INDE (Arts et culture)Les sciences

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chimie et sciences naturelles

Les sciences naturelles sont infiniment moins développées que la médecine dans l'Inde traditionnelle. Il est vrai que, réciproquement, la science que nous avons pris l'habitude d'appeler médecine et qui se nomme Āyurveda en sanskrit, la « science de longévité », déborde le cadre d'une simple doctrine thérapeutique et englobe toutes les sciences naturelles, la nature offrant à l'homme une immense pharmacie puisque l'on peut tirer des substances médicinales de toutes sortes d'animaux, de végétaux, de minéraux. Cependant, il faut remarquer que la nature n'a jamais été étudiée pour elle-même, mais seulement dans ses aspects pratiques et dans ses effets sur l'homme, son utilité ou ses dangers pour la collectivité humaine. Ainsi, la zoologie est inexistante, mais nous avons en sanskrit de copieux traités d'art vétérinaire, où la doctrine de l'Āyurveda s'applique aux chevaux et aux éléphants. Il n'y a pas de botanique ni de géologie à proprement parler, mais une agriculture et des lapidaires (car l'Inde antique était un grand marché de pierres précieuses).

L'attitude naturelle au pandit, ou savant indien, est de collectionner les noms de toute chose, les synonymes ou périphrases qui la font connaître et les adjectifs qui connotent ses propriétés. Expliquer une notion, c'est énoncer tous les mots qui en cernent le sens. Les saṃhitā, les « collections » scientifiques et principalement les grands traités de médecine et d'astrologie, sont surchargées d'interminables listes de noms de plantes et autres réalités naturelles, ou de signes fastes et néfastes que le praticien cochera mentalement au cours d'une activité de diagnostic ou de pronostic. Dans certains domaines fondamentaux des sciences naturelles comme la zoologie et la botanique, il n'existait, jusqu'au xie ou xiie siècle (date des premiers commentaires spécialisés), aucune autre source documentaire que des dictionnaires particulièrement conçus à l'usage des médecins ou des dictionnaires plus généraux composés, dit-on, « à l'usage des poètes » et qui résument l'ensemble des connaissances traditionnelles sur les dieux, la nature et l'homme. Les premiers appelés nighaṇṭu, « dictionnaires de matière médicale », donnent pour chaque être vivant recensé ses noms et synonymes, des indications succinctes permettant de l'identifier sur le terrain (en forêt par exemple) et ses propriétés thérapeutiques, toujours sous la forme de séries de mots versifiées. Le modèle de ces dictionnaires médicaux est le Dhanvantarinighaṇṭu, dont le noyau plus ancien date peut-être du ive siècle de notre ère, mais qui fut fixé dans son contenu actuel au xiie siècle. L'autre catégorie de dictionnaires est celle des abhidhānakośa, « trésors de noms », tantôt synonymiques tantôt homonymiques. Le modèle de ces dictionnaires est l'Amarakośa, « Trésor d'Amara », composé par Amarasiṃha (ive s. apr. J.-C.), dont l'étude et la récitation par cœur marquent (encore aujourd'hui dans les milieux traditionnels) le début de tout bonne éducation sanskrite. Dans sa partie synonymique, les mots sont groupés par thèmes, et la table des matières reproduit à peu près l'ordre du trailokya, l'ensemble des « trois mondes » régis par la loi du dharma, l'ordre social et cosmique selon le brahmanisme. Livre I : les mondes céleste et infernal, les dieux et les démons, les serpents, les eaux (liées au monde souterrain), le catalogue des lotus et des poissons. Livre II : la Terre, qui fait l'objet d'une taxinomie en dix sections, la terre en général (définition géographique de l'Inde comme centre du monde aryen), la ville (autrement dit, l'espace habité), la montagne (l'espace sauvage), et, dans la montagne, les plantes de la forêt d'une part, les animaux sauvages d'autre part ; aux cinq premières sections qui concernent les sciences naturelles font pendant cinq sections sur ce que nous appellerions les sciences de l'homme, et d'abord l'homme en général (termes de parenté, noms de maladies, etc.), puis la hiérarchie des quatre varṇa ou catégories de la société brahmanique. C'est ici que l'on trouvera les matériaux linguistiques concernant la flore et la faune cultivées ou domestiquées : dans la section des kṣatriya (les nobles), l'élevage et le maniement des éléphants et des chevaux, animaux royaux en vertu de leur importance militaire ; chez [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 22 pages

Médias de l’article

Inde : repères chronologiques pour une histoire des sciences

Inde : repères chronologiques pour une histoire des sciences
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Meruprastara

Meruprastara
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : agrégé de philosophie, docteur ès lettres, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (anthropologie et histoire des sciences dans le monde indien)

Classification

Autres références

«  INDE  » est également traité dans :

