INDE (Le territoire et les hommes)Histoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les temps classiques

L'histoire de l'Inde du Nord-Ouest s'éclaire de nouveau à la fin du vie siècle avant J.-C., lorsque les expéditions de Cyrus puis de Darius Ier annexent à l'Empire perse la Bactriane et une partie du bassin de l'Indus. À cette avancée perse, l'Inde doit l'introduction de la monnaie ; l'écriture kharoṣṭhī, adaptée de l'écriture araméenne des scribes achéménides, dont l'usage, de l'Indus au Gange, durera un demi-millénaire ; l'ouverture des échanges commerciaux et intellectuels avec le monde méditerranéen. Deux siècles plus tard, Alexandre, vainqueur des Perses, marchand sur les brisées de Darius, s'empare à son tour de la Bactriane, franchit l'Indus au printemps de 326, et soumet rapidement le Pañjāb. Contraint par ses troupes d'interrompre sa progression à la rivière Beas, il rebrousse chemin l'année suivante. Mais il laisse des garnisons derrière lui, et nomme des satrapes pour gouverner ses conquêtes indiennes. Un contact est ainsi établi, pour plusieurs siècles, entre l'hellénisme et l'« indianité ».

L'Empire maurya

L'Inde aborde à cette époque sa première phase d'unification impériale. Au vie siècle avant J.-C., l'un des royaumes de l'Inde aryanisée, le Magadha, né dans le Bihar méridional, a commencé d'affirmer sa suprématie sur ses voisins. Deux siècles plus tard, sous la dynastie des Nanda, il maîtrise tout l'espace gangétique, des approches du Pañjāb aux confins du Bengale. En 321, le trône est usurpé par un aventurier d'ascendance aborigène, Çandragupta Maurya, qui étend la domination du Magadha vers le sud jusqu'à la Narmadā, et reprend en 303 sur Séleukos Nikator les provinces indiennes d'Alexandre. Son fils Bindusāra conquiert le Dekkan jusqu'au Maisūr (Mysore), qui entre à peine dans l'âge du fer. Le Kaliṇga (actuel Orissā) seul lui échappe ; il sera soumis en 260 avant J.-C. par son fils Aśoka (269-232).

Inde, Inde ancienne

Dessin : Inde, Inde ancienne

Succession de royaumes dynastiques dans le subcontinent indien, entre le IVe siècle avant J.C. et le IVe siècle après J.C. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le subcontinent indien, sous les Maurya, pour la première fois dans l'histoire, obéit presque entier à un pouvoir unique. L'empire, administré directement dans sa partie centrale, n'est pour le reste qu'une fédération de tributaires. L'Arthaśāstra et la relation du Grec Mégasthène jettent des lumières sur son organisation. De Pātaliputra – prestigieuse capitale baignée par le Gange – au village – l'unité administrative de base – règne une bureaucratie qui fonctionne comme une pyramide de loyautés personnelles et que surveille un réseau d'espions. L'armée permanente – l'autre instrument du pouvoir – compte 700 000 hommes. L'agriculture, qui fait vivre l'immense majorité de la population, fournit aussi à l'État l'essentiel de ses revenus : chaque cultivateur lui doit le quart de son produit. Le commerce, stimulé par l'unification impériale et par l'usage accru de la monnaie, est de même minutieusement taxé, et donc contrôlé. Il pousse ses prolongements à travers l'Asie centrale et, sur les deux mers qui bordent le Dekkan, jusqu'à la Méditerranée et à l'Insulinde. L'esclavage existe, surtout dans le cadre domestique. Mais le statut servile est beaucoup moins indélébile ici que dans le monde gréco-romain. C'est désormais clairement la caste qui structure l'ensemble du corps social, conformément à la représentation brahmanique. Le souverain lui-même, selon la théorie, est serviteur du dharma, de la norme divine de l'ordre universel, que son devoir, en tant que détenteur suprême de la force légitime, est de faire respecter sur la Terre, sous la tutelle spirituelle des brahmanes. Aśoka fournit peut-être, de ce type idéal, l'approximation historique la moins imparfaite. Converti au bouddhisme par le spectacle des atrocités de la guerre du Kaliṇga, il en favorise l'extraordinaire expansion à travers le subcontinent, et se fait jusqu'à sa mort l'apôtre des vertus bouddhiques de tolérance, de justice, de non-violence, comme en témoignent les édits moralisants qu'il fait graver sur la pierre dans les lieux publics, et qui nous sont restés. Roi-sage exemplaire dont la tradition bouddhiste a magnifié la légende, il n'en maintient pas moins fermement la cohésion de son immense empire.

Les grandes invasions

Cette unité, pourtant, se lézarde rapidement après lui. Mais l'idée d'empire est désormais présente à l'h [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 34 pages

Médias de l’article

Inde, Inde ancienne

Inde, Inde ancienne
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Inde, empire mogol

Inde, empire mogol
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

L'empereur moghol Babur

L'empereur moghol Babur
Crédits : IndiaPictures/ UIG/ Getty Images

photographie

L'empereur Jahangir, peinture moghole

L'empereur Jahangir, peinture moghole
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 26 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  INDE  » est également traité dans :

INDE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe CADÈNE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Georges MASCLE
  •  • 16 377 mots
  •  • 9 médias

L'Union indienne s'étend sur un vaste territoire d'environ 3 287 263 kilomètres carrés et rassemble près de 1,2 milliard d'habitants en 2013. Cet espace, grand comme six fois la France et abritant près d'un sixième de la population mondiale, appartient à l'Asie des hautes densités dont il résume les caractéristiques essentielles. Alors que les massifs montagneux, tout particulièrement la […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - L'économie contemporaine

  • Écrit par 
  • Gilbert ÉTIENNE, 
  • Joël RUET
  •  • 11 951 mots
  •  • 11 médias

En 1947, année de son indépendance, l'Inde était un des pays les plus avancés du monde non occidental en raison de ses élites modernes, de ses infrastructures, de ses noyaux industriels – développés par des entrepreneurs ambitieux et pugnaces, face aux mesures démobilisatrices voire coercitives de la puissance coloniale britannique –, en raison également des progrès de certaines zones agricoles. E […] Lire la suite

INDE - Les institutions

  • Écrit par 
  • Samuel BERTHET
  •  • 4 387 mots
  •  • 3 médias

Les institutions indiennes régissent la plus grande démocratie du monde. Au-delà du cliché, l’expression correspond à un fait concret : la tenue régulière et sans interruption de consultations électorales libres du plus grand électorat du monde, et ce depuis les législatives de 1951-1952, quatre ans après l’ind […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 834 mots
  •  • 3 médias

Les littératures philosophiques de l'Inde sont parmi les plus variées et les plus abondantes du monde ; elles correspondent à une production ininterrompue depuis la fin du deuxième millénaire avant notre ère jusqu'à nos jours et dans une aire culturelle immense. Elles se sont d'autre part largement répandues à travers toute l'Asie centrale et orientale et dans tout le Sud-Est asiatique.La spéculat […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 264 mots
  •  • 2 médias

L'histoire des sciences, au sens où nous l'entendons en Occident, a bénéficié d'apports spécifiques de l'Inde, au moins dans trois domaines : l'astronomie, les mathématiques et les sciences médicales. D'autres disciplines scientifiques, la physique par exemple, n'ont pas été cultivées en Inde, sinon sous une forme purement spéculative. À bien des égards, […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 533 mots
  •  • 3 médias

Dans le sous-continent indien aux côtés du bloc dravidien, des groupes munda et tibéto-birman, le groupe linguistique de loin le plus important est le groupe indo-aryen. Les langues indo-aryennes forment la branche indienne de la famille indo-européenne. Elles sont parlées par 78 p. 100 de la population actuelle du sous-continent, soit 73 p. 100 des Indiens, la quasi-totalité des Pakistanais, 70 p […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 163 mots
  •  • 62 médias

L'art indien a fourni une contribution importante et originale au patrimoine artistique de l'humanité.Contribution importante par la persistance, jusqu'à l'époque contemporaine, d'une tradition dont les manifestations matérielles n'apparaissent guère avant le iiie siècle avant l'ère chrétienne, mais qu'on ne […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'expansion de l'art indien

  • Écrit par 
  • Bernard Philippe GROSLIER
  •  • 5 221 mots
  •  • 6 médias

Nul océan ne mérite mieux son nom que l'océan Indien. Non seulement l'Inde y enfonce son formidable soc mais, de plus, sa civilisation en a parcouru toutes les eaux et en a modelé les rivages orientaux à son image. Par son amplitude géographique et son poids sur le cours des peuples, l'expansion indienne est un des mouvements les plus importants de l'histoire.À l'ouest, certes, les échanges ont su […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Amandine D'AZEVEDO, 
  • Charles TESSON
  •  • 6 967 mots

Le cinéma indien reste pour beaucoup de gens associé à un nom, celui de Satyajit Ray, l’auteur du Salon de musique (1958), et à un record : 1907 films en 2015, qui font de ce pays le plus gros producteur de films du monde. C’est là son double visage. D’un côté, la tradition d’un cinéma d’auteur, d’artistes, associé à un nom (Ray), à […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les mathématiques

  • Écrit par 
  • Agathe KELLER
  •  • 5 560 mots
  •  • 3 médias

On traitera ici des pratiques et pensées mathématiques qui ont eu cours dans le sous-continent indien – en « Asie du Sud », comme on dit communément dans les pays anglo-saxons –, puisque l’aire géographique concernée couvre tout autant l’Inde que le Pakistan, le Bangladesh, le Bhoutan et l’île de Ceylan actuels. Qu’il s’agisse de sources archéologiques ou de textes écrits dans de multiples langues […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8 octobre 2005 Pakistan. Séisme dévastateur

Le président Pervez Moucharraf évoque « la plus importante tragédie » de l'histoire du pays et lance un appel à l'aide internationale. L'Inde, qui dispute ce territoire au Pakistan depuis 1947, offre aussitôt son assistance. Les jours suivants, les secours tardent à s'organiser et ne parviennent que lentement dans les zones montagneuses, difficiles d'accès. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe JAFFRELOT, Jacques POUCHEPADASS, « INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-le-territoire-et-les-hommes-histoire/