Les années 1960 vont ainsi être marquées par la concentration sur des thèmes intimes, tels la foi, la mort, la femme comme autre, le double et le visage, et l'invention accélérée de formes de récit, de relation aux personnages et d'autobiographie indirecte. Persona est l'apogée de cette période ; le prestige que ce film lui valut ne s'est jamais démenti, et chaque projection étonne encore aujourd'hui. Après une période déroutante, où il sembla régresser pour retrouver des scénarios psychologiques et des fictions réalistes (Cris et Chuchotements, Scènes de la vie conjugale), Bergman connut une quatrième et définitive gloire critique avec Fanny et Alexandre, où les inventions d'image sont discrètes, mais où se révèle en vraie grandeur ce qui avait été le moteur caché de tous les films antérieurs : le sens du rythme affectif. Le cinéaste égrena encore, par la suite, trois chefs-d'œuvre inclassables, truculents, doucement mélancoliques, où tout son univers de fiction s'est trouvé rassemblé.

Le Silence, I. Bergman

Photographie : Le Silence, I. Bergman

Une ville étrangère en proie à la guerre civile, un hôtel labyrinthique où sont claquemurés un petit garçon, Johan, avec Anna, sa mère, et Ester, sa tante. Bergman renoue à sa manière avec le théâtre de chambre de Strindberg, où le huis clos conduit à une forte participation... 

Crédits : Album/ AKG-images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Monika, I. Bergman

Monika, I. Bergman
Crédits : Prod DB/ AllPix/ Aurimages

photographie

Le Septième Sceau, I. Bergman

Le Septième Sceau, I. Bergman
Crédits : Mary Evans/ Aurimages

photographie

Le Silence, I. Bergman

Le Silence, I. Bergman
Crédits : Album/ AKG-images

photographie

Persona, d’I.Bergman, avec B. Andersson et L. Ullmann

Persona, d’I.Bergman, avec B. Andersson et L. Ullmann
Crédits : Sunset Boulevard/ Corbis/ Getty Image

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, directeur d'études, École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  BERGMAN INGMAR (1918-2007)  » est également traité dans :

BERGMAN INGMAR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 062 mots

14 juillet 1918 Naissance d'Ingmar Bergman à Uppsala (Suède).1930 Après avoir découvert le cinéma avec un projecteur amateur, le jeune Bergmanvisite les studios de la Svensk Film Industri près de Stockholm.1937-1939 Néglige ses études de littérature et d'histoire de l'art au pr […] Lire la suite

LES FRAISES SAUVAGES, film de Ingmar Bergman

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 1 063 mots

À trente-neuf ans, Ingmar Bergman passe pour un véritable bourreau de travail, écrivant ou réalisant près de deux films par an. Sa première réalisation, Crise (Kris), en 1946, est un hommage, déjà très personnel, au réalisme poétique, mais le jeune homme dévoré d'ambition, au talent précoce, doit attendre son se […] Lire la suite

LES FRAISES SAUVAGES (I. Bergman), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 203 mots

D'une histoire simple – le vieux docteur Isaak Borg se rend en automobile de Stockholm à l'université de Lund pour fêter son jubilé –, Ingmar Bergman fait une plongée dans le passé et l'inconscient de son héros. Si Les Fraises sauvages confirme la « modernité » de Bergman, le film fait aussi découvrir à un large public l'œuvre d'un […] Lire la suite

ANDERSSON BIBI (1935-2019)

  • Écrit par 
  • Colette MILON
  •  • 902 mots
  •  • 1 média

Elle fut le sourire de Bergman, sa lumière vive. Apparue dans nombre de ses films et de ses réalisations pour la télévision, l’actrice suédoise est une figure indissociable de son œuvre. Née le 11 novembre 1935 à Stockholm, Berit Elisabeth Andersson, « Bibi », fille d’un homme d’affaires et d’une assistante sociale, rêve très tôt de devenir comédienne. Elle a quinze ans lorsqu’elle rencontre Ingm […] Lire la suite

ANSPACH SÓLVEIG (1960-2015)

  • Écrit par 
  • Nicole GABRIEL
  •  • 704 mots
  •  • 1 média

Sólveig Anspach est née le 8 décembre 1960 à Heimaey, dans l’archipel de Vestmann (Islande), d’une mère islandaise et d’un père juif viennois qui avait rejoint les États-Unis puis combattu en Europe sous l’uniforme américain. Cette citoyenne du monde grandit à Paris, fréquente l’école allemande, fait des études de philosophie et de psychologie avant d’intégrer la Femis, d’où elle sort diplômée en […] Lire la suite

BERGMAN INGRID (1915-1982)

  • Écrit par 
  • Hubert HARDT
  •  • 992 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une perfection où s’installe le doute »  : […] Refusant de se laisser confiner par la suite dans un genre où le public la retrouverait toujours semblable, elle arrache, au lieu du rôle de « la petite fiancée », celui de « l'impudente barmaid » dans Dr. Jekyll and Mr. Hyde de Victor Fleming (1941). Les firmes de Hollywood se la disputent, et lui offrent l'élite des partenaires : outre Gary Cooper, Humphrey Bogart pour Casablanca de Michael Cu […] Lire la suite

CINÉMA ET OPÉRA

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe FERRARI
  •  • 3 258 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le film-opéra »  : […] Avec la réussite artistique et commerciale de La Flûte enchantée d' Ingmar Bergman , l'année 1975 marque une étape importante de l'histoire de la représentation de l'opéra au cinéma. Avec ce film, tourné dans le Théâtre du château royal de Drottningholm, près de Stockholm, Bergman crée en effet une forme cinématographique nouvelle où l'image et la musique, loin d'être plaquées l'une sur l'autre, […] Lire la suite

DAHLBECK EVA (1920-2008)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 230 mots

Actrice et écrivain suédoise, née le 8 mars 1920 à Saltsjö-Duvnäs, non loin de Stockholm, Eva Dahlbeck est élève à partir de 1939 du Théâtre royal de Stockholm. Elle fait ses débuts au cinéma en 1941. On la voit ainsi dans Bara en mor ( Rien qu'une mère , 1949), d'Alf Sjöberg. Elle va camper des rôles de femme forte et sage dans plusieurs des premiers films du réalisateur suédois Ingmar Bergman. […] Lire la suite

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 798 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Érotisme et vision du monde »  : […] Techniquement, le cinéma se transforme en instrument de propagation d'un culte. Le « vedettariat » ne se conçoit pas sans certains rites. Que de jeunes premiers doivent apparaître torse nu ! Que d'actrices se montrent dévêtues, même des « intellectuelles » comme Edwige Feuillère dans Lucrèce Borgia , comme Jeanne Moreau qu'on a vue dans bien des baignoires, celle des Amants et celle de La Nuit r […] Lire la suite

FANNY ET ALEXANDRE (mise en scène J. Deliquet)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 965 mots
  •  • 1 média

L’œuvre-somme d’Ingmar Bergman fut à l’origine un roman partiellement autobiographique. D’abord adapté pour la télévision dans une version en quatre parties d’une durée totale de plus de cinq heures, le film connut une sortie remaniée en salles en 1982, qui lui valut d’obtenir l’année suivante l’oscar du meilleur film étranger. Comme le livre, le film est d’abord un hymne à la magie du théâtre et […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques AUMONT, « BERGMAN INGMAR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ingmar-bergman/