INDE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe CADÈNE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Georges MASCLE
  •  • 16 377 mots
  •  • 9 médias

L'Union indienne s'étend sur un vaste territoire d'environ 3 287 263 kilomètres carrés et rassemble près de 1,2 milliard d'habitants en 2013. Cet espace, grand comme six fois la France et abritant près d'un sixième de la population mondiale, appartient à l'Asie des hautes densités dont il résume les caractéristiques essentielles. Alors que les massifs montagneux, tout particulièrement la […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 901 mots
  •  • 26 médias

L'Inde a produit, au IIIe millénaire avant notre ère, une des premières grandes civilisations de l'histoire humaine. L'un des traits saillants de l'histoire indienne jusqu'aux alentours de l'époque du Christ est la diffusion graduelle à travers le subcontinent de la conception brahmanique de l'ordre social, sous la forme de la combinaison organique des […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - L'économie contemporaine

  • Écrit par 
  • Gilbert ÉTIENNE, 
  • Joël RUET
  •  • 11 951 mots
  •  • 11 médias

En 1947, année de son indépendance, l'Inde était un des pays les plus avancés du monde non occidental en raison de ses élites modernes, de ses infrastructures, de ses noyaux industriels – développés par des entrepreneurs ambitieux et pugnaces, face aux mesures démobilisatrices voire coercitives de la puissance coloniale britannique –, en raison également des progrès de certaines zones agricoles. E […] Lire la suite

INDE - Les institutions

  • Écrit par 
  • Samuel BERTHET
  •  • 4 387 mots
  •  • 3 médias

Les institutions indiennes régissent la plus grande démocratie du monde. Au-delà du cliché, l’expression correspond à un fait concret : la tenue régulière et sans interruption de consultations électorales libres du plus grand électorat du monde, et ce depuis les législatives de 1951-1952, quatre ans après l’ind […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 834 mots
  •  • 3 médias

Les littératures philosophiques de l'Inde sont parmi les plus variées et les plus abondantes du monde ; elles correspondent à une production ininterrompue depuis la fin du deuxième millénaire avant notre ère jusqu'à nos jours et dans une aire culturelle immense. Elles se sont d'autre part largement répandues à travers toute l'Asie centrale et orientale et dans tout le Sud-Est asiatique.La spéculat […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 533 mots
  •  • 3 médias

Dans le sous-continent indien aux côtés du bloc dravidien, des groupes munda et tibéto-birman, le groupe linguistique de loin le plus important est le groupe indo-aryen. Les langues indo-aryennes forment la branche indienne de la famille indo-européenne. Elles sont parlées par 78 p. 100 de la population actuelle du sous-continent, soit 73 p. 100 des Indiens, la quasi-totalité des Pakistanais, 70 p […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 163 mots
  •  • 62 médias

L'art indien a fourni une contribution importante et originale au patrimoine artistique de l'humanité.Contribution importante par la persistance, jusqu'à l'époque contemporaine, d'une tradition dont les manifestations matérielles n'apparaissent guère avant le iiie siècle avant l'ère chrétienne, mais qu'on ne […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'expansion de l'art indien

  • Écrit par 
  • Bernard Philippe GROSLIER
  •  • 5 221 mots
  •  • 6 médias

Nul océan ne mérite mieux son nom que l'océan Indien. Non seulement l'Inde y enfonce son formidable soc mais, de plus, sa civilisation en a parcouru toutes les eaux et en a modelé les rivages orientaux à son image. Par son amplitude géographique et son poids sur le cours des peuples, l'expansion indienne est un des mouvements les plus importants de l'histoire.À l'ouest, certes, les échanges ont su […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Amandine D'AZEVEDO, 
  • Charles TESSON
  •  • 6 967 mots

Le cinéma indien reste pour beaucoup de gens associé à un nom, celui de Satyajit Ray, l’auteur du Salon de musique (1958), et à un record : 1907 films en 2015, qui font de ce pays le plus gros producteur de films du monde. C’est là son double visage. D’un côté, la tradition d’un cinéma d’auteur, d’artistes, associé à un nom (Ray), à […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les mathématiques

  • Écrit par 
  • Agathe KELLER
  •  • 5 560 mots
  •  • 3 médias

On traitera ici des pratiques et pensées mathématiques qui ont eu cours dans le sous-continent indien – en « Asie du Sud », comme on dit communément dans les pays anglo-saxons –, puisque l’aire géographique concernée couvre tout autant l’Inde que le Pakistan, le Bangladesh, le Bhoutan et l’île de Ceylan actuels. Qu’il s’agisse de sources archéologiques ou de textes écrits dans de multiples langues […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Francis ZIMMERMANN, « INDE (Arts et culture) - Les sciences », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-sciences/