INDE (Arts et culture)L'expansion de l'art indien

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'indianisation : théorie ou fait ?

Un peu comme Le Verrier « inventant » Neptune sans la voir, mais comme seule explication possible des mouvement aberrants d'Uranus, nous restituons le processus de l'indianisation en constatant, après coup, ses effets, et donc la probabilité de son existence. Certes, quelques objets indiens des ier et iie siècles de notre ère : amulettes, bijoux, intailles et sceaux, une tête de bronze gandharienne (Phnom Bathê, Sud-Vietnam), ont été découverts en Indochine méridionale, en Birmanie, en Malaisie (Kuala Selising) et à Java. Corroborant le commerce avec la Méditerranée, ils sont d'ailleurs associés à des verreries, à des perles et à des poteries sigillées romaines, et à divers objets hellénistiques (la date, plus haute, de ces derniers n'implique pas leur date d'utilisation : celle-ci est sans doute plus basse, car il s'agit de « trésors » passés de main en main).

Ce n'est, d'abord, que grâce aux historiens chinois que nous découvrons l'histoire de ces États indianisés, vers la fin du iie siècle. Puis apparaissent des inscriptions en sanskrit : à Vo-canh (près de Nha-trang), de la fin du iiie siècle ; à Kutai (delta de la Mahakam, Bornéo), des environs de 400, et de la même date sans doute en Malaisie (près de Penang et à Bukit Meriam, Kedah) comme en Birmanie ; enfin, à Java, près de l'actuelle Djakarta, de la seconde moitié du ve siècle. Or, deux de ces textes font état de trois générations de personnages installés là, ce qui recoupe la théorie d'une implantation solide dès le iiie siècle au moins.

C'est évidemment un signe irrécusable que l'utilisation d'une langue aussi élaborée. Elle implique que les États qui se constituaient avaient adopté la pensée qu'elle exprime : cosmologie et ordre social théorique, hindouisme et bouddhisme, codes, et même partie de la littérature puranique qui raconte la vie des dieux. En Chine, où le bouddhisme progresse à la même époque, les textes canoniques furent traduits en chinois, car cette langue était déjà hautement élaborée, et surtout écrite, et qu'elle seule pouvait aider la foi nouvelle à se répandre. Pour atteindre le monde antique, l'Évangile dut être traduit en grec. En revanche, pour l'enseigner aux Barbares, plus tard, on utilisa directement le latin. Or en Asie du Sud-Est, il n'y eut pas, semble-t-il, au début, de traduction dans les langues vernaculaires : hindouisme et bouddhisme furent enseignés directement en sanskrit, ou en pāli. Ainsi, non seulement ces religions se répandaient, mais encore les langues indiennes devenaient-elles les matrices mêmes de la pensée. Le sanskrit y restera la lingua franca douze siècles durant ; le pāli y est toujours pratiqué.

Lors d'une seconde phase, qui correspond peut-être à une seconde vague d'indianisation que l'on suppose vers le ve siècle, des œuvres d'art apparaissent. En Inde, l'art est, d'abord, l'univers des formes mis au service des théologies ou, en d'autres mots, aux yeux du peuple, l'écriture plastique de la foi. Les Indiens transportèrent donc nécessairement leur art, qui n'est qu'un des modes du culte, et l'enseignèrent également à leurs adeptes. Une poignée seulement de ces modèles a survécu : c'étaient des statues en bronze. L'architecture était alors en bois et a péri. L'archéologie n'a guère encore prospecté – ni même partout identifié – les premiers comptoirs. Ainsi trouvons-nous, groupés aux ive et ve siècles, et appartenant à l'école d'Amarāvatī, le fameux Bouddha de Sikendeng (Sulawesi) et celui de Dong-duong (Champa : actuel Centre-Vietnam) et des pièces plus petites à Śrī Kṣetra (Birmanie), associées à des vestiges de stūpa en brique. À vrai dire, nous ne saurions affirmer s'il s'agit d'œuvres apportées de l'Inde, fondues sur place par des Indiens, ou exécutées par leurs premiers élèves, tant elles sont, précisément, « indiennes ».

C'est seulement aux ve et vie siècles que surgissent des statues, dérivant certes toujours des divers styles gupta et post-gupta, mais comportant, aussi, quelques traits locaux – ne serait-ce que leur matériau quand elles sont en pierre. C'est le cas à Java et à Sumatra des bouddhas de Jember, de Kutu Blater et de Seguntang ; en Malaisie avec celui du Sungai Bujang et avec la première statue hindoue, le Viṣṇu en grès de San Thung, à Chaya ; en Thaïlande avec des bouddhas de Korât, de Patburi, puis de Nakhorn Pathom et de Pong Tuk ; au Fou-nan, enfin, avec les grands bouddhas en bois de la plaine des Joncs (musée de Saigon), encore que ces derniers, fort érodés, soient ambigus et pourraient être postérieurs. Que toutes ces œuvres soient toujours rigoureusement indiennes, rien d'étonnant. L'art religieux n'est efficace que s'il est conforme. Dès lors qu'on adoptait religion et canons, on apprenait le langage plastique. Mais il fallait aussi apprendre à façonner : les premier tâtonnements se sentent ici ou là.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Shiva à dix bras, Vietnam

