IMMÉDIAT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'illusion de l'immédiat

Kant : l'immédiat aux portes de la connaissance

Dans la Critique de la raison pure, Kant dénonce ce privilège de l'immédiat comme une imposture, comme une illusion. La « révolution copernicienne » faisant de l'objet de la connaissance une construction du sujet connaissant, Kant est amené à rejeter hors de la connaissance toute forme d'immédiateté. D'une part, dans notre contact avec le monde, nous n'avons affaire qu'à des phénomènes ordonnés suivant les formes a priori de l'espace et du temps, si bien que nos représentations les plus immédiates, du fait même qu'elles sont des re-présentations, sont déjà médiatisées. La connaissance de la cause qui produit en nous la représentation nous est irrémédiablement interdite par notre « constitution subjective ». Le pur immédiat se trouve rejeté en deçà de la connaissance. D'autre part, au terme de la construction de l'objet, point final de la théorie de la connaissance, on ne peut pas davantage espérer atteindre la chose telle qu'elle est en elle-même par une « intuition intellectuelle » comme celle qu'impliquait la théorie cartésienne : c'est un privilège qui est réservé à un être divin ; l'homme ne saurait y prétendre.

On comprend pourquoi Kant a consacré de longues pages à réfuter Descartes. C'est dans la critique de la « psychologie rationnelle » que Kant examine le cas de l'« idéalisme problématique » de Descartes. « Problématique » : Kant part en effet du résultat de la Méditation sixième pour en souligner le caractère insuffisant : « Je n'ai aucune raison, y écrit Descartes, de ne pas croire à l'existence des objets extérieurs. » Kant traduit : l'idéalisme cartésien s'est mis dans l'impossibilité d'établir de façon positive l'existence du monde extérieur ; il reste problématique. Or, la raison qu'invoque Kant est, pour nous, très significative : c'est, dit-il, que Descartes a commencé par affirmer que le cogito était la « révélation immédiate » de l'être pensant ; il a dès lors établi un déséquilibre entre le caractère immédiat de cette révélation et le caractère médiat de la connaissance des objets extérieurs. Selon Kant, le cogito n'est que la représentation d'une unité de conscience en laquelle est liée toute représentation : l'unité du « je pense ». L'erreur de Descartes est donc d'avoir confondu cette simple unité avec ce que Kant appelle le « moi empirique » ou « la conscience empiriquement déterminée », c'est-à-dire avec le flux de mes représentations, la diversité de mes pensées. C'est une illusion qui me fait prendre ces représentations pour la révélation immédiate d'un être : elles sont des représentations au même titre que celles des objets extérieurs. La seule différence tient à ce qu'elles sont ordonnées selon le temps – sens interne – au lieu de l'être selon l'espace – sens externe. Ainsi, l'esprit ne peut s'apparaître à lui-même que tel qu'il s'apparaît et non tel qu'il est en soi. L'immédiateté cartésienne, point ultime de la connaissance, est rejetée par Kant au-delà de la portée de l'homme. L'impossibilité de l'atteindre signe la finitude humaine. Kant réussit ainsi à échapper au piège de l'immédiat et à son corrélat : la nécessité d'admettre un Dieu – médiateur transcendant – pour fonder la connaissance. Mais la solution est onéreuse : il faut admettre que la cause de nos représentations est inconnaissable ; que l'objet de notre connaissance, tel qu'il est en lui-même, nous restera à jamais inconnu. N'est-ce pas, sous une forme nouvelle, soumettre la pensée humaine à une transcendance singulièrement limitative ?

Le point de l'immédiateté absolue

C'est du moins ce que pense Hegel qui, rejetant la notion de chose en soi, rabat, en quelque sorte, les deux points d'immédiateté l'un sur l'autre au lieu de les distendre à l'infini comme l'avait fait Kant. Solution inverse, mais ici les conséquences sont encore plus exorbitantes . On aperçoit d'emblée que si les deux points coïncident, le processus de la connaissance doit être circulaire : la série des médiations n'a de sens que de re-conduire la pensée d'un premier immédiat à un immédiat ultime qui se révèle à la fin n'être que l'immédiat premier. C'est dire que le processus est à la fois circulaire et téléologique. Hegel a décrit dans la Phénoménologie de l'esprit ce chemin de la conscience qui va de l'immédiateté de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  IMMÉDIAT  » est également traité dans :

