INDIVIDU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Individu biologique et individu social : de l'individualité à la mort

Le modèle hégélien s'impose par sa pertinence en ce qui concerne l'individualité ; la dialectique qui conduit la négativité de l'immédiat au savoir totalement médiatisé va du moins différencié au plus différencié : le savoir absolu contient toutes les différences. C'est dire que la dialectique hégélienne peut être considérée tout entière comme un procès d'individuation. Deux points se détachent dans cet ensemble : d'une part, cette partie de la dialectique qui porte explicitement le nom de dialectique de l'individualité et qui concerne la physique dite naturelle ; et, d'autre part, la dialectique de la famille d'où émerge, à travers l'individualité sociale, le statut de l'individu intégré dans son groupe.

La qualification de la matière

L'individualité prend place à l'intérieur de la dialectique de la nature qui est exposée dans le Précis de l'encyclopédie des sciences philosophiques. Ce Précis, plan d'ensemble de la progression hégélienne, se déroule selon les normes successives de la logique, de la nature et enfin de l'esprit. L'individualité se situe dans le deuxième moment, celui de la détermination et de la qualification spécifique dont la logique trace seulement le projet formel. Elle constitue l'un des moments par lesquels le formel s'actualise : c'est là son efficace propre et aussi la source de la difficulté avec laquelle on la pense. Hegel le savait, qui remarque : « Comme toujours, la sphère de la finité et de l'état conditionné, en ce cas celle de l'individualité conditionnée, est l'objet le plus difficile à dégager de l'enchaînement du concret et à retenir pour elle-même, d'autant plus que la finité de son contenu contredit l'unité spéculative de la notion qui ne peut être que déterminante et contraste avec elle. »

Définir l'individualité est une entreprise qui résiste à la pensée « spéculat [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages





Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de l'Université

Classification


Autres références

«  INDIVIDU  » est également traité dans :

ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

  • Écrit par 
  • Miguel ABENSOUR
  •  • 7 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'individu, contre la standardisation »  : […] Par des voies multiples, Adorno parvient au même diagnostic quant à l'individu : en proie à une standardisation sans précédent, la société moderne procède à une liquidation du moi. Mais de par la souffrance qui l'affecte – le moment somatique –, de par le tourment qu'elle éprouve face à une universalité mensongère, l'expérience individuelle n'est-elle pas à même de sortir de la conservation de so […] Lire la suite

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 371 mots
  •  • 3 médias

Soi et Autrui, identité et différence. D'une part, être conscient de soi, se saisir comme un Je, un sujet, privilège exclusivement humain. D'autre part, autrui, le différent, ce qui m'est étranger, un moi qui n'est pas moi et qui se prétend toutefois mon semblable, mon alter ego, un autre soi en même temps qu'un autre que soi : « Comment peut-on être persan ? » demandait Montesquieu. Quelle que so […] Lire la suite

CONSENSUS

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 2 712 mots

Dans le chapitre « Solidarité et individualisme »  : […] Le consensus se dessine entre deux types limites de société, entre deux fantasmes inhérents à la sociabilité : celui d'une part, de la société conçue comme communauté indivise, corps-Un ; celui, d'autre part, de la désagrégation du corps social par l'individualisation absolue de ses membres, et qui dit la hantise du corps morcelé. C'est entre ces deux extrêmes que se situe la réalité du consensus, […] Lire la suite

CRAINTE ET TREMBLEMENT, Soren Kierkegaard - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 800 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le désir de rupture »  : […] Dans son Journal , Kierkegaard écrit ces lignes qui éclairent le sens de Crainte et tremblement  : « Il y a en moi un côté poétique prépondérant et la mystification tient justement au fait que Crainte et tremblement , au fond, reproduisait ma propre vie. » C'est en octobre 1841, en effet, que Kierkebgaard rompt ses fiançailles avec Régine Olsen, et qu'il commence à jeter frénétiquement les fondeme […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Économie des conventions