Shiva à dix bras, Vietnam
Crédits : Archives CDA/ St-Genès/ AKG

photographie

Tête du Buddha, art Khmer, époque préangkorienne

Tête du Buddha, art Khmer, époque préangkorienne
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Tête de Brahma

Tête de Brahma
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Bouddha (Angkor Vat), E. Haas

Bouddha (Angkor Vat), E. Haas
Crédits : Ernst Haas/ Ernst Haas/ Getty Images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  INDE  » est également traité dans :

INDE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe CADÈNE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Georges MASCLE
  •  • 16 377 mots
  •  • 9 médias

L'Union indienne s'étend sur un vaste territoire d'environ 3 287 263 kilomètres carrés et rassemble près de 1,2 milliard d'habitants en 2013. Cet espace, grand comme six fois la France et abritant près d'un sixième de la population mondiale, appartient à l'Asie des hautes densités dont il résume les caractéristiques essentielles. Alors que les massifs montagneux, tout particulièrement la […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 901 mots
  •  • 26 médias

L'Inde a produit, au IIIe millénaire avant notre ère, une des premières grandes civilisations de l'histoire humaine. L'un des traits saillants de l'histoire indienne jusqu'aux alentours de l'époque du Christ est la diffusion graduelle à travers le subcontinent de la conception brahmanique de l'ordre social, sous la forme de la combinaison organique des […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - L'économie contemporaine

  • Écrit par 
  • Gilbert ÉTIENNE, 
  • Joël RUET
  •  • 11 951 mots
  •  • 11 médias

En 1947, année de son indépendance, l'Inde était un des pays les plus avancés du monde non occidental en raison de ses élites modernes, de ses infrastructures, de ses noyaux industriels – développés par des entrepreneurs ambitieux et pugnaces, face aux mesures démobilisatrices voire coercitives de la puissance coloniale britannique –, en raison également des progrès de certaines zones agricoles. E […] Lire la suite

INDE - Les institutions

  • Écrit par 
  • Samuel BERTHET
  •  • 4 387 mots
  •  • 3 médias

Les institutions indiennes régissent la plus grande démocratie du monde. Au-delà du cliché, l’expression correspond à un fait concret : la tenue régulière et sans interruption de consultations électorales libres du plus grand électorat du monde, et ce depuis les législatives de 1951-1952, quatre ans après l’ind […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 834 mots
  •  • 3 médias

Les littératures philosophiques de l'Inde sont parmi les plus variées et les plus abondantes du monde ; elles correspondent à une production ininterrompue depuis la fin du deuxième millénaire avant notre ère jusqu'à nos jours et dans une aire culturelle immense. Elles se sont d'autre part largement répandues à travers toute l'Asie centrale et orientale et dans tout le Sud-Est asiatique.La spéculat […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 264 mots
  •  • 2 médias

L'histoire des sciences, au sens où nous l'entendons en Occident, a bénéficié d'apports spécifiques de l'Inde, au moins dans trois domaines : l'astronomie, les mathématiques et les sciences médicales. D'autres disciplines scientifiques, la physique par exemple, n'ont pas été cultivées en Inde, sinon sous une forme purement spéculative. À bien des égards, […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 533 mots
  •  • 3 médias

Dans le sous-continent indien aux côtés du bloc dravidien, des groupes munda et tibéto-birman, le groupe linguistique de loin le plus important est le groupe indo-aryen. Les langues indo-aryennes forment la branche indienne de la famille indo-européenne. Elles sont parlées par 78 p. 100 de la population actuelle du sous-continent, soit 73 p. 100 des Indiens, la quasi-totalité des Pakistanais, 70 p […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 163 mots
  •  • 62 médias

L'art indien a fourni une contribution importante et originale au patrimoine artistique de l'humanité.Contribution importante par la persistance, jusqu'à l'époque contemporaine, d'une tradition dont les manifestations matérielles n'apparaissent guère avant le iiie siècle avant l'ère chrétienne, mais qu'on ne […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Amandine D'AZEVEDO, 
  • Charles TESSON
  •  • 6 967 mots

Le cinéma indien reste pour beaucoup de gens associé à un nom, celui de Satyajit Ray, l’auteur du Salon de musique (1958), et à un record : 1907 films en 2015, qui font de ce pays le plus gros producteur de films du monde. C’est là son double visage. D’un côté, la tradition d’un cinéma d’auteur, d’artistes, associé à un nom (Ray), à […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les mathématiques

  • Écrit par 
  • Agathe KELLER
  •  • 5 560 mots
  •  • 3 médias

On traitera ici des pratiques et pensées mathématiques qui ont eu cours dans le sous-continent indien – en « Asie du Sud », comme on dit communément dans les pays anglo-saxons –, puisque l’aire géographique concernée couvre tout autant l’Inde que le Pakistan, le Bangladesh, le Bhoutan et l’île de Ceylan actuels. Qu’il s’agisse de sources archéologiques ou de textes écrits dans de multiples langues […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard Philippe GROSLIER, « INDE (Arts et culture) - L'expansion de l'art indien », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-expansion-de-l-art-indien/