INDIVIDU & SOCIÉTÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Inné et acquis

Acceptons que, chez un individu, ce qui relève du biologique soit inné, l'acquis relevant du culturel. Force est de constater que le biologique et le social ne fonctionnent jamais isolément. Comment, dès lors, distinguer opérationnellement la part de l'hérédité et celle du milieu humain ? Peut-on validement se tourner vers ces cas que nous offre la nature sous la forme des enfants-loups, dont le plus célèbre est Victor, « l'enfant sauvage de l'Aveyron » observé au début du xixe siècle par le docteur Itard ? De tels cas sont fortement contestables, car rien n'assure que l'enfant ait été abandonné avant tout contact avec le milieu culturel. D'autres procédures, mieux contrôlées et donc plus fiables, ont été construites en vue de mesurer les effets respectifs des facteurs héréditaires et du milieu sur la similarité ou la dissimilarité des performances des individus, les performances mesurées étant presque toujours des performances intellectuelles.

On peut classer ces recherches en trois catégories, selon qu'elles étudient l'effet de l'identité plus ou moins grande de l'hérédité avec identité de milieu (par exemple, les corrélations entre des personnes de même famille), l'effet de l'identité de milieu avec hérédité différente (par exemple, les corrélations entre enfants adoptés et parents adoptifs) ou l'effet de la différence de milieu avec hérédité identique (par exemple, les corrélations entre jumeaux vrais élevés séparément). Ces études des variations concomitantes permettent-elles que soit valablement isolé le facteur héréditaire ? On peut en douter, car le milieu familial est seul pris en compte et il est fait abstraction du milieu social général, où interviennent les amis, les maîtres, les livres, etc. Par ailleurs, ce milieu est défini de façon objectiviste, sans qu'interviennent jamais les différences de climat affectif dans une même famille à l'égard d'un enfant ou d'un autre ; on décrète naïvement que la famille dans laquelle vivent deux enfants est la même pour les deux et l'on ne prend pas au sérieux le [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite, université de Paris-V-Sorbonne

Classification


Autres références

«  INDIVIDU & SOCIÉTÉ  » est également traité dans :

ADAPTATION - Adaptation psychologique

  • Écrit par 
  • Albert JAKUBOWICZ
  •  • 5 009 mots

Dans le chapitre « L'atmosphère »  : […] L'atmosphère est la transformation de la qualité de l'espace et du temps due à la présence et à la relation conjuguée de plusieurs personnes. Par exemple, nous pouvons aimer deux personnes, mais trouver leur couple exécrable. Le couple produit une qualité qu'on nomme l'atmosphère. L'atmosphère est une production des échanges entre les individus et non une production de la volonté des individus. L' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adaptation-adaptation-psychologique/#i_1322

ADAPTATION - Adaptation sociale

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 2 248 mots
  •  • 1 média

Le concept d'adaptation sociale va de pair avec celui d' intégration sociale. L'adaptation décrit les mécanismes par lesquels un individu se rend apte à appartenir à un groupe. L'intégration, ceux par lesquels le groupe admet un nouveau membre. L'adaptation insiste sur les changements chez l'individu, qui sont la condition de l'intégration. De nombreuses études de psychologie sociale ont porté su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adaptation-adaptation-sociale/#i_1322

ADLER MAX (1873-1937)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 644 mots

Longtemps occulté par la prépondérance de l'idéologie bolchevique, le rôle de Max Adler, l'un des principaux représentants de l'austro-marxisme, s'éclaire d'une importance accrue à mesure qu'on redécouvre les tendances anti-autoritaires apparues dans l'évolution de la doctrine marxiste. Né le 15 janvier 1873 à Vienne, Max Adler entreprend des études de droit, mais se consacre surtout à la philosop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-adler/#i_1322

ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

  • Écrit par 
  • Miguel ABENSOUR
  •  • 7 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'individu, contre la standardisation »  : […] Par des voies multiples, Adorno parvient au même diagnostic quant à l'individu : en proie à une standardisation sans précédent, la société moderne procède à une liquidation du moi. Mais de par la souffrance qui l'affecte – le moment somatique –, de par le tourment qu'elle éprouve face à une universalité mensongère, l'expérience individuelle n'est-elle pas à même de sortir de la conservation de so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodor-wiesengrund-adorno/#i_1322

AGRESSION (psychologie sociale)

  • Écrit par 
  • Laurent BÈGUE
  •  • 899 mots

L’agression est définie comme un comportement qui vise à blesser intentionnellement un individu motivé à se soustraire à ce traitement. Les recherches conduites sur les formes et fonctions du comportement agressif ont mobilisé des méthodologies extrêmement variées (statistiques publiques judiciaires et policières, enquêtes de victimation ou de délinquance autoreportée, observations, tests cogniti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agression-psychologie-sociale/#i_1322

ALIÉNATION

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 998 mots

Dans le chapitre « Ambiguïtés du mot et du concept »  : […] L'ambiguïté du mot aliénation est une ambiguïté proliférante. Au niveau dit objectif, la notion peut être prise au ras de l'enquête empirique ou sur des plans variables d'élaboration conceptuelle, en fonction de la théorie ou du système qui règle la description, rassemble des analyses partielles et finalement s'articule sur une pratique sociale et politique, elle-même plus ou moins avouée ; le con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alienation/#i_1322

ALTHUSIUS JOHANN ALTHAUS dit JOHANNES (1557-1638)

  • Écrit par 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 1 156 mots

Né à une époque où l'Allemagne, notamment la Westphalie où il naquit, était une succession de petits fiefs animés surtout par les communautés calvinistes, Althusius appliqua sa pensée et son activité à ce contexte, aussi original que sa conception de la souveraineté devait l'être pour l'époque. Il étudie Aristote à Cologne, puis, à Bâle, la théologie, l'histoire et le droit ; en 1586, il est reçu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/althusius-johann-althaus-dit-johannes/#i_1322

ANARCHISME

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Jean MAITRON, 
  • Robert PARIS
  • , Universalis
  •  • 13 333 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'associationnisme »  : […] Parmi les nombreuses utopies sociales qui s'inspirent de la ferme volonté de préserver la souveraineté absolue de l'individu, relevons d'abord l'associationnisme de Stirner. L'auteur de L'Unique et sa propriété établit une différence fondamentale entre la société telle qu'elle existe et l'«  association » dont il prône l'avènement. La société se dresse face aux individus ; e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anarchisme/#i_1322

ANOMIE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 3 989 mots

Le concept d'anomie forgé par Durkheim est un des plus importants de la théorie sociologique. Il caractérise la situation où se trouvent les individus lorsque les règles sociales qui guident leurs conduites et leurs aspirations perdent leur pouvoir, sont incompatibles entre elles ou lorsque, minées par les changements sociaux, elles doivent céder la place à d'autres. Durkheim a montré que l'affa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anomie/#i_1322

ASSIMILATION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Shmuel Noah EISENSTADT
  •  • 9 369 mots

Dans le chapitre « Quelques types caractéristiques de groupes de candidats à l'assimilation »  : […] Le processus de transformation des groupes de candidats à l'assimilation va donner naissance dans la société d'accueil à bien des types différents. Il serait évidemment impossible d'analyser ici tous les types qui ont été décrits dans les études consacrées à ce sujet. On s'est limité ici aux plus intéressants, à ceux qui ont une valeur exemplaire. On les distingue généralement selon que le groupe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/assimilation-sociale/#i_1322

AUTOCONTRAINTE

  • Écrit par 
  • Fabien CARRIÉ
  •  • 1 191 mots

Le concept d’autocontrainte est élaboré par Norbert Elias dans le cadre de sa théorie du procès de civilisation. Opposée aux contraintes externes ( fremdzwänge ), consubstantielles à toute chaîne d’interrelations sociales, l’autocontrainte, parfois traduite comme autocontrôle ( selbstzwänge ), se comprend comme une réappropriation critique des acception […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autocontrainte/#i_1322

BENTHAM JEREMY (1748-1832)

  • Écrit par 
  • Pierre TROTIGNON
  •  • 1 930 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'individu à la société ou la sanction « automatique » »  : […] Bentham n'est pas naïf au point de croire que tous les hommes recherchent au même instant le même plaisir. Peu importe que nous connaissions ou non toutes les raisons passées de leurs différences, l'essentiel est d'être capable d'analyser exactement leurs déterminations présentes. Le savoir vrai n'est pas la totalité des phénomènes, mais la compréhension différentielle de leur production instantan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeremy-bentham/#i_1322

BIEN, philosophie

  • Écrit par 
  • Monique CANTO-SPERBER
  •  • 6 603 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le bien comme bonheur, ou « eudaimonia »  »  : […] Les philosophes de l'Antiquité ont lié la recherche du bonheur à la moralité. D'où le nom d'eudémonisme (du terme grec eudaimonia , bonheur, prospérité ou félicité) donné à leur philosophie. La thèse centrale de l'eudémonisme a trait à la coïncidence de la poursuite du bonheur et de l'accès à la vertu. Les philosophes antiques l'ont défendue contre les objections communes qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bien-philosophie/#i_1322

BOUDON RAYMOND (1934-2013)

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 791 mots

Né à Paris en 1934, normalien agrégé de philosophie en 1958, nommé professeur de sociologie à la Sorbonne (Paris-IV) en 1967, membre de l'Institut en 1990, Raymond Boudon a aussi enseigné régulièrement à l'université de Genève et connu une riche carrière internationale, enseignant notamment à Harvard, Chicago et Oxford. Il a commencé par se faire le partisan d'une position « scientifique » en soci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-boudon/#i_1322

