INDE (Arts et culture)Les mathématiques

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Sceau de la civilisation de l’Indus

Sceau de la civilisation de l’Indus
Crédits : Luisa Ricciarini/ Leemage

photographie

Le manuscrit de Bhakshalī, le « premier » zéro ?

Le manuscrit de Bhakshalī, le « premier » zéro ?
Crédits : Bodleian Libraries, University of Oxford 2018 ; Science Museum

photographie

Exemple de multiplication en zigzag

Exemple de multiplication en zigzag
Crédits : Encyclopædia Universalis France

photographie

Grande horloge solaire de l’observatoire de Jaipur

Grande horloge solaire de l’observatoire de Jaipur
Crédits : Nadezda Murmakova/ Shutterstock

photographie


Mathématiques védiques

Des pratiques incluant mesures, comptes et pensées géométriques sont avérées parmi les très anciennes traces de peuplement du sous-continent indien, puisque les villes de la civilisation « de l’Indus » (sites de Mohenjo-Daro ou Harappa, environ 2500-1800 avant notre ère) sont connues pour être tracées au cordeau, avec des arrangements géométriques rectangulaires et carrés. La standardisation de la taille des briques et des constructions y était poussée. Des dénominations de poids y ont été découvertes. Cette société dont on n’a toujours pas déchiffré les signes gravés sur les nombreux sceaux qu’elle nous a légués (écriture ou pictogramme ?) pratiquait donc assurément les mathématiques. Et la question de l’étendue de ce qu’elle a légué aux sociétés pour lesquelles nous disposons de sources historiques reste irrésolue.

Sceau de la civilisation de l’Indus

Sceau de la civilisation de l’Indus

Photographie

Ce sceau de stéatite de Mohenjo-Daro, est daté d'environ – 2500. La civilisation de l'Indus qui l'a produit était fortement liée à une organisation géométrique de l'espace urbain et religieux. Certains chercheurs pensent que ses artisans ont contribué aux débuts des mathématiques dans... 

Crédits : Luisa Ricciarini/ Leemage

Afficher

En effet, on fait généralement remonter l’histoire des mathématiques du sous-continent aux plus anciens textes qui nous sont parvenus, les poèmes religieux du Veda (datant du xviie au ive siècle avant notre ère), écrits dans une langue indo-européenne, forme archaïque du sanskrit. Ces poèmes religieux, composés pour être mémorisés et dits, comportent de nombreuses suites numériques, de nombres impairs, pairs, de multiples de quatre, de cinq et de dix par exemple, qui aidaient peut-être à structurer et mémoriser le texte oral. En effet, les littératures orales font un usage abondant des listes et des indices qui, pense-t-on, facilitent avec la versification l’apprentissage par cœur des textes, notamment de leur structure. C’est dans la littérature savante que ces poèmes ont suscitée – ce qu’on appelle les « auxiliaires du Veda » (vedāga) – que se trouvent les premiers textes de sciences astrales et de mathématiques que nous connaissons. Le traité des « Auxiliaires du Veda pour les sciences astrales » (Jyotiavedāga, ive ou ve siècle avant notre ère) est un texte qui fixe le calendrier des rituels (notamment les sacrifices que l’on pouvait offrir aux [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : chargée de recherche au laboratoire SPHERE, CNRS, UMR 7219, université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Agathe KELLER, « INDE (Arts et culture) - Les mathématiques », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde/