IMPERIUM

AUGUSTE CAÏUS JULIUS CAESAR OCTAVIANUS AUGUSTUS ou OCTAVE (63 av. J.-C. - 14 apr. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Claude NICOLET
  •  • 6 059 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les pouvoirs d'Auguste »  : […] D'abord, le prince est imperator  ; il l'est en quelque sorte par droit d'héritage, parce qu'il est fils de César, et il porte ce titre comme un prénom qui fait partie de son état civil (depuis 29 av. J.-C.). Mais il l'est aussi parce qu'il a reçu, en 28 sans doute, un imperium total sur toutes les armées romaines (comme il l'avait, en 32, sur celles de l'Occident). Il joint donc au pouvoir consu […] Lire la suite

CÉSARISME

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 759 mots

La recherche récente tend à négliger le terme de « césarisme », auquel elle préfère ceux de « principat » et de « dominat », ces deux derniers mots recouvrant deux aspects du premier. Il peut néanmoins être conservé avec un sens très général, celui de pratique du pouvoir impérial, ainsi que l'entendait l'historien Suétone quand il intitulait son œuvre Les Vies des douze Césars . L'assassinat de Ju […] Lire la suite

IMPERATOR

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUMONT
  •  • 508 mots

À Rome, à l'origine, l'imperator est celui qui commande ( imperat , étymologiquement : « préparer pour », d'où « ordonner ») ou qui possède l' imperium  ; celui-ci est le pouvoir souverain, délégué par Jupiter ( ?), dont la volonté se manifesterait (au travers du peuple dans le vote des comices) aux consuls et aux préteurs, et, en dehors de la ville, aux proconsuls et aux propréteurs ; c'est un po […] Lire la suite

PROVINCE ROMAINE

  • Écrit par 
  • Olivier COLLOMB
  •  • 671 mots

À l'origine, la compétence spéciale d'un magistrat romain était sa provincia , son département ministériel, dirions-nous. Après la conquête de la Sicile, en ~ 227, l'un des préteurs en charge fut, chaque année, envoyé pour gouverner l'île qui devint ainsi sa « province ». D'où le sens dérivé : territoire soumis à l'administration d'un magistrat romain. La personnalité du gouverneur faisait alors t […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La République

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH
  •  • 10 921 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'élaboration de la Constitution républicaine »  : […] L'absolutisme ayant disparu, l'esprit pragmatique des Romains les amène à créer une série de pouvoirs destinés à s'équilibrer tout en assurant une efficacité maximale à l'action nécessaire de l'État. Magistrats d'inégale importance, Sénat, assemblées du peuple se répartissaient les pouvoirs exécutif, judiciaire et législatif. Ainsi se dessinèrent les traits d'une Constitution républicaine d'essen […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le pouvoir impérial »  : […] L'organisation de l'État a été réglée de telle manière qu'il convient de commencer par le sommet. En effet, le pouvoir impérial se présente sous la forme d'une monarchie absolue, et le régime reçut cette caractéristique dès sa naissance, c'est-à-dire dès l'époque d'Auguste. Personne n'admet plus, de nos jours, la théorie élaborée jadis par T.  Mommsen, qui croyait en une « dyarchie », système dans […] Lire la suite


Affichage 

Institutions de la République romaine

dessin : Institutions de la République romaine

dessin

La vie institutionnelle et politique de la République était fondée non pas sur le principe de la démocratie directe comme à Athènes, mais sur un équilibre entre des institutions tenues par des notables élus en fonction de leur fortune, et se contrôlant mutuellement afin d'éviter... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Institutions de la République romaine

Institutions de la République romaine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin