ÉLECTRONIQUE INDUSTRIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Évolution des composants

Cependant, il ne suffisait pas d'avoir énoncé les grandes lois de l'électromagnétisme et d'avoir obtenu des liaisons à relativement courte distance ; il fallait disposer des organes (composants) capables, à court terme, d'émettre des puissances élevées et d'améliorer la sensibilité des récepteurs, et, à plus long terme, de manipuler et de filtrer les signaux reçus.

Plusieurs découvertes essentielles ont lieu au début du xxe siècle, qui apportent les outils nécessaires : la triode, inventée en 1906 par Lee De Forest, sera, jusqu'à l'invention du transistor, l'organe essentiel de l'électronique ; elle est encore utilisée aujourd'hui dans certains émetteurs de très grande puissance (souvent sous la forme de tétrode).

Les tubes électroniques du type triode (notamment la pentode) ont été longtemps les seuls dispositifs « actifs » utilisés en circuiterie électronique. Ils étaient devenus « miniatures » (une dizaine de cm3) dans les années 1940, puis « subminiatures » dans les années 1950 (quelques cm3), puis enfin « ultraminiatures » (environ 1 cm3). Cette évolution sera stoppée par l'arrivée massive des transistors et circuits intégrés.

Le premier magnétron est réalisé par Albert Wallace Hull (1880-1966) en 1924 et perfectionné par les Français Maurice Ponte (1902-1983) et Henri Gutton entre 1934 et 1939 ; il contribuera à améliorer les radars d'une manière décisive lors de la Seconde Guerre mondiale, car il était capable de produire des puissances élevées à des longueurs d'onde décimétriques et centimétriques. Le magnétron est aujourd'hui le composant essentiel des fours à micro-ondes.

Le klystron, qui est chronologiquement le deuxième type de tubes générateurs ou amplificateurs de micro-ondes, est inventé en 1936 (en même temps donc que les magnétrons modernes) par G. F. Metcalf et W. C. Hahn. Il s'agit du premier des tubes dits à modulation de vitesse, ou tubes O, dans lesquels l'énergie électrique donne aux [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 22 pages

Médias de l’article

André-Marie Ampère

André-Marie Ampère
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Alexander Graham Bell

Alexander Graham Bell
Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis/ Getty Images

photographie

William Crookes

William Crookes
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Radiographie

Radiographie
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

France. Confirmation des privatisations de Thomson-C.S.F. et du G.A.N. 11-18 juillet 1997

Le 11, le Premier ministre Lionel Jospin annonce l'arrêt du processus de vente de gré à gré de Thomson-C.S.F., filiale du groupe public spécialisée dans l'électronique militaire et professionnelle. L'opération avait été engagée en février par le précédent gouvernement à la suite d'une première […] Lire la suite

France. Présentation du projet de professionnalisation de l'armée. 22 février 1996

que la privatisation de Thomson, qui est appelé à former un « pôle électronique ». Le chef de l'État se montre attentif au problème de reconversion des sites concernés par la restructuration de l'industrie d'armement et des forces armées, que la croissance retrouvée et les aides publiques doivent permettre, selon lui, de résoudre. […] Lire la suite

France. Création d'un groupe public de technologie de pointe. 18 décembre 1991

Le 18, devant le Conseil des ministres, Édith Cresson annonce le regroupement, dans une société baptisée Thomson-C.E.A.-Industrie, des activités de diverses filiales du C.E.A. et de Thomson dans les secteurs des technologies de pointe, du nucléaire civil, de l'électronique grand public et des composants électroniques. Cette opération est destinée à créer un pôle international pouvant rivaliser avec les grands groupes japonais ou américains. […] Lire la suite

France – États-Unis. Voyage officiel du président François Mitterrand aux États-Unis. 21-28 mars 1984

Francisco et dans sa région, François Mitterrand se passionne pour les technologies nouvelles : il visite le village solaire de Davis, est reçu à l'université de Berkeley et à l'université Stanford et se rend dans la Silicon Valley, où sont regroupés un quart de l'industrie électronique et près […] Lire la suite

France. Restructuration dans l'industrie électronique. 20 septembre 1983

François Mitterrand donne son accord de principe au projet de restructuration élaboré par la Compagnie générale d'électricité (C.G.E.) et Thomson. Un protocole d'intention, resté secret, a été signé à la fin du mois d'août par les deux principaux groupes nationalisés de l'électronique. Au terme […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel-Henri CARPENTIER, « ÉLECTRONIQUE INDUSTRIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/industrie-electronique/