CANETTI ELIAS (1905-1994)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 2 427 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Puissance des masses »  : […] Masse et puissance rassemble une somme transdisciplinaire de réflexions sur les processus de métamorphose de la pluralité indéfinie des individus en une masse compacte. L'individu, caractérisé par sa phobie du contact, et la masse dans laquelle il se dissout s'opposent si radicalement que le passage de l'un à l'autre s'apparente à une petite mort du sujet. Dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elias-canetti/#i_1322

CHOIX COLLECTIF ET BIEN-ÊTRE SOCIAL, Amartya Kumar Sen - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Samuel FEREY
  •  • 1 131 mots

Kenneth Arrow, à l'occasion de la remise du prix Nobel d'économie de 1998 à Amartya Kumar Sen, soulignait la « très grande cohérence de sa pensée ». Cette cohérence est d'autant plus remarquable que ses champs d'analyses sont pourtant nombreux : économie du développement (mesure des inégalités, étude des famines, etc.), théorie du choix social, philosophie morale. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/choix-collectif-et-bien-etre-social/#i_1322

CITOYENNETÉ

  • Écrit par 
  • Dominique SCHNAPPER
  •  • 4 676 mots
  •  • 1 média

Le terme de citoyen, dont la Révolution française avait déjà fait un usage enthousiaste et parfois excessif, est revenu à la mode depuis quelques années d'une manière insistante, sinon obsédante, et cela dans tous les pays démocratiques. Le plus souvent, il revient à dire simplement « non professionnel », « social », ou même « amical » ou « sympathique ». Le terme a pourtant une signification préc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/citoyennete/#i_1322

LA CITÉ DU SOLEIL, Tommaso Campanella - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 218 mots

Dans le chapitre « Le bonheur dans la servitude volontaire »  : […] L'œuvre de Campanella se présente sous la forme d'un dialogue entre un chevalier de l'Ordre des Hospitaliers et un marin génois, censé avoir rencontré, dans les incertitudes géographiques du Sri Lanka, le peuple des Solariens, pour lequel il professe une admiration sans réserve. Inspirée par celle de Platon, la république philosophique du Calabrais est gouvernée par un prêtre souverain, appelé Sol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-cite-du-soleil/#i_1322

CIVISME

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 4 694 mots

Le terme de civisme est un terme récent. On l'a lu chez Montesquieu, où il ne figure pas : « Cet amour [des lois], demandant une préférence continuelle de l'intérêt public au sien propre, donne toutes les vertus particulières... » ( De l'esprit des lois , IV, 5, éd. cit., p. 542). Le texte indiquant un effet souhaitable de l'éducation dans les républiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civisme/#i_1322

CLASSES SOCIALES - La théorie de la lutte de classes

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 8 266 mots

Dans le chapitre « Classes et conflits »  : […] La société de l'individualisme démocratique se donne un modèle ni réalisé ni réalisable qui fonctionne, au mieux, comme une « idée régulatrice » (au sens que donne Kant à cette notion) : l' individu, originairement libre, d'un côté réalise son universalité dans la politique où il se fait sujet législateur, de l'autre réalise sa particularité dans la société civile, lieu des égoïsmes et des intérêt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classes-sociales-la-theorie-de-la-lutte-de-classes/#i_1322

CLASSIFICATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 996 mots

Une classification est une représentation du monde ou d’une partie du monde. Elle est basée sur un principe de division et, le cas échéant, sur un principe de hiérarchie. Dans la préface des Mots et les C hoses (1966), Michel Foucault évoque « une certaine encyclopédie chinoise » dans laquelle « les animaux se divisent en a) appart […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classification-sociologie/#i_1322

COGNITION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Vincent YZERBYT
  •  • 1 024 mots

Si la psychologie sociale étudie la manière dont les pensées, les émotions et les comportements sont influencés par autrui et l’affectent, la cognition occupe une place tout à fait privilégiée dans la discipline. Mobilisant de façon intensive les modèles de l’attention, de la mémoire, du raisonnement et de la formation de concepts, la cognition sociale est un courant de recherche très actif, qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cognition-sociale/#i_1322

CONFIGURATION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Fabien CARRIÉ
  •  • 1 085 mots

Outil conceptuel développé par Norbert Elias, la notion de configuration est explicitement conçue dans l’optique d’une remise en cause de la dichotomie individu/société qui grèverait la plupart des théories sociologiques. Selon l’auteur, celles-ci seraient saturées d’idéologies et, par conséquent, inaptes à s’émanciper de représentations du monde social en termes de « double dépendance », les une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/configuration-sociale/#i_1322

CONFORMISME (psychologie)

  • Écrit par 
  • Michel CHAMBON, 
  • Michaël DAMBRUN
  •  • 1 022 mots

Le conformisme désigne le processus d'influence sociale par lequel une personne est amenée à aligner ses propres perceptions, croyances ou conduites sur celles d'un ensemble d'autres personnes. Commander la même boisson que ses amis lors d'une sortie, adopter les codes vestimentaires en usage dans son entourage professionnel, ou encore adhérer aux préjugés en vigueur dans son nouveau club sportif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conformisme-psychologie/#i_1322

CONSENSUS

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 2 712 mots

« Comment se forme un concours unanime parmi des individus séparés ? » Envisagée de cette façon, la notion de consensus implique l'analyse des mécanismes et des procédures qui font naître la décision collective. Mais, derrière cette scène apparente – scène politique où s'instruit et se construit la volonté commune –, existe un autre ordre, plus profond, dissimulé aux agents sociaux et qui fait qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/consensus/#i_1322

CONTRAT SOCIAL

  • Écrit par 
  • Michel TROPER
  •  • 4 442 mots

Malgré leur diversité, les doctrines du contrat social se proposent toutes de trouver dans l'individu le fondement de la société, de l'État, ou simplement de l'autorité politique. À cet égard, elles diffèrent radicalement, et même s'opposent aux doctrines qui voient dans la société ou dans l'État une réalité une et définie, distincte de ses parties, qu'il s'agisse de la doctrine juridique alleman […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contrat-social/#i_1322

CORPS - Les usages sociaux du corps

  • Écrit par 
  • Luc BOLTANSKI
  •  • 2 595 mots

Parler d' usages sociaux du corps c'est poser l'existence d'une correspondance globale entre, d'une part, l'utilisation que les individus font de leur corps, la relation qu'ils entretiennent avec le corps propre et même certaines de leurs propriétés somatiques (par exemple, le rapport entre taille et poids ou le type de morbidité) et, d'autre part, leur appartenance sociale, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-les-usages-sociaux-du-corps/#i_1322

CORPS - Cultes du corps

  • Écrit par 
  • Bernard ANDRIEU
  •  • 5 041 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La tentation du narcissisme »  : […] Le culturisme ou body-building est l'une des pratiques principales qui, avec le fitness, le stretching, le cardio-training, ont développé depuis les années 1970 l'estime de soi par la remise en forme physique. Cette religion du corps repose sur une croyance performative qui ne relève plus de l'énoncé – « quand dire, c'est faire » selon la formule de John Austin −, mais de l'acte : quand faire, c' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-cultes-du-corps/#i_1322

CULTURALISME

  • Écrit par 
  • Marc ABELES
  •  • 2 560 mots

Dans le chapitre « Personnalité de base et institutions »  : […] Bien que l'héritage freudien ne soit nullement renié, il s'agit, pour Kardiner, de créer un cadre conceptuel suffisamment élaboré pour penser une causalité à double sens : du milieu sur l'individu ; de l'individu sur le milieu. Or Freud et ses disciples ne semblent guère concernés par ces processus de modelage réciproque où s'interpénètrent personnalité et société. Les deux concepts introduits pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culturalisme/#i_1322

CULTURE - Nature et culture

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 880 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Enjeux et usages de l'opposition nature/culture »  : […] Le souci de cerner nettement la part de l' éducation, de l'apprentissage, de la culture dans la constitution de la personnalité humaine et, simultanément, de connaître la part de l'inné, et donc du naturel, et donc de l'universel, n'est pas l'apanage de notre civilisation. Leibniz cite, dans le livre III de ses Nouveaux Essais, le cas de ce roi de l'Antiquité qui avait fait i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-nature-et-culture/#i_1322

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 332 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Ordre politique, Lumières et « Kultur » »  : […] Au regard de Hobbes, la satisfaction que l'individu trouve dans la société ne consacre pas la jouissance de certains biens, mais l'assurance d'en pouvoir éventuellement disposer. Ainsi entre l'impulsion et le pouvoir politique n'y a-t-il pas incompatibilité. Le désir de puissance s'est converti en une puissance garante du désir – à la limite la puissance de l'État – et la rationalité du pacte tra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-culture-et-civilisation/#i_1322

CULTURE - Culture de masse

  • Écrit par 
  • Edgar MORIN
  •  • 7 498 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La problématique de la vie privée »  : […] Mais l'intérieur devient aussi le siège d'une crise larvée : crise du couple, crise de l'amour et de l'érotisme, crise de la relation parents-enfants. Aussi l'industrie culturelle dirige-t-elle ses pseudopodes vers une utopie plus intense, encore que provisoire, celle des loisirs, des week-ends et surtout des vacances, où elle propose de réaliser, avec tout le confort moderne, l'état de nature idy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-culture-de-masse/#i_1322

