INDO-EUROPÉENS (archéologie)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La paléontologie linguistique

C'est le Suisse Adolphe Pictet qui, dans Les Origines indo-européennes et les Aryas primitifs (1859-1863), définit la méthode de la « paléontologie linguistique ». Il suffirait de faire la somme des mots communs aux différentes langues indo-européennes pour cerner à la fois l'environnement naturel, mais aussi les institutions, les techniques et même la conception du monde des Indo-Européens primitifs. Un même mot par exemple pour désigner le mouton signifierait que cet animal était déjà domestiqué dans la patrie primitive ; des mots différents pour désigner le fer indiqueraient que son invention serait postérieure à l'éclatement des différents peuples indo-européens. Il suffirait ensuite de rechercher, grâce à l'archéologie, les traces matérielles d'une civilisation préhistorique dont les vestiges seraient en accord avec cette « paléontologie linguistique ».

Ce programme séduisant n'a pourtant jamais débouché sur des résultats décisifs. Certes, plusieurs éléments de la culture matérielle des civilisations préhistoriques de l'Europe se retrouvent dans le « vocabulaire commun », comme le mouton, le bœuf, le cheval, le cuivre, le char, la roue, l'abeille. Mais d'autres, tout aussi répandus dans ces mêmes civilisations, en sont absents, comme le chien. Comme le remarquait plaisamment l'archéologue anglais Stuart Piggott : « Les Indo-Européens connaissaient le beurre mais pas le lait, la neige et les pieds mais ni la pluie ni les mains ! » En outre, le sens ancien de certains mots communs, comme ceux ayant pu désigner la mer (ou toute étendue d'eau) ou la montagne n'est pas toujours établi avec certitude. De même, il n'est pas aisé de distinguer entre des mots primitifs et des mots d'emprunt, susceptibles de voyager de langue à langue. Enfin, il faut signaler que ces mots « communs » sont considérés comme tels dès qu'on les retrouve dans plusieurs groupes de langues indo-européennes, mais qu'il est exceptionnel qu'ils soient présents dans la totalité des langues indo-européennes les mieux attestées.

C'es [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne et à l'Institut universitaire de France

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul DEMOULE, « INDO-EUROPÉENS (archéologie) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/indo-europeens/