INCLUSIONS FLUIDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parmi les processus ayant donné lieu à la formation des roches dans l'écorce terrestre, il en est un qui est très important pour la genèse de certains gisements métallifères : c'est la croissance de minéraux à partir d'une phase fluide. Dans ce cas, lorsqu'un cristal se développe, il est fréquent qu'il emprisonne dans des lacunes de cristallisation de petites quantités de la phase fluide avec ses sels solubles et ses composés volatils. Les reliques de ce fluide nourricier sont appelées inclusions fluides et ces inclusions sont évidemment très utiles pour la connaissance des conditions physico-chimiques régnant lors de la mise en place des gisements.

Les dimensions des inclusions fluides vont de 10–4 millimètre à quelques dizaines de centimètres cubes (très exceptionnel), mais leur taille moyenne se situe vers 0,01 mm ; et en général celles dont la taille est supérieure à 1 mm sont peu fréquentes. Quand les parois des inclusions ont la géométrie du cristal hôte, elles forment des « cristaux négatifs ».

On distingue généralement deux types d'inclusions : les inclusions primaires et les inclusions secondaires, correspondant à deux mécanismes de piégeage. Dans un minéral, entre la formation de ces deux types, plusieurs millions d'années peuvent s'être écoulés.

Tout phénomène venant perturber la croissance d'un cristal parfait peut provoquer la formation d'une inclusion primaire. Par exemple, une période de croissance rapide provoquant une surface lacunaire, dendritique, suivie d'une période de croissance lente recouvrant ces lacunes de couches homogènes, peut être à l'origine de ces inclusions. De même, les arêtes des cristaux croissent généralement plus rapidement que le centre des faces et les dépressions ainsi créées peuvent être le lieu d'inclusions primaires. De nombreux cristaux tels que la tourmaline ou le béryl croissent en prismes parallèles, d'où la possible formation de cannelures prismatiques pouvant s'obturer lors d'une nouvelle période de croissance en donnant des cristaux négatifs, enfin une ou des particules solides e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : correspondant de l'Institut, inspecteur général honoraire du Bureau de recherches géologiques et minières à Orléans

Classification


Autres références

«  INCLUSIONS FLUIDES  » est également traité dans :

AMÉTHYSTE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 2 334 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Caractéristiques cristallophysiques »  : […] Du fait de sa composition chimique (53,3 p. 100 d'oxygène), l'améthyste et les autres variétés de quartz ont été longtemps classées parmi les oxydes, mais leur structure est plus conforme à celle du groupe des tectosilicates. L'arrangement moléculaire se construit avec des tétraèdres SiO 4  : les ions silicium (Si 4+ ) sont localisés au centre et les ions oxygène (O […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amethyste/#i_89786

INCLUSIONS, physique du solide

  • Écrit par 
  • Alain Gil MAZET
  •  • 661 mots

Presque tous les cristaux comportent des lacunes de cristallisation ou des cavités remplies par des corps à l'état gazeux, liquide ou solide. Ces inclusions sont connues depuis très longtemps puisque H. Sorby en donne les premières descriptions dès le début du xix e  siècle, mais ce n'est que vers les années cinquante et sous l'impulsion de cherch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inclusions-physique-du-solide/#i_89786

MINÉRALOGIE

  • Écrit par 
  • Claude GUILLEMIN
  •  • 12 132 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Imperfections »  : […] Les phénomènes d'adsorption liés à la croissance peuvent être la cause de nombreuses imperfections : cristaux dendritiques (les métaux natifs cubiques, or, argent, cuivre, se présentent souvent en individus squelettiques formés de petits cristaux soudés les uns aux autres) ou vacuolaires ; inclusions fluides et solides. Les inclusions fluides peuvent être gazeuses ou liquides […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mineralogie/#i_89786

ROCHES (Formation) - Pétrologie

  • Écrit par 
  • Maurice LELUBRE, 
  • Alain WEISBROD
  •  • 5 574 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Méthodes d’études »  : […] Une fois formées, les roches subissent une évolution diversement longue et compliquée. Pour toutes ces raisons, il est généralement impossible d'assister à la formation d'une roche, hormis certaines roches volcaniques effusives, et l'on ne peut qu'observer le résultat visible d'une succession de processus dont les effets se sont superposés. L'art de la pétrologie consiste alors, à partir de descr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roches-formation-petrologie/#i_89786

THERMOMÈTRES GÉOLOGIQUES ou GÉOTHERMOMÈTRES

  • Écrit par 
  • Marc JAVOY
  •  • 4 525 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Étude des inclusions fluides »  : […] Cette méthode utilise les fluides emprisonnés dans des cavités par les cristaux au cours de leur formation. Ces fluides ne représentent pas un équilibre de haute température figé. Cependant, on suppose généralement qu'ils ont évolué en système clos depuis leur emprisonnement, c'est-à-dire qu'il n'y a eu ni fuite, ni apport de l'extérieur, ni réaction avec le cristal hôte. Dans ces conditions, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermometres-geologiques-geothermometres/#i_89786

Pour citer l’article

Claude GUILLEMIN, « INCLUSIONS FLUIDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/inclusions-fluides/