DANGEROSITÉ, psychologie

  • Écrit par 
  • Thierry H. PHAM
  •  • 921 mots

Le terme « dangerosité » a fait l’objet de multiples débats et controverses. Dans cette section, nous nous appuierons sur la définition de James Ogloff qui renvoie à « la notion de comportement physiquement violent dirigé envers soi-même ou autrui ainsi que la menace de tel comportement ». La dangerosité inclut ainsi une vaste gamme de comportements physiques et verbaux qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dangerosite-psychologie/#i_1322

DE LA DÉMOCRATIE EN AMÉRIQUE, Alexis de Tocqueville - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Splendeurs et misères de la démocratie »  : […] Les deux tomes de ce volumineux ouvrage répondent à l'intention de Tocqueville de saisir, à partir de l'exemple américain, l'ensemble des conditions et des conséquences de la marche, inéluctable selon lui, des sociétés vers un état et des mœurs démocratiques. Dans le premier volume, l'auteur brosse le tableau de la société américaine et balaye, en les hiérarchisant, les traits qui font d'elle une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-la-democratie-en-amerique/#i_1322

DEVOIR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 242 mots

Dans le chapitre « La liberté dans la loi ou en dehors de la loi ? »  : […] Kant et Nietzsche ont en commun de partir en quête de ce qui fait l’autonomie de l’être humain : Qu’est-ce qui permet à l’homme de devenir un individu authentique et non pas le simple jouet des forces naturelles ou sociales ? En confrontant leurs thèses, une question difficile s’impose, qui est au cœur de la philosophie contemporaine : Quelle est la meilleure façon d’être un individu ? Faut-il sui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/devoir-notions-de-base/#i_1322

DEWEY JOHN (1859-1952)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 1 897 mots

Dans le chapitre « Dewey psychologue, éducateur et penseur de la démocratie »  : […] Avant d'élaborer son œuvre philosophique, Dewey s'est fait connaître par ses idées en psychologie et surtout par sa philosophie de l'éducation. Celle-ci occupe dans son œuvre une place centrale. Non seulement il s'y est intéressé très tôt (il a créé l'école-laboratoire de l'université de Chicago en 1897), mais l'importance de l'éducation apparaît étroitement liée à sa philosophie de la connaissanc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-dewey/#i_1322

DISCOURS DE LA SERVITUDE VOLONTAIRE, Étienne de La Boétie - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 260 mots

Dans le chapitre « Le pouvoir, ennemi de l'homme »  : […] La Boétie est sans doute le premier à aventurer l'idée que les relations sociales ne doivent, en aucune façon, entraver l'indépendance des individus, qui en sont les protagonistes. S'il annonce le célèbre propos de Rousseau, « L'homme est né libre et partout il est dans les fers », il outrepasse le constat désabusé auquel s'arrêtera le philosophe des Lumières. S'interrogeant sur cette aberration q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/discours-de-la-servitude-volontaire/#i_1322

DOUGLAS MARY (1921-2007)

  • Écrit par 
  • Éric SORIANO
  •  • 977 mots

Mary Douglas est une anthropologue britannique dont les travaux comparatistes sont reconnus parmi les plus novateurs. Fille d’un administrateur colonial de l’Indian Civil Service en poste en Birmanie, elle part en Angleterre dès 1926 pour y réaliser une scolarité au sein de prestigieuses institutions catholiques. L’originalité de sa trajectoire intellectuelle tire sans doute sa source d’une format […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mary-douglas/#i_1322

DROGUE

  • Écrit par 
  • Alain EHRENBERG, 
  • Olivier JUILLIARD, 
  • Alain LABROUSSE
  • , Universalis
  •  • 12 110 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Abstinence-désintoxication-éradication »  : […] Trois éléments se sont cumulés pour forger la politique française de lutte contre les drogues : la culture politique républicaine qui imprègne l'action publique, les conceptions du soin par le corps professionnel qui a obtenu le monopole de gestion de ces questions, enfin l'absence de politique de santé publique. La définition politique de la drogue est liée à la façon dont la culture politique ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drogue/#i_1322

DROIT ET CITOYENNETÉ AU DÉBUT DU XXIe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Renaud DEMOYEN
  •  • 2 536 mots

La relation de l'individu au droit est traditionnellement appréhendée par le biais de la distinction entre droit objectif (la règle qui s'impose à tous les individus, objets de droit) et droit subjectif (l'individu en tant que titulaire de droits, qu'il peut exercer). Mais la façon dont l'individu lui-même perçoit cette relation peut prendre des formes très différentes. Tantôt, endossant l'habit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-et-citoyennete-au-debut-du-xxie-siecle/#i_1322

DURKHEIM ÉMILE (1858-1917)

  • Écrit par 
  • Philippe BESNARD, 
  • Raymond BOUDON
  •  • 11 011 mots

Dans le chapitre « « Le Suicide » »  : […] Dans Le Suicide , Durkheim illustre certaines des propositions essentielles qu'on voit apparaître tout au long de son œuvre. On y trouve tout d'abord une gageure : démontrer la spécificité du social à propos d'un phénomène relevant apparemment surtout de la psychologie individuelle. Mais Durkheim a beau jeu de démontrer d'une part que les thèses qui font dériver le suicide d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-durkheim/#i_1322

DURKHEIM (ÉCOLE DE)

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 2 534 mots

Émile Durkheim (1858-1917), fondateur de l'école qui porte son nom, est sans doute, encore de nos jours, le sociologue français le plus célèbre, entre autres parce qu'il est l'un des véritables pères fondateurs de la discipline qu'il fut le premier à enseigner dans une enceinte universitaire, à Bordeaux, en 1887. Cet enseignement fut le point de départ de ce qui est devenu une véritable école, qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/durkheim-ecole-de/#i_1322

ÉCHEC

  • Écrit par 
  • Eliane AMADO LEVY-VALENSI
  •  • 5 079 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Pièges des succès sécurisants »  : […] On peut comprendre alors toutes les dimensions individuelles et sociales de l'échec, et de la peur de l'échec, et toutes les caricatures du succès qui tentent d'en masquer les profondeurs. La vocation de l'homme se réalise dans le changement, dans la créativité sans cesse mise en péril, dans l'effort qui fragilise à tout moment le sujet lui-même. Et l'homme cherche la stabilité, la sécurité. Il ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echec/#i_1322

ELIAS NORBERT (1897-1990)

  • Écrit par 
  • Alain GARRIGOU
  •  • 1 796 mots

Dans le chapitre « Sociologie et histoire »  : […] L'épistémologie eliasienne replace la science elle-même dans l'histoire, en un savoir réflexif qui rend compte de ses conditions de possibilité. La maîtrise des affects permet la distanciation nécessaire à l'apparition d'une pensée scientifique, et ensuite dans chacun des domaines scientifiques. En associant cette posture réflexive au travail sur les concepts d'interdépendance, de configuration, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norbert-elias/#i_1322

ENFANCE (Les connaissances) - La socialisation

  • Écrit par 
  • Philippe MALRIEU
  •  • 5 482 mots
  •  • 1 média

L'enfant grandit au sein de relations interpersonnelles au cours desquelles il élabore des attitudes de sociabilité, à la fois d'attachement et de rejet, à l'égard des sujets qui l'entourent. Activité complexe, où les émotions, les imitations, les agressions, les identifications, plus tard les comparaisons entre personnes, jouent des rôles multiples. Mais ces relations se poursuivent dans un syst […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfance-les-connaissances-la-socialisation/#i_1322

ESPACE GÉOGRAPHIQUE

  • Écrit par 
  • Robert MARCONIS
  •  • 1 328 mots

Dans le chapitre « L'espace géographique, élément du système social »  : […] Cet engouement pour l'espace semble sortir la géographie de son empirisme traditionnel, de son incapacité à dépasser le stade des typologies inductives construites à partir d'études de cas, qui privilégiaient les caractéristiques propres à telle ou telle portion de l'espace terrestre. L'analyse spatiale donne la priorité à une réflexion théorique, ouvrant la voie à des recherches déductives, en qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-geographique/#i_1322

ÉTAT

  • Écrit par 
  • Olivier BEAUD
  •  • 6 344 mots

Dans le chapitre « Une communauté de citoyens »  : […] Si l'État repose sur une relation asymétrique entre le souverain et les sujets, typique de l'État monarchique ou autocratique, l' avènement du peuple en tant que souverain a opéré un basculement d'ampleur : l'individu n'est plus seulement un sujet, mais aussi un citoyen. Il faut donc bien saisir les deux dimensions de la relation qui unit l'individu à l'État : la sujétion et la citoyenneté. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etat/#i_1322

ETHNOLOGIE - Ethnologie générale

  • Écrit par 
  • Raymond William FIRTH
  •  • 9 525 mots

Dans le chapitre « Place de l'individu dans la société »  : […] Le statut est la position sociale d'un individu avec les droits et devoir afférents. Le mot implique stratification. Cette analogie spatiale recouvre plusieurs significations : un homme occupe une « situation élevée » s'il est à même de régler la conduite des autres, soit en donnant des ordres, soit par son influence, ou s'il tient son prestige d'une charge importante, ou encore si sa conduite lu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-ethnologie-generale/#i_1322

