INÉGALITÉSAnalyse et critique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comment réduire les inégalités ?

La réduction des inégalités économiques et sociales, pour indispensable qu'elle soit, n'en est pas moins un travail de Sisyphe. C'est une œuvre politique toujours à reprendre, car les inégalités sociales ne sont jamais que des effets de surface résultant de l'action de structures profondes. Elles résultent en particulier des rapports de production, des rapports de classes ou de la division du travail. Une véritable politique de réduction des inégalités doit donc s'attacher à transformer ces structures profondes. Cela n'a, pour l'essentiel, jamais été le cas pendant les dernières décennies.

L'inefficacité des politiques de réduction des inégalités qui ont été mises en œuvre dans un pays comme la France ne doit donc pas surprendre. Ces politiques n'ont donné que peu de résultats, même quand elles étaient présentées comme fondamentales. Par exemple, une plus grande socialisation du revenu national ne peut pas suffire à elle seule à réduire les inégalités : d'une part, la structure et la nature des prélèvements (impôts directs et indirects, cotisations sociales) sont en réalité fort peu progressives ; d'autre part, les allocations versées aux plus démunis restent dérisoires et les plus favorisés bénéficient davantage de cette socialisation qu'eux, notamment en raison de l'usage spécifique qu'ils font de l'école (et en particulier de l'enseignement supérieur) ou des institutions culturelles ; ils n'assument qu'en faible partie le coût de ces services publics et équipements collectifs, dont ils sont pourtant les principaux voire quelquefois les seuls bénéficiaires. Ainsi, dans telle ville de province, chaque place d'opéra payée 40 euros bénéficie d'une subvention publique de 400 euros.

Aujourd'hui, une politique de réduction des inégalités devrait se déployer suivant quatre axes principaux. Nous nous contenterons de les indiquer, en signalant quelques-uns des problèmes qu'ils soulèvent et des débats qu'ils suscitent.

Lutter contre le chômage

En premier lieu, il est nécessaire de supprimer le chômage de masse. Les deux lois sur les 35 heures successivement adoptées en 1997 et en 1999, qui sont entrées définitivement en application en 2002, semblent marquer une rupture par rapport aux politiques antérieurement menées, qui, il faut le souligner, avaient toutes échoué. Cependant, compte tenu de la modestie des résultats obtenus, il apparaît bien que la réduction du temps de travail ainsi pratiquée et programmée est insuffisante ; tandis que ses contreparties, notamment en termes de flexibilité accrue du travail, provoquent déjà le rejet ou le soupçon d'une partie des salariés. Ce qui s'impose par conséquent, c'est une réduction massive, rapide et générale du temps de travail. Une telle politique serait cependant confrontée à la délicate question de son financement. Ce qui nous renvoie directement à la question centrale du partage des richesses produites. Et ce n'est pas en augmentant le temps de travail qu'on fera baisser le chômage...

Réduire les inégalités de revenus

Dans la perspective néo-libérale, toute compensation salariale est évidemment exclue : en cas de réduction du temps de travail, le coût salarial doit baisser en proportion du temps de travail pour ne pas compromettre la compétitivité des entreprises et l'ampleur des profits. La réduction du temps de travail aboutirait alors en fait non pas à créer de nouveaux emplois mais à partager les emplois existants, autrement dit à partager le chômage et la pauvreté, par exemple sous la forme d'une généralisation du temps partiel contraint. Un mouvement déjà largement engagé d'ailleurs, mais une perspective inacceptable pour les salariés titulaires de salaires bas ou moyens, dont la situation s'aggraverait. Perspective qui tourne le dos à l'objectif de réduction des inégalités.

Une autre solution passe par une politique de réduction des inégalités de revenu, ce qui permettrait de faire d'une pierre deux coups, en modifiant une répartition du revenu national qui s'est gravement déformée, au cours des deux dernières décennies, au bénéfice des revenus de la propriété et au détriment des revenus du travail, notamment salarié. Les modalités de cette réduction peuvent être diverses et sont en discussion parmi les tenants de la compensation salariale.

Transformer le travail

Pour pouvoir travailler moins afin de résorber le chômage, il faut travailler autreme [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Écrit par :

  • : professeur de sociologie à l'université de Haute-Alsace, Mulhouse
  • : professeur de sociologie à l'université Marc-Bloch, Strasbourg

Classification

Autres références

«  INÉGALITÉS  » est également traité dans :

INÉGALITÉS - Théories de la mesure des inégalités économiques

  • Écrit par 
  • Thibault GAJDOS
  •  • 4 872 mots
  •  • 2 médias

Les inégalités ont-elles augmenté dans les années 1990 ? Quels sont les liens entre la croissance économique et l'évolution des inégalités ? Quelles sont les conséquences du chômage sur les inégalités ? À quel point une politique fiscale ou une politique sociale permettent-elles de réduire les inégalités ? Autant de questions situées au cœur des débats politiques et économiques contemporains, et q […] Lire la suite

