IMPÔTHistoire de l'impôt

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le système fiscal français

Apparue au xixe siècle en France, chez des auteurs comme P. Leroy-Beaulieu et R. Stourm, reprise au xxe siècle par E. Allix, G. Jèze et H. Lauffenburger, l'expression « système fiscal » est utilisée aujourd'hui par la plupart des fiscalistes pour désigner l'ensemble des impôts appliqués à un moment donné dans un pays déterminé. Il peut paraître excessif de parler de système fiscal dans la mesure où la formule semble impliquer l'existence d'une combinaison harmonieusement et logiquement agencée alors que l'observation des diverses structures fiscales montre qu'elles sont le plus souvent constituées d'éléments épars, plus ou moins cohérents, qui résultent plus d'une sédimentation et d'une juxtaposition que d'une réflexion abstraite. Reflet de l'état d'une société, traduction de la nature de pouvoir, la structure fiscale d'un pays dépend certes des choix du pouvoir politique mais demeure soumise à l'influence de facteurs sociaux, économiques, psychologiques avec lesquels les gouvernements doivent composer. Pour comprendre le système fiscal de la France d'aujourd'hui, il faut connaître, dans ses grandes lignes, l'évolution de la fiscalité depuis la fin de l'Ancien Régime. Cette prise en considération du passé permet de se rendre compte que, derrière la technique fiscale, jouent des influences politiques, sociales et économiques.

Le poids du passé

Le système fiscal français actuel est le fruit d'une lente évolution marquée par deux moments de profonde transformation, la Révolution de 1789 et la Première Guerre mondiale, qui divisent cette évolution en trois grandes périodes : l'Ancien Régime ; l'époque libérale, qui recouvre le xixe siècle et se prolonge jusqu'en 1914 ; la période moderne, qui a vu apparaître une fiscalité nouvelle.

La fiscalité de l'Ancien Régime

Le système fiscal de la monarchie française n'était pas le fruit d'un plan d'ensemble, il était fait de pièces et d'éléments divers, constitués au cours des âges au gré des événements. Les défauts de ce système, notamment sa lourdeur et son injustice, ont fait de son abolition l'un des buts de la Révolution. Taille, capitation et vingtième constituaient l'essentiel des impôts directs. La taille, à l'origine impôt féodal, était devenu impôt royal au xiiie siècle. Elle tirait son nom du mode de preuve destiné à établir son paiement, qui consistait à faire une encoche dans une latte de bois qui était taillée en deux, une partie du bâton restant entre les mains du receveur, l'autre dans celles du contribuable. D'abord impôt extraordinaire, la taille devint permanente après 1439. Dans les pays du Nord, il s'agissait d'un impôt personnel payé par les roturiers et dont les nobles et le clergé étaient dispensés. Dans les pays du Sud, pays d'État, la taille était une sorte d'impôt foncier. La capitation fut créée en 1695 pour financer la guerre de la ligue d'Augsbourg ; elle fut supprimée en 1697 puis rétablie en 1701 et définitivement réglementée par une ordonnance royale de 1780. Un tarif divisait tous les sujets du roi en vingt-deux classes (dont une pour le dauphin) selon leurs revenus présumés. Bien qu'en théorie elle portât sur tous les sujets du roi d'après « les moyens et les facultés de chacun », la capitation fut légère pour le clergé qui la racheta très rapidement et pour les nobles dont la participation resta modeste. Les vingtièmes furent d'abord établis sous le nom de dixièmes en 1710, et devinrent vingtièmes en 1749. Inspirés des propositions de Vauban dans « la dîme royale », ils étaient une sorte d'impôt sur le revenu à quatre cédules portant sur le foncier, le mobilier, le commerce et l'industrie. Moderne et rationnel, cet impôt échoua en raison des difficultés d'évaluation de la matière imposable et de l'hostilité d'une partie de l'opinion, et notamment des Parlements, et il se réduisit finalement à un supplément à la taille.

Aide, gabelle et traites représentaient les principaux impôts indirects. Le nom d'aides, tiré du droit féodal, désignait à l'origine tous les impôts et servait à caractériser les droits indirects frappant certaines transactions ; elles portaient surtout sur les boissons. Le nom de gabelle désignait d'abord divers impôts de consommation sur les vins, les draps, etc., puis, à partir du xiiie siècle, il ne concerne plus que la taxation du sel. La gabelle a marqué les esprits par son impopularité et les révoltes qu'elle a suscitées. Cet impôt sur le sel était en effet assorti d'un monopole de l'État sur un produit indispensable et d'une obligation de consommation minimale. Son régime variait de province à province ; on distinguait ainsi les pays de grande gabelle, ceux de petite gabelle et les pays rédimés qui seuls étaient exemptés de ce prélèvement. Les traites étaient les droits de douane de l'Ancien Régime qui frappaient les marchandises lors de leur passage aux frontières non seulement du royaume, mais aussi d'une province à l'autre à l'intérieur du royaume. Bien que simplifiées sous Colbert, les traites restaient très compliquées à la fin du xviiie siècle.

Enfin, les droits d'aides et de mutations correspondant à nos droits d'enregistrement s'ajoutaient à ces impôts. D'abord impôts féodaux, ils devinrent royaux au xvie siècle. Les principaux étaient le droit de contrôle perçu sur les actes notariés, le droit d'insinuation payé à l'occasion des donations entre vifs et le droit de centième denier qui frappait les mutations de propriété.

Dès le milieu du xviiie siècle, le système de la monarchie avait fait l'objet de nombreuses critiques. Les philosophes lui reprochaient son caractère archaïque et son injustice et, d'une manière plus générale, les encyclopédistes et les physiocrates s'étaient attaqués aux fondements politiques et économiques de l'impôt. Au point de vue technique, à l'exception des vingtièmes, impôt de quotité établi par une administration publique, les impôts de l'Ancien Régime étaient essentiellement des impôts de répartition affermés à des particuliers. Ces procédés archaïques d'imposition conçus pour une économie rurale, refermée sur elle-même, entravaient la circulation des biens et ne permettaient pas le développement d'une économie d'échanges. Cependant, il convient de reconnaître à ce système certaines qualités techniques : création des titres de maniement pour les droits de circulation, institution d'un cadastre, tentative de personnalisation avec la capitation. Sur le plan politique, on dénonçait un système consacrant l'arbitraire et l'injustice. Les privilèges aboutissaient à faire porter tout le poids de l'impôt sur le tiers état et plus encore sur les paysans.

La fiscalité révolutionnaire et libérale

Le mauvais état des finances de l'Ancien Régime fut une des causes de la Révolution, qui détruisit tou [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 21 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  IMPÔT  » est également traité dans :

IMPÔT - Politique fiscale

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MONNIER
  •  • 7 258 mots
  •  • 1 média

Longtemps, la politique fiscale n'a suscité qu'une attention modérée aussi bien de la part des économistes que de celle des pouvoirs publics. Si l'on définit la politique budgétaire au sens large comme l'ensemble des actions menées par les décideurs publics ayant un support financier, qu'il s'agisse de dépenses ou de recettes, la politique fiscale n'est alors que l'une des dimensions de cet ensemb […] Lire la suite

IMPÔT - Économie fiscale

  • Écrit par 
  • Jacques LE CACHEUX
  •  • 4 359 mots
  •  • 1 média

Parce que l'État occupe aujourd'hui, dans la plupart des pays développés, une place considérable dans l'économie, les prélèvements obligatoires qui en assurent le financement sont au cœur de débats incessants et de réflexions en constant renouvellement. Les modalités du prélèvement, la structure générale ou l'architecture du système fiscal, le contexte économique et technologique dans lequel s'ins […] Lire la suite

IMPÔT - Droit fiscal

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  •  • 8 468 mots

Technique libérale de financement des dépenses publiques, l'impôt est encore bien souvent ressenti par les contribuables comme une intrusion inique et une spoliation, puisqu'il entraîne une amputation des revenus ou du patrimoine, alors que sa contrepartie personnelle n'apparaît pas directement. Les moyens d'intervention de la puissance publique dans le domaine fiscal et les réactions de l'opinion […] Lire la suite

ASSOCIATION

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GARRIGOU-LAGRANGE, 
  • Pierre Patrick KALTENBACH
  •  • 7 053 mots

Dans le chapitre «  L'enjeu fiscal »  : […] Le développement des activités marchandes et la revendication d'utilité sociale ont provoqué de plus en plus de conflits entre les associations ayant des activités économiques et la direction générale des impôts, soutenue par les autorités européennes. Cette dernière, dans un remarquable retour aux sources théoriques de 1901, a accentué son exigence de principe selon laquelle la gestion désintéres […] Lire la suite

AUTOFINANCEMENT

  • Écrit par 
  • Geneviève CAUSSE
  •  • 5 233 mots

Dans le chapitre « La mesure de l'autofinancement »  : […] L'autofinancement demeure le moyen de financement privilégié de la plupart des entreprises, mais il est très difficile de le mesurer de manière précise. En effet, la plupart des statistiques retiennent des indicateurs qui ne mesurent qu'indirectement l'autofinancement, via le taux de distribution des dividendes. On distingue bien entre le financement par capitaux propres et le financement par det […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Hollande (2012-2017)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 005 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une politique fiscale mouvementée »  : […] Au cours du quinquennat, le déficit des dépenses publiques reste important et supérieur aux engagements pris vis-à-vis de l’Union européenne. Correspondant à 4,8 p. 100 du PIB en 2012, il se situe encore à 3,4 p. 100 en 2016 et autour de 3 p. 100 en 2017 – alors que François Hollande avait promis un retour à l’équilibre des comptes à cette date. Ce niveau très élevé d’excédent de dépenses a entra […] Lire la suite

COMMERCE INTERNATIONAL - Politique du commerce extérieur

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLOCHON
  •  • 7 533 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les droits de douane »  : […] Un droit de douane est un impôt fixé par l'État sur une marchandise qui franchit la frontière du pays. Chaque droit s'applique à un produit bien spécifié et l'ensemble des droits est rassemblé dans un document appelé tarif douanier. On distingue les droits d'entrée (ou droits à l'importation) et les droits de sortie (ou droits à l'exportation). Les premiers sont les plus fréquents, les pouvoirs p […] Lire la suite

DÉFICIT BUDGÉTAIRE

  • Écrit par 
  • Élisabeth VESSILLIER
  •  • 622 mots

Il y a déficit budgétaire quand le volume des charges est supérieur à celui des ressources. On distingue le déficit budgétaire ex ante , qui est le solde négatif d'une loi de finances, laquelle « prévoit et autorise, pour chaque année civile, l'ensemble des ressources et des charges de l'État », et le déficit ex post , dont le montant est donné par la loi de règlement, laquelle entérine les résult […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

  • Écrit par 
  • Olivier BROSSARD
  •  • 8 210 mots

Dans le chapitre « La prise en compte des anticipations »  : […] Finn Kydland et Edward Prescott (1977) ont affirmé que cela était dû à l'incapacité de mener une politique monétaire « dynamiquement cohérente » (problèmes dits de time inconsistency ) : lorsque les agents anticipent un certain taux d'inflation, les gouvernements sont tentés d'accroître le produit intérieur brut (P.I.B.) et de réduire le chômage en créant une inflation « surprise » plus forte que […] Lire la suite

ÉCONOMIE SOUTERRAINE

  • Écrit par 
  • Philippe BARTHÉLÉMY
  •  • 7 257 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dans les pays occidentaux »  : […] Dans les pays occidentaux, l'économie souterraine se présente en premier lieu comme un moyen d'échapper à l'impôt, aux cotisations sociales ou aux divers règlements. C'est une illustration particulière de l'adage selon lequel « trop d'impôt, tue l'impôt ». Dans cette logique, plus l'écart entre le coût du travail dans les économies officielles et non officielles est grand, plus l'incitation à tr […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-7 janvier 2020 Autriche. Formation d'une coalition entre conservateurs et Verts.

l’histoire du pays. L’accord de coalition inclut plusieurs dispositions chères aux conservateurs et jusque-là dénoncées par les Verts, comme la baisse de l’impôt sur le revenu, la création de prisons « préventives » destinées aux « personnes qui présentent un danger pour la sécurité publique », ainsi que le refus de participer au processus de répartition […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Claude MAITROT, « IMPÔT - Histoire de l'impôt », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/impot-histoire-de-l-impot/