EXISTENTIALISME

  • Écrit par 
  • Yves STALLONI
  •  • 1 089 mots

Indépendamment de ses fondements théoriques et de ses retentissements philosophiques, l’existentialisme mérite d’être considéré dans une perspective littéraire et même sociologique. Une des raisons de sa popularité est sans doute que cette philosophie de l’existence ne propose pas un système achevé. Elle formule plutôt un rapport au monde dont on pourra également trouver trace chez des penseurs an […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/existentialisme/#i_1322

FAIT SOCIAL

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 1 286 mots

Dans le chapitre « Les attributs du fait social »  : […] Le fait social possède comme attributs fondamentaux la contrainte, l'extériorité et l'inévitabilité. Contrainte : les individus sont amenés à se soumettre à son existence, comme ils doivent se soumettre à celle de la pesanteur ou de la composition de l'air. Extériorité : les individus ne produisent pas le fait social en lui-même, mais le rencontrent à l'extérieur de leurs propres productions psych […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fait-social/#i_1322

FAMILLE - Le statut de l'enfant dans la famille contemporaine

  • Écrit par 
  • François de SINGLY
  •  • 4 281 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Rupture historique : l'individu « roi » »  : […] La reconnaissance des droits de l'enfant (au moins dans la version qu'en donne la Convention adoptée par les Nations unies en 1989) ne peut être comprise que si elle est resituée dans un mouvement plus général, celui de la reconnaissance de l'enfant comme personne. Ainsi que le souligne Éléonore Lacroix (2001), l'enfant est devenu « discernable » : « Il faut en passer par cette construction abstra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/famille-le-statut-de-l-enfant-dans-la-famille-contemporaine/#i_1322

FICHTE JOHANN GOTTLIEB (1762-1814)

  • Écrit par 
  • Alexis PHILONENKO
  • , Universalis
  •  • 8 846 mots

Dans le chapitre « Le droit et la morale »  : […] Le Fondement sépare le droit de la morale. Tandis que l'école kantienne déduisait le droit de la morale, Fichte considère que ces deux domaines doivent être séparés. Le droit est le domaine qui voit s'actualiser légitimement des volontés encore liées aux besoins et aux tendances sensibles, tandis que la morale vise l'unité spirituelle des consciences. Dans sa théorie du droi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-gottlieb-fichte/#i_1322

FINANCEMENT PARTICIPATIF ou CROWDFUNDING

  • Écrit par 
  • Jean-Charles DUFEU
  •  • 3 605 mots

C rowdfunding , traduit en français par l’expression « financement participatif », signifie littéralement « financement par la foule ». Il repose sur un principe simple : une entreprise ou une création artistique augmente ses chances de naître ou de se développer en multipliant les sources de financement. Dans ce contexte, le porteur de projet fait appe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/financement-participatif-crowdfunding/#i_1322

FOULE

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 848 mots

Que la question de la psychologie des foules ne soit apparue qu'au xix e siècle s'explique peut-être par le fait qu'avec les sociétés industrielles nous voyons se développer le phénomène de l'entrée des masses dans la vie publique, l'intervention du nombre comme facteur politique, le poids arithmétique des majorités contre les élites. C'est, en t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foule/#i_1322

FOURIÉRISME

  • Écrit par 
  • Simone DEBOUT-OLESZKIEWICZ
  •  • 4 168 mots

Dans le chapitre « Les phalanstères »  : […] Ces dispositions supposent la société entière et le grand air du monde. Pourtant Fourier croyait possible d'organiser un « phalanstère » ou « phalange », en associant 810 caractères différents des deux sexes (soit 1 620), qui représentent l'âme humaine intégrale. Chaque individu, en effet, n'est que la 810 e partie de l'âme : il possède le fonds commun des douze passions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fourierisme/#i_1322

FRANCE (Arts et culture) - Les Français en question

  • Écrit par 
  • Theodore ZELDIN
  •  • 12 309 mots

Dans le chapitre « L'individu contre le type »  : […] Être français, en effet, pouvait aussi signifier quelque chose de tout à fait différent, et, au cours du xix e  siècle, c'est cette deuxième interprétation qui prit le dessus. Elle mettait l'accent sur ce qui distingue les Français du reste de l'humanité plutôt que sur ce qui est commun à tous les hommes. Elle se donnait pour idéal de couler tous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-les-francais-en-question/#i_1322

GAUCHET MARCEL (1946- )

  • Écrit par 
  • Marc-Olivier PADIS
  •  • 1 520 mots

Dans le chapitre « La communauté impossible »  : […] Cette méthode dégage une position vis-à-vis des démocraties contemporaines en soulignant leur part méconnue : pour Marcel Gauchet, en effet, nos sociétés tendent à méconnaître précisément ce qui les rend possibles. Elles se montrent « oublieuses » des conditions qui assurent la pérennité de leur régime. Le débat sur les droits de l'homme apparaît de ce point de vue central, puisque ces derniers p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-gauchet/#i_1322

GÉRONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Claude BALIER, 
  • François BOURLIÈRE, 
  • Martine DRUENNE-FERRY, 
  • Paul PAILLAT, 
  • Henri PÉQUIGNOT
  •  • 9 273 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les personnes âgées dans la société »  : […] Dans l'Antiquité, comme aujourd'hui encore dans de nombreuses sociétés agricoles ou pastorales du Tiers Monde, le groupe des anciens jouissait d'un respect qui tenait, en partie, au fait qu'il était peu nombreux (on pouvait attribuer la longévité exceptionnelle à la protection des dieux), ainsi qu'à son rôle de dépositaire et de transmetteur de la tradition et des connaissances techniques. L'évolu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerontologie/#i_1322

GROUPE DYNAMIQUE DE

  • Écrit par 
  • Didier ANZIEU
  •  • 3 606 mots

Dans le chapitre « Les démocraties occidentales et le groupe »  : […] Les concepts des sciences sociales correspondent souvent à la prise de conscience de problèmes posés à la société en un moment donné. Il en est ainsi pour celui de dynamique de groupe. Ce n'est pas par hasard s'il est inventé en 1944, en pleine guerre mondiale, par Kurt Lewin (1890-1947), psychologue expérimentaliste allemand qui avait émigré depuis près de quinze ans en Amérique. Pour lui, cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dynamique-de-groupe/#i_1322

GROUPE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER, 
  • François CHAZEL
  •  • 11 396 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'intimité et l'enracinement »  : […] Étant donné ses orientations, la sociologie européenne ne se prêtait guère à une réflexion approfondie sur la notion de groupe primaire. En revanche, aux États-Unis, le courant intellectuel dominant favorisait l'empirisme, et non pas la philosophie de l'histoire ; d'autre part, le libéralisme démocratique invitait à étudier la socialisation de l'individu ou, si l'on préfère, son enracinement dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-social/#i_1322

HISTOIRE DE LA POLITESSE DE 1789 À NOS JOURS (F. Rouvillois) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christophe VOILLIOT
  •  • 1 030 mots

Professeur de droit public, Frédéric Rouvillois nous propose une Histoire de l a politesse en France (Flammarion, 2006) dont les manuels ou traités à usage des honnêtes gens constituent la charpente. Cette histoire, dont la chronologie s'articule en quatre temps, est discontinue. La Révolution française se caractérise par une crise de la civilité d'Anci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-la-politesse-de-1789-a-nos-jours/#i_1322

HOMO HIERARCHICUS, Louis Dumont - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 069 mots

Une enquête approfondie menée en 1949-1950 en pays tamoul, suivie de recherches conduites entre 1954 et 1958 dans la plaine du Gange, et une thèse de doctorat sur une sous-caste de l'Inde du Sud (1957) ont précédé la publication, en 1966, de l'étude longuement mûrie sur « Le Système des castes et ses implications » –  Homo hierarchicus  –, qui a fait de Louis Dumont (1911-199 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homo-hierarchicus/#i_1322

HOMOSEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Frédéric MARTEL
  •  • 9 204 mots

Les liens amoureux et sexuels entre personnes de même sexe peuvent être ritualisés, condamnés, marginalisés ou tolérés, mais leur présence dans toute société, jusque dans celles qui les nient avec le plus de force, confirme en fait l'universalité de ces « pratiques ». Tout comme leur sort social, leur désignation a profondément varié selon les époques, et le terme d'homosexualité, d'origine médica […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homosexualite/#i_1322

HONNETH AXEL (1949- )

  • Écrit par 
  • Gérard RAULET
  •  • 1 858 mots

Dans le chapitre « Les sphères de reconnaissance »  : […] Ce changement de paradigme conduit à ne plus concevoir l’agir communicationnel seulement sous l’aspect de l'entente rationnelle mais au sens des conditions de reconnaissance. Il a aussi des implications importantes quant au rapport de la Théorie critique au marxisme et, plus globalement, à l’articulation entre une philosophie morale et politique avec une philosophie sociale. Axel Honneth ne rédui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/axel-honneth/#i_1322

INCIVILITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 4 278 mots

Vitres brisées, dégradations diverses, emballages abandonnés, mais aussi troubles de voisinage, agressivité ou simple impolitesse constituent quelques-unes de ces transgressions des codes sociaux aujourd'hui appelées « incivilités » . Très variées, ces nuisances sont couramment analysées par les sciences sociales en liaison avec le thème de l'insécurité. Mais la notion d'incivilité, qui engage cel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/incivilite/#i_1322

INDIVIDU

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 4 626 mots

Dans le chapitre « La qualification de l'État »  : […] Division en membres, mort et génération, voire mort par génération : telles sont les caractéristiques de la dialectique de la société, analogue à celle qu'on vient de décrire. Il importe de noter tout d'abord que l'individualité porte ici le nom de particularité , au sens où l'on peut dire plaisamment « un particulier », pour parler d'un individu. La pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individu/#i_1322

INDIVIDUALISME

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 214 mots

Dans le chapitre « Origine de l'individualisme »  : […] Hormis ce dernier aspect, qui concerne la méthodologie des sciences sociales, la question se pose de l'origine et du développement de cette doctrine, donc de l'avènement de l'individu et son affirmation en tant qu'incarnation de valeurs. La réponse est donnée dans un scénario historique qui, selon Louis Dumont ( Essais sur l'individualisme , 1983), situe l'émergence de l'ind […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individualisme/#i_1322

INDIVIDUALISME MÉTHODOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 315 mots

Dans le chapitre « Sources et principes »  : […] Il revient à l'économiste autrichien Joseph A. Schumpeter d'avoir nettement distingué, dans l' Histoire de l'analyse économique (1954), deux types d'individualisme : « sociologique » et « méthodologique ». Le premier, largement accepté aux xvii e et xviii e  siècles, pose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individualisme-methodologique/#i_1322

INDIVIDUATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Philippe RIUTORT
  •  • 773 mots

L’individuation constitue l’une des notions clés pour saisir l’ampleur du changement social qui caractérise l’avènement des sociétés industrielles à partir de la fin du xix e  siècle. Chacun à sa manière, les fondateurs de la discipline sociologique ont été confrontés à l’émergence de la notion comme de la réalité historique que représentait l’app […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individuation-sociologie/#i_1322

L'INÉGALITÉ DES CHANCES. LA MOBILITÉ SOCIALE DANS LES SOCIÉTÉS INDUSTRIELLES, Raymond Boudon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 058 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une analyse en termes de modèles »  : […] La première partie de l'ouvrage s'attache précisément à ce dernier aspect à partir des conséquences méthodologiques que Raymond Boudon tire de ce qu'il nomme « le paradoxe d'Anderson ». En 1961, ce dernier montrait que la promotion scolaire d'un individu ne garantit pas sa promotion sociale, et inversement qu'une réussite scolaire inférieure à son père n'implique pas automatiquement une mobilité s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-inegalite-des-chances-la-mobilite-sociale-dans-les-societes-industrielles/#i_1322

INSTITUTIONS

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 6 065 mots

Dans le chapitre « La conception durkheimienne de l'institution »  : […] Les sociologues durkheimiens commencent, comme le fait Marcel Mauss dans son article de la Grande Encyclopédie , par souligner que les institutions, de même que tous les « faits sociaux », doivent être traitées comme des « choses ». Le fameux précepte durkheimien signifie d'abord que le travail du sociologue ne consiste point à interpréter mais à constater : « c'est ainsi », […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/institutions/#i_1322

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE (IA)

  • Écrit par 
  • Jean-Gabriel GANASCIA
  •  • 5 073 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Questions éthiques  »  : […] Avec l’intelligence artificielle, la plupart des dimensions de l’intelligence – sauf peut-être l’humour – font l’objet d’analyses et de reconstructions rationnelles avec des ordinateurs. De plus, les machines outrepassent les facultés cognitives de l’homme dans la plupart des domaines, ce qui fait craindre à certains des risques d’ordre éthique. On a beaucoup glosé sur la question des voitures au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intelligence-artificielle-ia/#i_1322

INTÉRÊT, sciences humaines et sociales

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 557 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Approche phénoménologique : intérêt propre et divertissement »  : […] Un essai classique de Albert O. Hirschman, Les Passions et les intérêts , a montré comment, avec le déclin de l'idée de « gloire », s'est développée, du xvi e au xviii e  siècle, une stratégie visant à assurer le contrôle de l'intérêt sur la passion. Bien que purement égoïst […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interet-sciences-humaines/#i_1322

INTÉRÊT (sociologie)

  • Écrit par 
  • François VATIN
  •  • 1 333 mots

Les usages les plus anciens du mot « intérêt » en français, attestés dès le xiii e  siècle, sont d’ordre financier (profit du prêt d'argent) ou juridico-économique (dommages et intérêts). Ce n’est qu’au xvi e  siècle, que réapparaît le sens large issu du latin : « Ce qui importe, ce qui convient e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interet-sociologie/#i_1322

INTERVENTION SOCIOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • W. ACKERMANN
  •  • 3 834 mots

Dans le chapitre « Action sur l'individu »  : […] Parmi les méthodes qui s'adressent principalement aux individus, la plus classique est sans doute la formation par diffusion de connaissances et discussion de cas. Le formateur joue dans cette approche un rôle très actif, modelé sur l'enseignement traditionnel. Le but est d'entraîner le personnel aux fonctions de gestion et d'encadrement qu'il aura à accomplir ; mais les résultats obtenus se situe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intervention-sociologique/#i_1322

INTIMITÉ

  • Écrit par 
  • Lilyane DEROCHE-GURCEL
  •  • 2 162 mots

Entre espace public et espace privé, l'intimité se définit, selon les termes de Georg Simmel, à l'œuvre duquel font aujourd'hui référence de nombreux sociologues, comme une forme pure de socialisation, affranchie de tout contenu susceptible à lui seul de lui conférer une identité propre. Une relation intime apparaît dès que la face interne de cette relation est éprouvée par les acteurs comme son a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intimite/#i_1322

INTRODUCTION AUX PRINCIPES DE LA MORALE ET DE LA LÉGISLATION, Jeremy Bentham - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 071 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Destin de l'utilité benthamienne »  : […] Si, pour sa version optimiste du bonheur, l' Introduction ne pouvait qu'outrer les sensibilités romantiques et catholiques, c'est surtout la notion équivoque d'utilité, recouvrant à la fois des acceptions normatives et descriptives, qui fut controversée. Souvent interprété à tort comme une apologie de l'égoïsme ou un programme d'éthique individuelle calée, de façon réductri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/introduction-aux-principes-de-la-morale-et-de-la-legislation/#i_1322

IRRATIONALITÉ INDIVIDUELLE ET ORDRE SOCIAL (P. Moessinger) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 483 mots

Les sciences sociales, depuis leur lointaine constitution et leur institutionnalisation au xix e  siècle, sont le cadre d'un débat toujours recommencé sur les rapports qu'entretiennent individu et société. La manière dont les mécanismes psychologiques s'ajustent au dispositif social a fait l'objet d'analyses qui, pour rendre compte de l'ordre ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/irrationalite-individuelle-et-ordre-social/#i_1322

JOURNAL INTIME

  • Écrit par 
  • Claude BURGELIN
  •  • 2 330 mots

Dans le chapitre « La parole de l'individu »  : […] Le journal intime devient une forme d'expression littéraire à la fin du xviii e  siècle, en même temps que les autres formes d'écriture autobiographique – comme Les Confessions de Rousseau – et en même temps que commence à se constituer et s'instituer la notion de littérature. Il s'est façonné dans sa diversité à partir d'or […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/journal-intime/#i_1322

JUSTICE SOCIALE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 7 951 mots

Dans le chapitre « La justice sociale selon John Rawls »  : […] Sur le « problème de l' envie  », définie comme « la tendance à éprouver de l'hostilité à la vue du plus grand bien des autres, même si leur condition plus favorisée que la nôtre n'ôte rien à nos propres avantages » (paragr. 80), John Rawls revient également dans sa Théorie de la justice . Mais les pages consacrées à ce sujet ont moins retenu l'attention […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justice-sociale/#i_1322

KARDINER ABRAM (1891-1981)

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 2 580 mots

Il est difficile de classer Kardiner, mais cette difficulté même permet de le situer – et comme un des pères fondateurs – dans le groupe des savants qui ont placé leurs travaux sous le titre de Culture et personnalité. Un titre qui affiche le programme de ce qu'on appelle l' anthropologie culturelle : « anthropologie », parce qu'il s'agit d'étudier l'homme ; « culturelle », parce qu'on choisit de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abram-kardiner/#i_1322

LA CONDITION FŒTALE (L. Boltanski) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Sandrine GARCIA
  •  • 1 016 mots

Pour le trentième anniversaire de la loi Veil (21 décembre 1974), Luc Boltanski comble un vide en abordant une question curieusement peu travaillée en sociologie : l'avortement. Dans La Condition fœtale. Une sociologie de l'engendrement et d e l'avortement (Gallimard, 2004), son ambition est de traiter celui-ci comme un objet sociologique « ordinaire », […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-condition-foetale/#i_1322

LA CULTURE DES INDIVIDUS. DISSONANCES CULTURELLES ET DISTINCTION DE SOI (B.Lahire) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Vincent DUBOIS
  •  • 1 042 mots

Au fil de ses ouvrages, Bernard Lahire propose une sociologie empirique de la culture articulée à une réflexion sur les modèles d'analyse du monde social. On retrouve ces différentes dimensions avec La Culture des individus (La Découverte, 2004), qui apporte une contribution importante à la sociologie du goût et des pratiques culturelles, et s'inscrit plus largement dans une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-culture-des-individus-dissonances-culturelles-et-distinction-de-soi/#i_1322

LIBERTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 11 650 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la liberté arbitraire au champ de la politique »  : […] Un texte de Hegel, important et difficile, met tout de suite en place le second niveau du problème : « Le domaine du droit est le spirituel en général ; sur ce terrain, sa base propre, son point de départ sont la volonté qui est libre ; si bien que la liberté constitue sa substance et sa destination et que le système du droit est l'empire de la liberté réalisée, le monde de l'esprit produit comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte/#i_1322

LIBERTÉ, sociologie

  • Écrit par 
  • Arnault SKORNICKI
  •  • 2 001 mots

De prime abord, la question de la liberté semble relever de la philosophie morale et politique, voire de la métaphysique, plutôt que des sciences sociales. La tradition sociologique, parce qu’elle a rompu avec la philosophie pour se rapprocher des sciences expérimentales, ne prétend d’ailleurs pas élucider la vieille querelle autour de ce thème – y a-t-il ou non une volonté libre ? : celle-ci ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte-sociologie/#i_1322

LIEN SOCIAL

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 1 247 mots

Ce vocable peut a priori désigner une simple tautologie, à savoir que les hommes se lient entre eux pour constituer une société. D'un point de vue phénoménologique, il n'est pas déplacé d'indiquer que le « nous » est présent dans tout « moi », dans la mesure où le « moi » de l'individu est précisément façonné par l'action des autres dans le processus pluriel de socialisation. C'est la base de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lien-social/#i_1322

LOYAUTÉ

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 3 711 mots

Dans le chapitre « Les cadres sociaux de la loyauté »  : […] C'est dans trois contextes que se pose le problème de la loyauté : celui de la famille, celui des organisations, celui de l'État. Bien entendu, être loyal à ses parents n'est pas la même chose qu'être loyal à l'égard de l'entreprise qui nous emploie, ou envers l'État dont nous sommes citoyens. Mais, dans les trois cas, la loyauté s'analyse comme un ensemble de devoirs plus ou moins contraignants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loyaute/#i_1322

LUMIÈRES

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 7 857 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'homme comme être social »  : […] Il reste l'homme, situé au-dessus de l'animal. Mais que faire de l'enfant sauvage, dont La Condamine raconte l'histoire ( Histoire d'une jeune fille sauvage trouvée dans les bois à l'âge de dix ans , 1775), des monstres qu'examine Buffon (sirènes, siamois) ou dont rêvent Rétif de la Bretonne dans La Découverte australe (1781) et Diderot, qui accouple l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lumieres/#i_1322

MALADIES MENTALES

  • Écrit par 
  • Paul SIVADON
  • , Universalis
  •  • 5 762 mots

Dans le chapitre « Fréquence des maladies mentales »  : […] Les maladies mentales sont-elles plus fréquentes dans telle région, dans telle couche de la population, à certaines périodes plutôt qu'à d'autres ? C'est un problème difficile et controversé en raison des variables multiples qui sont impliquées. Il est l'objet d'une science encore balbutiante : l'épidémiologie psychiatrique. Une des variables est constituée par le niveau d'exigence de la société. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-mentales/#i_1322

MARXISME - La réification

  • Écrit par 
  • Jacques LEENHARDT
  •  • 3 898 mots

Dans le chapitre « La conscience réifiée »  : […] Marx, le premier, avait relevé les conséquences que les processus définis plus haut engendrent soit sur le plan religieux, soit sur le plan philosophique. Ce n'est cependant qu'avec Lukács que cette analyse prend tout son développement sous le nom de réification ( Verdinglichung ), plus propre que l'expression « fétichisme de la marchandise » à caractériser un phénomène situé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marxisme-la-reification/#i_1322

MAXIMES, PENSÉES, CARACTÈRES ET ANECDOTES, Chamfort - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 927 mots

Dans le chapitre « Un livre qui n'en est pas un »  : […] Ce recueil, sans cesse réédité depuis 1795, correspond plus ou moins à un projet de Chamfort. Guinguéné trouva dans un carton des papiers qu'il y jetait pêle-mêle. Le carton portait un titre, Produits de la civilisation perfectionnée , et un plan : première partie, « Maximes et pensées » ; deuxième partie, « Caractères » ; troisième partie, « Anecdotes ». Le titre pourrait êt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maximes-pensees-caracteres-et-anecdotes/#i_1322

MEAD GEORGE HERBERT (1863-1931)

  • Écrit par 
  • Daniel DERIVRY
  •  • 728 mots

Fortement marqué par les théories évolutionnistes, le philosophe américain George Herbert Mead a exercé une influence considérable sur le développement des sciences sociales. Pragmatiste, ami intime de John Dewey, il a largement contribué à combler le fossé qui séparait la psychologie individuelle de la sociologie. Il est généralement regardé comme l'un des pères fondateurs de la psychologie socia […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-herbert-mead/#i_1322

MILL JOHN STUART (1806-1873)

  • Écrit par 
  • François TRÉVOUX
  •  • 2 882 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La liberté : respect du non-conformisme »  : […] Mill, esprit indépendant, individualiste avant tout, n'a toutefois pas d'unité de pensée ; il est plus ou moins tiraillé entre l'abstraction et l'utilitarisme de son père, et les élans parfois naïfs et romantiques de sa propre nature. Sa pensée est exposée avec clarté et force dans une œuvre extrêmement abondante et variée ; il a étudié tous les grands débats de son siècle. Sa pensée est très nuan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-stuart-mill/#i_1322

MOBILITÉ SOCIALE

  • Écrit par 
  • Dominique MERLLIÉ
  •  • 2 473 mots

Dans le chapitre « Les indicateurs de mobilité sociale »  : […] Toutes les sociétés comportent des groupes sociaux ou des statuts inégalement valorisés et plus ou moins clairement hiérarchisés, constituant des formes diverses, elles-mêmes plus ou moins marquées ou rigides, de « stratification sociale ». L'analyse du fonctionnement et de la reproduction des sociétés conduit à s'interroger sur la manière dont sont attribués aux individus des groupes, statuts […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mobilite-sociale/#i_1322

MODE, sociologie

  • Écrit par 
  • Philippe BESNARD, 
  • Olivier BURGELIN
  •  • 5 673 mots
  •  • 1 média

Le français, et diverses autres langues avec lui, désigne par le terme de mode à la fois les canons périodiquement changeants de l'élégance vestimentaire et, plus généralement, les phénomènes d'engouement qui règnent sur le vêtement, mais également sur tout ce qui touche aux « apparences » (la parure, la décoration, les manières, l'intonation, etc.) en tant qu'elles sont dotées d'un pouvoir d'exp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mode-sociologie/#i_1322

MŒURS

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 7 982 mots
  •  • 1 média

Au terme de « mœurs » sont associées deux sortes de significations, dont la cohérence et la précision diffèrent. D'abord, ce mot peut être pris pour synonyme de manière d'être, de faire, de sentir, de penser. Rapportées à un peuple ou à un individu, ces manières constituent un ensemble de traits distinctifs . Tacite parle ainsi des « mœurs des Germains », et La Bruyère des « caractères ou mœurs de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moeurs/#i_1322

MORALE

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 15 730 mots

Dans le chapitre « Les philosophies de l'histoire des morales »  : […] La solution a été cherchée sur des voies divergentes, qui cependant toutes contiennent, soit explicitement, soit implicitement, une philosophie de l'histoire des sociétés humaines. On considère l'individu et tous les individus comme moralement déchus, formant par conséquent des sociétés injustes ; le salut, regardé comme hors d'atteinte pour les hommes dépravés ou comme à leur portée (Rousseau d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morale/#i_1322

MULTITUDE, philosophie

  • Écrit par 
  • Victor Manuel MONCAYO
  •  • 1 060 mots

Au-delà de la signification commune, la multitude est un concept de la philosophie, et en particulier de la philosophie politique. Ainsi parmi les catégories aristotéliciennes est-elle considérée comme une entité sans rapport avec la cause formelle, la cause efficiente ou la cause finale qui permettent la compréhension de ce qui est. Le débat sur sa signification apparaît avec une force particuli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/multitude-philosophie/#i_1322

NATUREL DROIT

  • Écrit par 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  •  • 5 966 mots

Dans le chapitre « Le passage à l'ordre juridique »  : […] Solution à la contradiction du désir, l'universalité du droit et son transfert, fondement de la société, sont autant de ruses du désir. Mais il demeure qu'on comprend mal comment, là où « les hommes ne retirent pas d'agrément (mais au contraire un grand déplaisir) de la vie en compagnie » ( Léviathan , xiii ), les hommes peuvent en venir à s'assemble […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-naturel/#i_1322

NOM

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 080 mots

Dans le chapitre « Le sens, la référence et le nom propre »  : […] Logiciens et anthropologues ont diversement traité la question du nom propre dans son rapport au sens et à la référence, les linguistes s'en trouvant détournés par la clôture saussurienne sur la relation, immanente au signe lui-même, du signifiant au signifié. Le nom propre des logiciens ne coïncide sans doute que partiellement avec le nom propre de la langue naturelle et avec l'anthroponymie et l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nom/#i_1322

ORGANICISME

  • Écrit par 
  • Pierre BIRNBAUM
  •  • 2 866 mots
  •  • 1 média

De l'Antiquité à nos jours, on peut recenser de très nombreuses théories et philosophies sociales qui adoptent résolument une perspective organiciste grâce à laquelle elles mènent un parallèle entre l'organisation physiologique du corps humain et celle qui permet le fonctionnement du corps social. Que l'on considère les écrits d'Aristote, et en particulier la Politique , ceux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/organicisme/#i_1322

