INDE (Le territoire et les hommes)Histoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Inde indépendante

L'Inde accède à l'indépendance en 1947 pour donner naissance à une Union fédérale qui va se caractériser par un parlementarisme à l'anglaise, un contrôle de l'économie par l'État et une stricte politique de non-alignement. Si la continuité l'emporte dans le domaine politique, l'Inde étant « la plus grande démocratie du monde » depuis 1950, hormis une parenthèse en 1974-1977, dans l'ordre économique et social, le modèle socialisant introduit par Nehru a été remis en cause en 1991 au profit d'une logique plus libérale, et en termes de politique extérieure, le pays s'est rapproché de l'URSS avant de devenir un allié des États-Unis.

Inde, 1947

Dessin : Inde, 1947

Les États princiers en Inde en 1947. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Inde : drapeau

Dessin : Inde : drapeau

Inde (1947). Tricolore à bandes horizontales safran foncé ou kesarl (hindouisme), blanche (désir d'entente mutuelle) et vert foncé (islam), avec au centre la roue d'Asoka ou chakra, inscrite en bleu marine. Le chakra rappelle la « roue de la Connaissance » (la loi du Bouddha et son... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Inde : carte administrative

Carte : Inde : carte administrative

Carte administrative de l'Inde. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

L'ère Nehru

« La plus grande démocratie du monde »

La « République, souveraine et démocratique » qu'est l'Union indienne voit officiellement le jour le 26 janvier 1950 avec la proclamation de sa Constitution. Celle-ci s'inspire du modèle parlementaire britannique, que le colonisateur avait commencé à introduire. Les constituants accordent un poids prépondérant surtout au Premier ministre, qui devient l'homme fort du régime grâce à l'appui de sa majorité à la Chambre basse. Celle-ci, la Lok Sabha (Assemblée du peuple), est la pièce maîtresse du Parlement bicaméral, qui se compose également de la Rajya Sabha ou Assemblée des États.

L'Inde est en effet une Union d'États dont le poids se trouve encore accru par la réforme de 1956 faisant coïncider les frontières de ceux-ci avec celles des aires linguistiques. Désormais, les États formeront des entités homogènes sur le plan linguistique, leur idiome étant reconnu dans la Constitution, qui compte d'emblée quatorze langues officielles.

Si les États vont faire peu à peu contrepoids à New Delhi, capitale de l'Union, le vrai contre-pouvoir est à rechercher du côté du judiciaire. Jouissant d'une grande indépendance, la Cour suprême tranche les litiges entre États fédérés, ainsi que ceux opposant ces États au pouvoir central ; elle peut être saisie en appel pour toute affaire impliquant une interprétation de la Constitution. Les Hautes Cours (tribunaux des États fédérés) recourent volontiers à son arbitrage. Autre élément clé de l'État de droit, la commission électorale qui veille au bon déroulement des scrutins. À côté de ces contre-pouvoirs officiels, la presse joue un rôle essentiel et protégé par l'article 19 de la Constitution. Les journaux alimentent le débat politique, surtout au moment des élections qui ont lieu, au suffrage universel dès 1952, tous les cinq ans.

À la fin de 1951, 171 millions d'électeurs sont appelés à exercer ce droit pour un scrutin d'une ampleur sans précédent, malgré l'analphabétisme dont souffre une majorité des citoyens. Un dispositif ingénieux a d'ailleurs été mis au point pour tourner cet obstacle : chaque candidat est associé à un symbole pictural imprimé à côté de son nom sur le bulletin de vote où l'électeur n'a qu'à cocher sa préférence en appliquant un tampon encreur. Cela explique en partie que le taux de participation soit encourageant (45,7 p. 100), et il ne cessera de s'élever au cours de l'ère Nehru pour atteindre 55,4 p. 100 en 1962.

Au lendemain de l'indépendance, le souvenir de la partition fait de l'unité nationale un objectif prioritaire. Nehru, Premier ministre de 1946 à sa mort en 1964, veut façonner une nation multiculturelle. Il souhaite donner des gages aux minorités religieuses qu'inquiète le poids de la communauté hindoue – 84,1 p. 100 de la population en 1951. Il se montre particulièrement soucieux de rassurer les 9,8 p. 100 de musulmans qui avaient choisi de rester en Inde plutôt que de rejoindre le Pakistan. Les traditionalistes hindous du Congrès, à commencer par Vallabhbhai Patel, le vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur, qui voyaient dans les musulmans une « cinquième colonne » peu fiable, militaient, eux, pour une uniformisation culturelle du pays.

Nehru et Gandhi, 1946

Photographie : Nehru et Gandhi, 1946

Jawaharlal Nehru (appelé aussi Pandit Nehru) et Gandhi, surnommé le Mahatma (la Grande Âme), en conversation lors d'une réunion du Congrès, à Bombay, en 1946. 

