KERTÉSZ IMRE (1929-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La langue comme recours

La langue de Kertész est très concise, et c'est d'abord par elle que tout est remis en question. Significativement, le premier mot de Kaddish pour l'enfant qui ne naîtra pas est « non ». Le narrateur y déploie un soliloque presque obsessionnel sur les souffrances, l'oubli, l'existence sur laquelle on ne saurait revenir. Une fois cependant, il essaie de quitter son petit logement et de se marier. Mais, trop marqué par les expériences de sa jeunesse, il refusera de donner un enfant à sa femme. Le non initial traverse ainsi tout le roman, du début à la fin. Dépourvu de véritable récit, cette œuvre pourrait se réduire à être ce chant funèbre qui donne son titre au livre. Mais la virtuosité de Kertész libère le texte de son hermétisme sans espoir de réconciliation, permettant au narrateur d'évoquer l'importance des instincts et des contre-instincts qui orientent la vie.

Recourant à des images qui expriment sans cesse le doute, Kertész s'avère un grand maître de la langue. Celle-ci, certainement marquée par ses traductions de Wittgenstein, tend au discours philosophique. À la fois témoignage sur sa personnalité et véhicule de jugements universels, elle se veut une sorte de quintessence de la survie, avec tout ce que celle-ci peut avoir d'ambivalent. Dans un entretien, il explique ainsi, à propos de son expérience des camps : « À chaque fois que ce système, fondé sur la destruction de l'individu, marquait une pause, je ressentais du “bonheur”. Et j'en ressentais également lorsque je faisais cette expérience très intense de me sentir plus proche de la mort que de la vie. »

Parmi les autres récits d'Imre Kertész, mentionnons Le Chercheur de traces (1997, trad. franç. 2003), Le Drapeau anglais (1991, trad. franç. 2005) et Liquidation (2003, trad. franç. 2004). Dans ses essais et son journal, tenu entre 1991 et 1995 (Un autre. Chronique d'une métamorphose, 1997 ; trad. franç. 1999), suivi de Sauvegarde. Journal 2001-2003 (2011, trad. franç. 2012), on relève les traces d'une tradition d'Europe centrale proche de celle qu'exprime la conception kafkaïenne du monde, ainsi que le principe selon lequel seule la langue, dans ce qu'elle possède d'indicible, permet à l'individu de survivre et au lecteur, peut-être, d'ouvrir les yeux. Dans Dossier K (2006, trad. franç. 2008), un livre de dialogues, puis dans L’Ultime Auberge (2013, trad. franç. 2014), l'écrivain, en une vertigineuse coda, revient sur les événements qui ont marqué sa vie, parallèlement à une réflexion désenchantée sur l’Europe.

Imre Kertész meurt à Budapest le 31 mars 2016.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  KERTÉSZ IMRE (1929-2016)  » est également traité dans :

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 156 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les souvenirs des totalitarismes »  : […] , 2002). Il présente de la sorte la vie tragique d'un intellectuel hongrois, artisan et victime exemplaire de la réalité historique et politique de son pays depuis les années 1950. C'est le témoignage épique d'un visionnaire que nous offre l'œuvre d'Imre Kertész (1929-2016), prix Nobel de littérature en 2002 pour son roman Être sans destin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hongrie/#i_27782

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 492 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'écriture ou la mort : romanciers rescapés »  : […] Jerzy Kosinski oscille entre réalité et fantastique, entre scabreux et pureté, Imre Kertesz, dans L'Homme sans destin (1975), par la neutralité de sa voix blanche, offre une des descriptions les plus terrifiantes de l'engrenage qui a happé et broyé les hommes de ce siècle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-de-la-shoah/#i_27782

Pour citer l’article

Fridrun RINNER, « KERTÉSZ IMRE - (1929-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/imre-kertesz/