POLITIQUE - La philosophie politique

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 10 294 mots

Dans le chapitre « La philosophie grecque »  : […] La philosophie grecque découvre très tôt la multiplicité des formes dans lesquelles s'exerce le pouvoir et, grâce à cette observation, le rôle central du pouvoir. Les sophistes, il est vrai, ne s'intéressent pas à la question de son usage bon ou mauvais, mais ils constatent, omniprésente, la lutte pour le pouvoir : chacun désire les avantages que son détenteur en retire, richesse, considération, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/politique-la-philosophie-politique/#i_1322

POLITZER GEORGES (1903-1942)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 703 mots

Le double signe de la mort domine l'œuvre et la destinée de Georges Politzer. L'existence qui s'achève devant un peloton d'exécution réitère en quelque sorte le sacrifice d'une pensée originale, qu'exigera l'adhésion au parti communiste. En dépit de ses divergences avec les théories de Wilhelm Reich et de Georges Bataille, la tentative de Politzer s'inscrit dans une ligne conceptuelle qui pressent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-politzer/#i_1322

PRÉJUGÉS ET DISCRIMINATION

  • Écrit par 
  • Markus BRAUER
  •  • 1 077 mots

Le terme  « préjugé » fait référence à une attitude défavorable envers les membres d’un groupe social. Cette attitude se manifeste sous forme d’évaluations négatives (par exemple, l’attribution de traits négatifs ou d’intentions malsaines) et de sentiments hostiles (le mépris, la haine…). Cette attitude constitue souvent une réaction défensive à une menace perçue pour son groupe d’appartenance, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prejuges-et-discrimination/#i_1322

PSYCHOLOGIE INTERCULTURELLE

  • Écrit par 
  • Serge GUIMOND
  •  • 2 351 mots

Dans le chapitre « La psychologie culturelle comparative »  : […] Lorsqu’il est question de différences observées par les chercheurs en comparant des individus issus de deux ou plusieurs communautés culturelles distinctes, on parle de psychologie culturelle comparative. À ce niveau, les similitudes ou les différences culturelles sont dans l'esprit de l'observateur, et les différentes cultures étudiées n'ont pas été mises en contact. On doit au psychologue néerla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-interculturelle/#i_1322

RECONNAISSANCE, sociologie

  • Écrit par 
  • Wenceslas LIZÉ
  •  • 1 058 mots

La notion de reconnaissance doit une part de son succès à l’omniprésence des phénomènes qu’elle désigne dans le fonctionnement du monde social. Pour saisir simplement cette notion particulièrement labile, on peut dire que la reconnaissance a lieu à chaque fois qu’un individu, un groupe ou une institution valide une identité revendiquée par autrui (celle d’« artiste », par exemple) ou le crédite d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reconnaissance-sociologie/#i_1322

RELIGION - Sociologie religieuse

  • Écrit par 
  • Olivier BOBINEAU
  •  • 6 053 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Analyse wébérienne »  : […] Pour Max Weber , la religion est une tentative d'arrachement au monde : elle peut être une distance à soi, une méthode de conduite mais aussi un prophétisme, une relation émotionnelle à une transcendance fondatrice qui produit historiquement un processus de rationalisation, que l'on désigne couramment par « désenchantement du monde ». En premier lieu, pour le sociologue allemand, la religion pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-sociologie-religieuse/#i_1322

RÉVOLTE

  • Écrit par 
  • François CHÂTELET
  •  • 2 024 mots

Dans le chapitre « Les dévalorisations de la révolte »  : […] Il convient d'abord de se libérer d'une hypothèque : celle de la « belle » opposition révolte-révolution, qui, malgré ses aspects « renversants », nourrit tranquillement l'idéalisme politique. Si l'on use du vocabulaire même de ceux qui s'alimentent à cette pseudo-contradiction notionnelle, l'antagonisme pourrait être situé à trois niveaux : celui de l'intensité : la révolte est petite, dispersée, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolte/#i_1322

SACRÉ, religion

  • Écrit par 
  • Dominique CASAJUS, 
  • André DUMAS, 
  • Universalis
  •  • 10 203 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La double définition de Durkheim »  : […] L'usage du terme « sacré » a pris une importance particulière dans l'ambiance évolutionniste du xix e  siècle et du début du xx e , à un moment où les chercheurs se préoccupaient de trouver une notion mère d'où faire dériver tous les faits religieux ou magico-religieux. La notion de divinité ne po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sacre-religion/#i_1322

SARTRE JEAN-PAUL

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME, 
  • Juliette SIMONT
  •  • 8 906 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'œuvre d'art et la liberté »  : […] Si la Critique a l'audace de déchiffrer ce qui nous semble le plus réel de la société comme tissé d'irréalités, la pensée sartrienne ne peut éviter de se confronter à un autre type d'irréalité-réelle ou de réalité-irréelle qui fait également partie intégrante de notre existence socialisée : l'œuvre d'art, que Sartre définira comme « centre réel et permanent d'irréalisation  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-paul-sartre/#i_1322

SCHELER MAX (1874-1928)

  • Écrit par 
  • Daniel CHRISTOFF
  •  • 2 381 mots

Dans le chapitre « Culture et société »  : […] Influencé par Weber, par son ami Werner Sombart, c'est pourtant en phénoménologue que Scheler cherchait à décrire les sphères du monde historique, à étudier les idées comme expressions de classes et de moments ; en effet, l'intuition et la sympathie doivent pouvoir comprendre les communautés comme les personnes. Plus encore que le célèbre diagnostic du ressentiment à l'origine de nos idées morales […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-scheler/#i_1322

SCIENCES HUMAINES

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 244 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Subjectivité et communication »  : […] Lorsque l'on traite des rapports existant entre l'individu et la société, il faut bien voir que ni l'un ni l'autre de ces deux termes n'a toujours le même sens. Ils varient avec les contextes. Les rapports sociaux sont d'espèces extrêmement diverses. La notion même d'individu est relative au genre de singularité prise en compte par la question posée : un contribuable n'est pas individualisé de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-humaines/#i_1322

SEN AMARTYA KUMAR (1933- )

  • Écrit par 
  • Samuel FEREY, 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 2 402 mots

Dans le chapitre « Choix collectif et bien-être social »  : […] Kenneth Arrow, à l'occasion de la remise du prix Nobel d'économie à Amartya Sen, soulignait la « très grande cohérence de sa pensée ». Cette cohérence est d'autant plus remarquable que ses champs d'analyses sont pourtant nombreux. À cet égard, Collective Choice and Social Welfare , qui attendait toujours sa tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amartya-kumar-sen/#i_1322

SOCIABILITÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 3 847 mots

Toute unité collective réelle implique de multiples manières, pour les individus, d'être liés au tout et d'être liés entre eux, c'est-à-dire de multiples formes de sociabilité. Ce dernier terme recouvre à la fois ce que Durkheim appelait les formes de la conscience collective et ce statut de l'identité personnelle qui permet à chacun d'être un sujet différent des autres sujets et en rapport avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociabilite/#i_1322

SOCIABILITÉ, notion de

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 511 mots

À ce terme, qui fait son apparition en 1756 sous la plume du marquis de Mirabeau, trois sens sont aujourd'hui attachés : l'aptitude à vivre en société ; la facilité des rapports sociaux qui caractérise une personne ou un groupe ; l'ensemble des diverses formes – intellectuelles, mondaines, etc. –, que prend la disposition générale d'abord mentionnée. Le terme en question désigne donc à la fois l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociabilite-notion-de/#i_1322

SOCIALISATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Bernard LAHIRE
  •  • 2 050 mots

Au sens commun du terme, la notion de socialisation est associée soit au travail d'inculcation de règles de vie commune (codes de politesse ou de savoir-vivre en collectivité) effectué auprès de jeunes enfants, soit au phénomène de mise en commun d'un certain nombre de propriétés privées (la « socialisation des moyens de production »). Mais en sociologie, la notion de socialisation possède un sen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/socialisation-sociologie/#i_1322

SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 9 280 mots

Dans le chapitre « Psychanalyse du lien social »  : […] Peut-être faut-il rappeler que l'originalité de la psychanalyse freudienne est de n'être ni une psychologie d'où ne pourrait jamais sortir une fois convertie en théorie politique qu'une psychosociologie des comportements ni une sociologie qui réduirait le sujet à n'être que l'effet ou le reflet de la société et de sa culture. Elle n'est pas une théorie de la psyché, dans la mesure où elle fait du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societe/#i_1322

SOCIO-ANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean POIRIER
  •  • 3 054 mots

Dans le chapitre « Freud et Jung »  : […] Une véritable psychanalyse de l' espèce a été proposée par Freud à plusieurs niveaux, dont certains sont largement méconnus. Il a admis l'universalité de la symbolique. Les rêves, en dehors de leur aspect idiosyncrasique, qu'on peut rapporter à l'histoire du sujet prise dans la totalité de sa durée et de ses relations, sont justiciables d'une interprétation très générale, ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/socio-analyse/#i_1322

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « Durkheim et l'école française de sociologie »  : […] En France, ils sont plusieurs à se faire concurrence au sein d'un espace scientifique en construction. Outre Le Play déjà cité, il faut d'abord compter avec René Worms, qui se signale moins par l'originalité de ses écrits que par son action en faveur de la reconnaissance de la discipline. Il crée ainsi la Revue internationale de sociologie et fonde un Institut international […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-histoire/#i_1322

SOCIOLOGIE - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Claude DUBAR
  •  • 7 716 mots
  •  • 2 médias

La sociologie est souvent présentée à travers l'affrontement théorique de deux grands types d'approches rattachées à des « pères fondateurs » de la discipline : le « holisme » issu d'Émile Durkheim (et parfois aussi de Karl Marx) et « l'individualisme méthodologique » rattaché à Max Weber (et parfois aussi à Georg Simmel). Ces « deux sociologies » se déclinaient généralement en courants (foncti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-les-grands-courants/#i_1322

SOCIOLOGIE CLINIQUE

  • Écrit par 
  • Vincent DE GAULEJAC
  •  • 2 756 mots

La sociologie clinique a pour objet l'analyse des processus socio-psychiques qui caractérisent les relations complexes et intimes de « l’être de l’homme et de l’être de la société  » , selon l’expression de l’écrivain français Roger Caillois. Elle aborde la dimension existentielle des rapports sociaux et étudie les phénomènes institutionnels et organisationnels dans leur dime […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-clinique/#i_1322

SOCIOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Fabrice CLÉMENT
  •  • 2 957 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Saisir les interactions sociales »  : […] Dans la conception de Cicourel, la sociologie cognitive occupe ainsi une place de choix puisqu’elle vise à mettre en évidence les processus cognitifs sur lesquels repose l’ajustement des individus à leur environnement social . Il convient de préciser que ce dernier comporte en fait deux grands types de phénomènes qui doivent être pris en charge par les esprits individuels (Laurence Kaufmann et Fab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-cognitive/#i_1322

SOLIDARITÉ SOCIALE

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe MARCEL
  •  • 1 231 mots

C'est dans son travail de thèse, De la division du travail social (1893), qu'Émile Durkheim utilise la notion de solidarité sociale. Celle-ci renvoie au lien moral qui unit les individus d'un même groupe, et qui forme le ciment de la cohésion sociale : pour qu'une société existe, il faut que ses membres éprouvent de la solidarité les uns envers les autres. C'est en examin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/solidarite-sociale/#i_1322

STIRNER MAX (1806-1856)

  • Écrit par 
  • Henri ARVON
  •  • 2 147 mots

Dans le chapitre « Critique de la société »  : […] Pour Stirner, le libéralisme politique conduit fatalement au « libéralisme social » ; l'égalité politique, pour être efficace et véritable, doit, en effet, être complétée par l'égalité sociale. De même donc que l'État est le seul détenteur du pouvoir, la société est appelée à s'emparer de tous les biens dont disposaient les particuliers. La propriété privée une fois abolie, nous serons véritablem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-stirner/#i_1322

SUICIDE

  • Écrit par 
  • René ARLABOSSE, 
  • Jean-Pierre BLANADET, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  • , Universalis
  •  • 7 381 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le suicide et les sociétés »  : […] C'est à propos du suicide que Durkheim démontra, de la manière la plus paradoxale, l'originalité de sa méthode, en mettant en évidence la spécificité du social dans l'explication d'un phénomène qui paraissait relever essentiellement du psychisme individuel. Il distingue trois types principaux : le suicide altruiste, le suicide égoïste et le suicide anomique. Tandis que le premier, qui revient à se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suicide/#i_1322

SUICIDE (sociologie)

  • Écrit par 
  • Philippe RIUTORT
  •  • 1 018 mots

Le suicide est devenu, depuis Émile Durkheim et son ouvrage paru en 1897, Le Suicide , un des objets sociologiques par excellence. Le fondateur de l'école française de sociologie l'a, en effet, érigé en cas exemplaire du fait social, énoncé dans Les Règles de la méthode sociologique deux années plus tôt. En définissant le suicide comme « tout cas de m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suicide-sociologie/#i_1322

LE SYSTÈME SOCIAL, Talcott Parsons - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 047 mots

Dans le chapitre « Rôle, valeur et ordre social »  : […] Organisé en douze chapitres, l'ouvrage présente les éléments conceptuels d'une théorie de l'action qui s'articule sur trois systèmes d'action interdépendants : le système social, la culture (normes, valeurs, symboles) et la personnalité (acteur-sujet). À partir des trois dimensions de l'action (cathectique, cognitive, évaluative), le premier chapitre donne une définition du système social entendu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-systeme-social/#i_1322

TARDE GABRIEL (1843-1904)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 3 511 mots

Si à certaines notions, fondamentales en sociologie – la conscience collective, l'idéal type, la communauté –, sont associés les noms de Durkheim, Weber et Tönnies, qu'elles suffisent à évoquer, c'est au thème de l' imitation que celui de Tarde demeure classiquement attaché. Le rôle essentiel que ce dernier a assigné à la répétition ainsi qu'aux phénomènes de contagion dans la formation et l'évolu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-tarde/#i_1322

THANATOMANIE

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 290 mots

Décrite par Marcel Mauss dans son étude intitulée Définition de la suggestion collective de l'idée de mort , la thanatomanie est un comportement par lequel, dans une société primitive (notamment en Australie et en Nouvelle-Zélande), un individu qui a péché ou croit avoir péché et qui est enchanté ou se croit enchanté se laisse mourir, souvent très vite, parfois à une heure qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thanatomanie/#i_1322

THÉORIE DE LA JUSTICE, John Rawls - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Samuel FEREY
  •  • 1 253 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le contrat social comme procédure de choix d'institutions justes »  : […] Pour Rawls, l'objet d'une théorie de la justice est de déterminer la « structure de base de la société », c'est-à-dire la manière dont les institutions – juridiques, politiques et économiques – doivent attribuer les droits individuels et répartir les fruits de la coopération sociale. Contrairement à l'utilitarisme, qui définit le juste par rapport à une conception particulière du bien – à savoir l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-la-justice/#i_1322

TOURAINE ALAIN (1925- )

  • Écrit par 
  • François DUBET
  •  • 981 mots

Né en 1925, normalien agrégé d'histoire et diplômé de l'E.H.E.S.S., Alain Touraine a forgé sa vocation de sociologue au moment où la France s'engageait dans la reconstruction et dans une grande modernisation industrielle. Ses travaux de sociologie du travail ont été guidés par un double refus : celui de la sociologie fonctionnaliste américaine, incarnée alors par Talcott Parsons, et celui d'un ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-touraine/#i_1322

TROISIÈME VOIE, politique

  • Écrit par 
  • Laurent BOUVET
  •  • 1 518 mots

La « troisième voie » est un objet politique non identifié. Jusqu'à sa résurgence dans le débat des années 1990, la notion de troisième voie renvoyait essentiellement à la vulgate sociale-démocrate en matière socio-économique : une voie étroite entre capitalisme marchand et dirigisme étatique, résumée parfois dans l'expression, d'origine allemande, « économie sociale de marché ». Le terme lui-mê […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-voie-politique/#i_1322

UTILITARISME

  • Écrit par 
  • Philippe DEVAUX
  •  • 1 890 mots

Dans le chapitre « Les caractéristiques du mouvement »  : […] Un dénominateur commun caractérise les utilitaristes du xix e  siècle. Tous visent le plus grand bonheur du plus grand nombre, quitte à décanter ces « quantités » en essayant de les affranchir de leur éventuelle ambiguïté et de surmonter leur fatal antagonisme. De statique qu'elle était chez Bentham, l'utilité devient plus dynamique, plus axiolog […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/utilitarisme/#i_1322

UTOPIE

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE, 
  • Joseph GABEL, 
  • Antoine PICON
  •  • 12 030 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la quête de la société idéale à la recherche de l'homme nouveau »  : […] De la Renaissance aux années 1970, l'architecture et l'utopie se sont périodiquement rencontrées autour d'une faiblesse commune : le désir d'arrêter le temps, de figer l'histoire, que ce soit au moyen de la présence persistante du monument ou grâce à une organisation sociale parfaite. C'est dans le dépassement de ce désir quelque peu régressif que réside peut-être la possibilité d'écrire à présen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/utopie/#i_1322

VALEURS, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre LIVET
  •  • 10 285 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Norme et valeur »  : […] En voyant dans la société la source de toute valeur, Durkheim pouvait justement opposer les valeurs collectives aux désirs individuels. Il s'appuyait sur l'unification que permettaient le concept de valeur et celui de norme entre les domaines économiques, esthétiques et moraux, afin de mettre les différentes valeurs sur le même plan. Durkheim et ses successeurs préféreront d'ailleurs souvent parl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeurs-philosophie/#i_1322

VOLONTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 8 783 mots

Dans le chapitre « Le contexte « dialectique » : Hegel »  : […] On peut voir dans la philosophie hégélienne une tentative pour donner une réponse dialectique à la série des scissions auxquelles conduit le mode de pensée critique : scissions entre l'a priori et l'empirique, entre la raison théorique et la raison pratique, entre l'obligation morale et le désir, enfin entre la volonté raisonnable et la volonté arbitraire. Là où la critique sépare, la dialectique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volonte/#i_1322

Voir aussi

Pour citer l’article

André AKOUN, « INDIVIDU & SOCIÉTÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/individu-et-societe/