  • Écrit par 
  • Philippe BATIFOULIER
  •  • 1 521 mots

Dans le chapitre « Une économie de la pluralité »  : […] Interpréter la règle par une représentation du collectif consiste à évaluer le problème de coordination ou de coopération et à porter un jugement sur l'autre, sur la situation, et sur soi-même dans la situation. Comme il n'y a pas qu'une seule façon de juger mais plusieurs, on ne peut plus se contenter d'une définition univoque et réductrice de l'individu, cantonné à un statut de calculateur oppo […] Lire la suite

FAMILLE - Évolution contemporaine

  • Écrit par 
  • Abel JEANNIÈRE, 
  • François de SINGLY
  •  • 9 788 mots

Dans le chapitre « Chacun veut être reconnu comme une personne à part entière »  : […] Pour comprendre les transformations autrement que dans la logique de la dégradation du modèle précédent, il faut se poser la question des fonctions de la famille. On oublie souvent que la famille n'a pas pour objectif de se reproduire en tant que telle ; elle doit préparer les individus dont la société d'aujourd'hui et celle de demain ont besoin. Il est impossible d'analyser la famille en se centr […] Lire la suite

FESTINGER LEON (1919-1989)

  • Écrit par 
  • Laurent BÈGUE
  •  • 386 mots

Leon Festinger est une figure centrale de la psychologie sociale du xx e  siècle. Originaire de New York, titulaire d’un doctorat de l’université de l’Iowa sous la direction de Kurt Lewin, il a travaillé dans plusieurs universités prestigieuses, dont Stanford. De nombreuses distinctions ont émaillé la carrière de ce chercheur et théoricien hors norme, loué pour son exceptionnelle créativité. Dans […] Lire la suite

FEUERBACH LUDWIG (1804-1872)

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Universalis
  •  • 2 258 mots

Dans le chapitre « Le sensualisme »  : […] Ce sont les sens, ce « tiers état » tant méprisé jusqu'alors par les philosophes, qui, selon Feuerbach, donnent accès aux vérités philosophiques. Or, l'effort particulier de Feuerbach consiste à donner au sensualisme des dimensions capables de contenir la plénitude humaine. D'où l'importance capitale qu'il attribue à l'amour. Les rapports humains se déduisent en particulier de l'amour sexuel. Le m […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - Les Français en question

  • Écrit par 
  • Theodore ZELDIN
  •  • 12 309 mots

Dans le chapitre « L'individu contre le type »  : […] Être français, en effet, pouvait aussi signifier quelque chose de tout à fait différent, et, au cours du xix e  siècle, c'est cette deuxième interprétation qui prit le dessus. Elle mettait l'accent sur ce qui distingue les Français du reste de l'humanité plutôt que sur ce qui est commun à tous les hommes. Elle se donnait pour idéal de couler tous les Français dans le même moule. Elle se fondait su […] Lire la suite

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER, 
  • Marthe ROBERT
  •  • 16 134 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les deux cultures »  : […] Ces considérations ramènent à la question des affinités entre psychanalyse et littérature. La lecture et l'écriture, elles aussi, sont des expériences auto-analytiques, un cheminement du lecteur, guidé par l'auteur, qui fut lui-même lecteur avant de devenir auteur, vers l'auto-interprétation. Pour poser convenablement la question des relations entre littérature et psychanalyse, il est prudent d'éc […] Lire la suite

GROUPE DYNAMIQUE DE

  • Écrit par 
  • Didier ANZIEU
  •  • 3 606 mots

Dans le chapitre « Les démocraties occidentales et le groupe »  : […] Les concepts des sciences sociales correspondent souvent à la prise de conscience de problèmes posés à la société en un moment donné. Il en est ainsi pour celui de dynamique de groupe. Ce n'est pas par hasard s'il est inventé en 1944, en pleine guerre mondiale, par Kurt Lewin (1890-1947), psychologue expérimentaliste allemand qui avait émigré depuis près de quinze ans en Amérique. Pour lui, cette […] Lire la suite

HOBBES THOMAS (1588-1679)

  • Écrit par 
  • Raymond POLIN
  •  • 2 662 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'état de nature à l'omnipotence du souverain »  : […] C'est sur ces bases, estime Hobbes, que peut désormais être élaborée une véritable science de la morale et de la politique, à partir de l'expérience raisonnée des mouvements des corps et de l'esprit. Ce qu'Euclide a fait pour la géométrie et Galilée pour la physique, lui s'estime en mesure de le faire pour la politique, et ce sera la première science politique accomplie. Dans un système nominalist […] Lire la suite

HOMME - La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 321 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Kant et Rousseau »  : […] De ce point de vue, on doit constater l'ambiguïté du kantisme. Certes, on l'a maintes fois souligné, et il faut s'y tenir quelle que soit la valeur de certaines interprétations opposées, le kantisme a été une entreprise soucieuse avant tout de fonder la vérité de la science. Certes encore, Kant a montré que ce souci ne pouvait s'étendre jusqu'à assurer, sur le plan ontologique, l'existence du moi […] Lire la suite

IDENTITÉ

  • Écrit par 
  • Annie COLLOVALD, 
  • Fernando GIL, 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • Pierre TAP
  •  • 13 233 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Nature et dimensions de l'identité personnelle »  : […] Prise au sens littéral de similitude absolue , l'identité personnelle ( je suis je ) n'existe pas ! L'identité interpersonnelle ( je suis un autre ) n'existe pas non plus, même dans le cas de jumeaux vrais. L'identité collective est également impossible, les membres d'un nous étant, tout au plus, des « semblables ». Et, pourtant, les variations ne peuvent exister sans quelque invariant structur […] Lire la suite

INDIVIDU & SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 4 488 mots

Dès qu'on s'interroge sur les rapports qui peuvent lier individu et société, on est amené à penser ces relations en termes de cause et d'effet et à voir dans l'individu et dans la société deux objets en soi, deux réalités séparées. Or une telle séparation est impraticable, aussi bien au niveau du fait qu'au niveau du concept. Au niveau du fait, puisqu'il n'est pas d'individu humain dont l'individ […] Lire la suite

INDIVIDUALISME ET HOLISME

  • Écrit par 
  • Rémi LENOIR
  •  • 1 278 mots

Dans le chapitre « Deux visions du monde »  : […] Le concept hégélien d'« esprit objectif » constitue l'équivalent de ce que les sociologues relevant de la première tradition entendront sous le nom de société. Cette notion désigne tout ce qui se donne dans les conduites, dans les productions humaines, ce « je ne sais quoi » qui constitue la totalité concrète vers laquelle prennent sens les activités sociales. Elle renvoie à une totalité irréduct […] Lire la suite

INDIVIDUATION

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 414 mots

Sur le plan philosophique, et d'une façon très générale, l'individuation désigne le processus d'organisation qui détermine la réalisation d'une forme individuelle complète et achevée. Qu'il y ait une réalité individuelle est une énigme métaphysique. Elle se constate. Comment la comprendre ? Derrière toute émergence d'une forme individuelle, comprise comme passage de la puissance à l'acte, Aristote […] Lire la suite

INTIMITÉ

  • Écrit par 
  • Lilyane DEROCHE-GURCEL
  •  • 2 162 mots

Dans le chapitre « Relation à deux et présence du tiers »  : […] Cette fragilité de l'intimité révèle en fait son essence. Idéalement, elle est le fait de deux individus, même si ce chiffre est susceptible d'extension puisqu'il est légitime d'évoquer l'intimité de la vie familiale. Il reste, selon le propos de Simmel, que la vie quotidienne montre combien le nombre circonscrit à deux individus confère un sort spécifique à certaines relations : « un sort commun, […] Lire la suite

LEIBNIZ GOTTFRIED WILHELM

  • Écrit par 
  • Martine DE GAUDEMAR
  •  • 5 064 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le principe des indiscernables »  : […] Dans le Discours de Métaphysique , les conséquences de la doctrine logique sur les individus et en particulier sur les personnes humaines sont clairement énoncées. Chaque personne créée est définie par une notion complète dans l'entendement de Dieu. Cette notion complète enveloppe la raison de tous les prédicats (événements et propriétés) de cette substance individuelle, à la manière de la loi q […] Lire la suite

Pour citer l’article

Catherine CLÉMENT, « INDIVIDU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/individu/