Crédits : Central Press/ Getty Images

Afficher

Le choix de la langue nationale fut le principal point de friction. Les députés hindous les plus militants voulaient ériger le hindi, parlé par une majorité relative des Indiens (42 p. 100) en langue nationale, ce que refusaient les Indiens du Sud. Nehru finit par imposer un compromis : le hindi est déclaré langue nationale, mais l'usage régional des langues vernaculaires est réaffirmé et l'anglais reste langue officielle pour une période transitoire de quinze ans, qui sera en fait prorogée dan [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 34 pages

Médias de l’article

Inde, Inde ancienne

Inde, Inde ancienne
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Inde, empire mogol

Inde, empire mogol
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

L'empereur moghol Babur

L'empereur moghol Babur
Crédits : IndiaPictures/ UIG/ Getty Images

photographie

L'empereur Jahangir, peinture moghole

L'empereur Jahangir, peinture moghole
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 26 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  INDE  » est également traité dans :

INDE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe CADÈNE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Georges MASCLE
  •  • 16 377 mots
  •  • 9 médias

L'Union indienne s'étend sur un vaste territoire d'environ 3 287 263 kilomètres carrés et rassemble près de 1,2 milliard d'habitants en 2013. Cet espace, grand comme six fois la France et abritant près d'un sixième de la population mondiale, appartient à l'Asie des hautes densités dont il résume les caractéristiques essentielles. Alors que les massifs montagneux, tout particulièrement la […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - L'économie contemporaine

  • Écrit par 
  • Gilbert ÉTIENNE, 
  • Joël RUET
  •  • 11 951 mots
  •  • 11 médias

En 1947, année de son indépendance, l'Inde était un des pays les plus avancés du monde non occidental en raison de ses élites modernes, de ses infrastructures, de ses noyaux industriels – développés par des entrepreneurs ambitieux et pugnaces, face aux mesures démobilisatrices voire coercitives de la puissance coloniale britannique –, en raison également des progrès de certaines zones agricoles. E […] Lire la suite

INDE - Les institutions

  • Écrit par 
  • Samuel BERTHET
  •  • 4 387 mots
  •  • 3 médias

Les institutions indiennes régissent la plus grande démocratie du monde. Au-delà du cliché, l’expression correspond à un fait concret : la tenue régulière et sans interruption de consultations électorales libres du plus grand électorat du monde, et ce depuis les législatives de 1951-1952, quatre ans après l’ind […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 834 mots
  •  • 3 médias

Les littératures philosophiques de l'Inde sont parmi les plus variées et les plus abondantes du monde ; elles correspondent à une production ininterrompue depuis la fin du deuxième millénaire avant notre ère jusqu'à nos jours et dans une aire culturelle immense. Elles se sont d'autre part largement répandues à travers toute l'Asie centrale et orientale et dans tout le Sud-Est asiatique.La spéculat […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 264 mots
  •  • 2 médias

L'histoire des sciences, au sens où nous l'entendons en Occident, a bénéficié d'apports spécifiques de l'Inde, au moins dans trois domaines : l'astronomie, les mathématiques et les sciences médicales. D'autres disciplines scientifiques, la physique par exemple, n'ont pas été cultivées en Inde, sinon sous une forme purement spéculative. À bien des égards, […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 533 mots
  •  • 3 médias

Dans le sous-continent indien aux côtés du bloc dravidien, des groupes munda et tibéto-birman, le groupe linguistique de loin le plus important est le groupe indo-aryen. Les langues indo-aryennes forment la branche indienne de la famille indo-européenne. Elles sont parlées par 78 p. 100 de la population actuelle du sous-continent, soit 73 p. 100 des Indiens, la quasi-totalité des Pakistanais, 70 p […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 163 mots
  •  • 62 médias

L'art indien a fourni une contribution importante et originale au patrimoine artistique de l'humanité.Contribution importante par la persistance, jusqu'à l'époque contemporaine, d'une tradition dont les manifestations matérielles n'apparaissent guère avant le iiie siècle avant l'ère chrétienne, mais qu'on ne […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'expansion de l'art indien

  • Écrit par 
  • Bernard Philippe GROSLIER
  •  • 5 221 mots
  •  • 6 médias

Nul océan ne mérite mieux son nom que l'océan Indien. Non seulement l'Inde y enfonce son formidable soc mais, de plus, sa civilisation en a parcouru toutes les eaux et en a modelé les rivages orientaux à son image. Par son amplitude géographique et son poids sur le cours des peuples, l'expansion indienne est un des mouvements les plus importants de l'histoire.À l'ouest, certes, les échanges ont su […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Amandine D'AZEVEDO, 
  • Charles TESSON
  •  • 6 967 mots

Le cinéma indien reste pour beaucoup de gens associé à un nom, celui de Satyajit Ray, l’auteur du Salon de musique (1958), et à un record : 1907 films en 2015, qui font de ce pays le plus gros producteur de films du monde. C’est là son double visage. D’un côté, la tradition d’un cinéma d’auteur, d’artistes, associé à un nom (Ray), à […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les mathématiques

  • Écrit par 
  • Agathe KELLER
  •  • 5 560 mots
  •  • 3 médias

On traitera ici des pratiques et pensées mathématiques qui ont eu cours dans le sous-continent indien – en « Asie du Sud », comme on dit communément dans les pays anglo-saxons –, puisque l’aire géographique concernée couvre tout autant l’Inde que le Pakistan, le Bangladesh, le Bhoutan et l’île de Ceylan actuels. Qu’il s’agisse de sources archéologiques ou de textes écrits dans de multiples langues […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8 octobre 2005 Pakistan. Séisme dévastateur

Le président Pervez Moucharraf évoque « la plus importante tragédie » de l'histoire du pays et lance un appel à l'aide internationale. L'Inde, qui dispute ce territoire au Pakistan depuis 1947, offre aussitôt son assistance. Les jours suivants, les secours tardent à s'organiser et ne parviennent que lentement dans les zones montagneuses, difficiles d'accès. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe JAFFRELOT, Jacques POUCHEPADASS, « INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-le-territoire-et-les-hommes-histoire/