IMMUNITÉ INTESTINALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les acteurs de l’immunité mucosale

Environ 70 p. 100 des cellules à fonction immunologique du corps se trouvent dans la muqueuse intestinale, ce qui rend compte de l’importance de cette structure dans la protection de l’organisme. On parle d’immunité innée (ou non spécifique) pour celle liée à la reconnaissance des grandes familles de molécules, par opposition à l’immunité adaptative qui, elle, est dédiée à la reconnaissance de stimuli antigéniques spécifiques et de petite taille.

Au niveau de la muqueuse intestinale, l’immunité innée est portée par de nombreux acteurs cellulaires, incluant des cellules d’origine épithéliale et immunitaire. La barrière physique formée par la monocouche cellulaire, ainsi que par la production de mucines et de peptides antimicrobiens par les cellules caliciformes et les cellules de Paneth, représente tout un pan de l’immunité innée intestinale. La partie de l’immunité innée portée par les cellules issues du sang (lignée hématopoïétique) concerne les fonctions d’élimination de corps étrangers par phagocytose (macrophages) et de présentation d’antigènes à des cellules effectrices spécifiques (cellules dendritiques). Important dans l’immunité mucosale, un groupe de cellules lymphoïdes innées – connues sous le nom d’ILC (innate lymphoid cells) – forme une population de cellules dépourvues de récepteurs spécifiques aux antigènes, mais capables de synthétiser de manière précoce des cytokines inflammatoires (des messagers moléculaires qui servent à la communication au sein du système immunitaire) à la suite de l’exposition à des agents pathogènes de natures variées.

L’immunité adaptative présente au sein de la muqueuse repose en partie sur les cellules issues du lignage lymphoïde, les lymphocytes B et les lymphocytes T. D’une manière schématique, les lymphocytes B ont pour rôle majeur la production d’immunoglobulines (autre nom des anticorps), alors que les lymphocytes T endossent des fonctions multiples, selon leur état de différenciation (phénotype). Ainsi, les lymphocytes T exprimant la molécule (marqueur) CD8 à leur surface sont principalement des lymphocytes tueurs car doués d’activité cytotoxique à l’égard d’une cible cellulaire précise. Les lymphocytes T exprimant le marqueur CD4 se répartissent en deux catégories, les lymphocytes dits régulateurs (essentiels au contrôle de l’activité immunitaire) et les lymphocytes T auxiliaires (ou « helpers » essentiels au montage des réponses immunitaires spécifiques). Les lymphocytes T auxiliaires (abrégés en Th) se distinguent par une variabilité phénotypique notoire et sont classés en fonction du répertoire de cytokines produites et du type de réponse dans lesquelles ils sont impliqués. Ces cellules sont classiquement « activées » par d’autres cellules du système immunitaire, à travers des interactions complexes faisant intervenir un récepteur présent à leur surface nommé TCR (acronyme de T-cell receptor). Les lymphocytes de type 1 (Th1) sont impliqués dans les réponses dirigées contre les virus et les bactéries intracellulaires. Ils se distinguent par leur capacité de production de cytokines comme l’interféron gamma et l’interleukine 2 (IL-2). Les lymphocytes de type 2 (Th2) sont recrutés lors d’infections parasitaires et dans les processus de réactions allergiques. Ils produisent des cytokines telles que l’IL-4, l’IL-5 et l’IL-13. Ils sont classiquement associés aux cellules ILC2 (cf. infra) et sont à l’origine de remodelage tissulaire tel qu’observé dans la réponse hypersécrétoire activée contre les parasites. Ces lymphocytes se différencient de manière terminale sous l’action de cytokines diverses, parmi lesquelles la protéine TSLP, l’IL-4 et, de manière importante pour la suite, l’IL-25. D’autres populations de lymphocytes effecteurs ont été décrites, dont les lymphocytes de type 17(Th17) impliqués dans la lutte contre les infections bactériennes extracellulaires et fongiques.

Tous ces nombreux acteurs, cellulaires et moléculaires, des deux grandes catégories d’immunité sont à l’œuvre dans l’immunité intestinale. Une fois dressé cet inventaire, il reste maintenant à déterminer ce que ces différents types de cellules reconnaissent comme pathogène et la manière dont s’effectue la coordination de la réponse immunitaire intestinale.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Structure de l’intestin

Structure de l’intestin
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Les cellules de l’épithélium intestinal

Les cellules de l’épithélium intestinal
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Villosités intestinales

Villosités intestinales
Crédits : Science Picture Co/ Getty Images

photographie

Cellule tuft au sein de la muqueuse intestinale

Cellule tuft au sein de la muqueuse intestinale
Crédits : Institut de génomique fonctionnelle

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : chargé de recherche CNRS, Institut de génomique fonctionnelle, Montpellier
  • : docteure, postdoctorante, Kennedy Institute, Oxford University, Oxford (Royaume-uni)

Classification

Autres références

«  IMMUNITÉ INTESTINALE  » est également traité dans :

IMMUNITÉ, biologie

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF, 
  • Michel FOUGEREAU, 
  • Dominique KAISERLIAN-NICOLAS, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 21 522 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le concept d'immunité locale »  : […] La réponse immunitaire d'un organisme à un antigène de l'environnement dépend de la voie d'introduction de la substance antigénique. Injectée par voie sous-cutanée, une molécule protéique pourra déclencher la production d'anticorps spécifiques. Introduite dans la peau par voie intradermique, cette même protéine induira une réaction d'hypersensibilité de type retardé. Enfin, administrée par voie o […] Lire la suite

MICROBIOME HUMAIN

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 817 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Conséquences du déséquilibre entre populations bactériennes »  : […] Dans une optique darwinienne simple, on peut penser que, puisque le microbiote intestinal (dont il va surtout être question ici) est différent des divers mondes bactériens (du corps et de l’environnement) qui l’entourent, c’est qu’il a été sélectionné d’une façon ou d’une autre sur la base de sa relation avec l’hôte et des conditions propres à cet écosystème. S’il en est ainsi, à quoi sert-il ? D […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François GERBE, Emmanuelle SIDOT, « IMMUNITÉ INTESTINALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/immunite-intestinale/