ACTION RATIONNELLE

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 2 633 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Individualisme méthodologique et effets pervers »  : […] En France, Raymond Boudon développe également depuis les années 1970 une théorie sociologique de l'action rationnelle. Tout comme chez Coleman, l'individualisme méthodologique est au principe de son entreprise. Convaincu de la prééminence des actions individuelles dans la construction du social, Boudon répète à l'envi que la tâche du sociologue consiste d'abord à retrouver le sens des comportemen […] Lire la suite

ÉDUCATION / INSTRUCTION, notion d'

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 1 300 mots

Dans le chapitre « Éduquer »  : […] Mais, ainsi analysée, l'instruction ne devient-elle pas paradoxalement un programme d'éducation ? Tout dépend du sens que l'on donne à ce dernier mot. Quand des enseignants contemporains déclarent qu'ils ne sont pas des animateurs et qu'ils font la classe non pas pour éduquer mais pour instruire, le sens qu'ils donnent au verbe « éduquer » est le plus souvent inspiré de la définition proposée par […] Lire la suite

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Des inquiétudes pour le futur »  : […] Trois facteurs viennent pourtant pondérer ces résultats positifs. D'une part, l'investissement productif reste à un niveau insuffisant pour stimuler la croissance. La formation brute de capital fixe ne progresse plus significativement depuis 2009 et reste cantonnée autour de 20 p. 100 du PIB (19 p. 100 en 2010, 18 p. 100 en 2018) demeurant en deçà des taux supérieurs à 24 p. 100 qui caractérisent […] Lire la suite

AGRICULTURE - Accès aux ressources productives

  • Écrit par 
  • Michel MERLET, 
  • Olivier PETIT
  •  • 7 322 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La correction des inégalités : réforme agraire ou marché ? »  : […] Certains systèmes politiques et le fonctionnement imparfait des marchés fonciers favorisent la concentration de la terre. Pratiquement tous les acteurs, y compris la Banque mondiale, reconnaissent qu'une trop forte inégalité de l'accès à la terre freine le développement de l'ensemble de la société et suscite de fortes tensions politiques et sociales. Non seulement l'utilisation des ressources fon […] Lire la suite

ALIMENTATION (Économie et politique alimentaires) - Malnutrition dans le monde

  • Écrit par 
  • Laurence ROUDART
  •  • 7 251 mots
  •  • 8 médias

La situation mondiale de l'alimentation est très contrastée : d'un côté, suralimentation pour près de deux milliards de personnes ; de l’autre, faim continuelle pour environ une personne sur huit dans les pays en développement et pour une petite fraction de la population des pays développés, soit autour de 800 millions de personnes. Plus de deux milliards de personnes sont atteintes de maladies p […] Lire la suite

ALTERMONDIALISME

  • Écrit par 
  • Christophe AGUITON, 
  • Isabelle SOMMIER
  •  • 5 468 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Contre la mondialisation libérale »  : […] La notion de « mondialisation » telle qu'elle est ici entendue renvoie aux formes actuelles du capitalisme, en y incluant ses aspects politiques, tant sont liées les mutations du capitalisme, l'ouverture des marchés, la position hégémonique acquise par la puissance américaine et le rôle des institutions internationales, – O.M.C., F.M.I. ou Banque mondiale –, qui en sont les vecteurs. Les mouvemen […] Lire la suite

A.M.A.P. (Association pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 2 982 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les questions posées par les élargissements sociologiques et géographiques des A.M.A.P.  »  : […] Les profils socioculturels des « consom’acteurs » membres des associations de type A.M.A.P. apparaissent certes assez divers mais avec cependant une surreprésentation de catégories sociales relativement aisées financièrement aussi bien en France qu’aux États-Unis. Comment permettre à des catégories sociales moins favorisées de bénéficier de ces produits locaux ? Quelques rares A.M.A.P. tentent de […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Évolution géopolitique

  • Écrit par 
  • Georges COUFFIGNAL
  •  • 7 479 mots

Dans le chapitre « Désillusions et réalisme politiques »  : […] Durant toute la décennie de 1980, démocratisation et appauvrissement sont allés de pair. Les écarts sociaux se sont creusés, dans une région qui était déjà la plus inégalitaire au monde. Le changement extrêmement rapide de modèle de développement a eu pour effet de faire disparaître les systèmes de protections (souvent clientélistes), sans que les États, hyperendettés, aient eu le temps ou les mo […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE POLITIQUE

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 5 805 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Stratification sociale et pouvoir »  : […] Une des tâches de l'anthropologie politique est de montrer les formes particulières que prennent le pouvoir et les inégalités sur lesquelles il s'appuie dans le cadre des sociétés traditionnelles. On peut évoquer, d'abord, les inégalités primaires fondées sur des critères naturels (sexe et âge) et « traitées » par le milieu culturel au sein duquel elles s'expriment ; elles instaurent une hiérar […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain BIHR, Roland PFEFFERKORN, « INÉGALITÉS - Analyse et critique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/inegalites-analyse-et-critique/