KERTÉSZ IMRE (1929-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La trilogie

Né à Budapest le 9 novembre 1929, déporté à Auschwitz et libéré à Buchenwald en 1944, Imre Kertész travaille comme journaliste pour le quotidien Világosság. En 1951, il est limogé à cause de sa tiédeur vis-à-vis du régime communiste. À partir de 1953, il vit uniquement de sa plume, écrivant comédies et libretti, traduisant en hongrois Nietzsche, Freud, Hofmannsthal, Schnitzler, Canetti et Wittgenstein, tout en se tenant à l'écart du milieu littéraire. En 1963, il commence à écrire son roman Être sans destin, qui sera publié en 1975 (trad. franç. 1998). C'est la première partie d'une trilogie qui traite des souffrances et de la survie d'un jeune juif à Auschwitz et à Buchenwald, puis de la dictature communiste – autre aspect de la négation de l'être humain dont le xxe siècle fut le théâtre.

L'œuvre d'Imre Kertész est profondément marquée par son expérience des camps et par l'analyse de l'effet dévastateur des systèmes totalitaires sur l’homme. Dans son roman Être sans destin, l'auteur présente son héros, un adolescent juif de quinze ans, à l'esprit encore naïf, qui a été arrêté puis déporté dans un camp de concentration nazi. Là, il considère les événements qui s'y déroulent comme quelque chose de « naturel compte tenu des circonstances » : au lieu de la révolte, cette barbarie ne semble susciter en lui qu'indifférence (celle-là même que Kertész retrouvera dans L'Étranger de Camus). L'impuissance des victimes se reflète clairement dans le cynisme méprisant des coupables.

À travers une langue riche de métaphores, Kertész raconte, en évitant les effets pathétiques, les crimes atroces commis dans les camps de concentration. Au fil des pages, il soulève toutes les questions que le lecteur n'ose jamais poser, en conservant une distance vis-à-vis de son évocation. Le point de vue d'un adolescent, sans recul, étonné, soulève un problème essentiel à la fin du livre : peut-on survivre uniquement par une adaptation progressive ? Kertész considère qu'écrire un roman sur les camps qui n'irrite pas le lecteur le tromperait sur le sens de la réalité d'Auschwitz. Il s'agit bel et bien pour lui de fa[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  KERTÉSZ IMRE (1929-2016)  » est également traité dans :

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 156 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les souvenirs des totalitarismes »  : […] , 2002). Il présente de la sorte la vie tragique d'un intellectuel hongrois, artisan et victime exemplaire de la réalité historique et politique de son pays depuis les années 1950. C'est le témoignage épique d'un visionnaire que nous offre l'œuvre d'Imre Kertész (1929-2016), prix Nobel de littérature en 2002 pour son roman Être sans destin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hongrie/#i_27782

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 492 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'écriture ou la mort : romanciers rescapés »  : […] Jerzy Kosinski oscille entre réalité et fantastique, entre scabreux et pureté, Imre Kertesz, dans L'Homme sans destin (1975), par la neutralité de sa voix blanche, offre une des descriptions les plus terrifiantes de l'engrenage qui a happé et broyé les hommes de ce siècle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-de-la-shoah/#i_27782

Voir aussi

Pour citer l’article

Fridrun RINNER, « KERTÉSZ IMRE - (1929-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/imre-kertesz/