BERGSON HENRI (1859-1941)

  • Écrit par 
  • Camille PERNOT
  •  • 8 102 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'immédiat »  : […] L'intuition philosophique a donc pour objet l'immédiat. Mais à quoi reconnaît-on un immédiat ; Pour Bergson, ce n'est pas la manière dont on l'appréhende qui le qualifie comme tel. Ni la réceptivité de l'esprit ni même son entière passivité n'en sont les critères. Pas davantage le sentiment d'évidence qui accompagne son expérience. C'est, au contraire, uniquement par ses caractères intrinsèques qu […] Lire la suite

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 132 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La subjectivité de l'expérience »  : […] On s'accorde en général pour attribuer aux états mentaux que nous appelons des expériences les caractères suivants. En premier lieu, elles sont immédiates, au sens où les données qu'elles nous présentent appartiennent à une conscience actuelle (ici et maintenant) et paraissent primitives, c'est-à-dire ne requérir la médiation d'aucune connaissance conceptuelle ou propositionnelle. Elles relèvent […] Lire la suite

RÉALITÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 4 964 mots

Dans le chapitre « La réalité, le donné et le subi »  : […] En un premier sens, le réel, c'est le donné, c'est le contenu même de notre expérience. Aussi certains philosophes ont-ils tendance à chercher le réel dans l'immédiat. Comment, en effet, ne pas tenir pour réel ce qui n'est en rien construit, imaginé ou feint, ce qui est simplement, mais incontestablement, présenté ? Nul ne saurait douter que l'immédiat n'ait, comme tel, une certaine réalité : on p […] Lire la suite

REID THOMAS (1710-1796)

  • Écrit par 
  • Louise LAMBRICHS
  •  • 713 mots

Né à Stracham et mort à Glasgow, le « philosophe écossais » Thomas Reid reçut son éducation au collège Marishal d'Aberdeen, où il étudia la philosophie et la théologie. Il y fut ensuite bibliothécaire jusqu'en 1736. Il partit alors pour l'Angleterre, où, en 1737, il fut nommé pasteur anglican, à New Mechar. En 1748, il publia, dans les Transactions de la Royal Society of London, Un essai sur la […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 mars 2022 Ukraine – Russie. Poursuite de la pression militaire russe et des soutiens occidentaux à l'Ukraine.

Le 24 également, au lendemain du rejet d’une résolution « humanitaire » proposée par la Russie et votée seulement par Moscou et Pékin, l’Assemblée générale de l’ONU adopte par 140 voix contre 5 et 38 abstentions une nouvelle résolution exigeant de la Russie l’« arrêt » immédiat des hostilités et la protection des civils. Le 25, le Kremlin annonce que « les objectifs de la première étape de l’opération militaire spéciale en Ukraine sont remplis » et que l’objectif principal est désormais « la libération du Donbass ». […] Lire la suite

2-28 février 2022 Ukraine – Russie. Intervention militaire russe en Ukraine.

En plus d’un apport immédiat de 100 milliards d’euros, il promet une augmentation régulière du budget de la Défense de façon à ce que celui-ci atteigne « plus de 2 % » du PIB. Le 28 se déroule une première cession de négociations entre des délégations russe et ukrainienne à la frontière entre la Biélorussie et l’Ukraine, en vue de l’instauration d’un cessez-le-feu. […] Lire la suite

14 octobre 2020 Suisse. Acquittement d'un militant du climat à Genève.

Contrairement au tribunal de police, la cour d’appel retient l’état de nécessité lié à l’urgence climatique invoqué par le prévenu, estimant que celle-ci représente « un danger immédiat, actuel et concret » au sens du Code pénal. La même position, adoptée dans une affaire similaire par le tribunal de police de Lausanne (Vaud) en janvier, a été infirmée en appel en septembre par la cour d’appel de Renens. […] Lire la suite

9 août 2020 Afghanistan. Libération de prisonniers talibans.

La Loya Jirga conditionne son accord à un engagement immédiat des négociations et au non-retour des prisonniers libérés sur le champ de bataille. Elle demande que les résultats de ces négociations préservent les « valeurs islamiques », le « rôle des chefs religieux » et la « démocratie », et garantissent la participation des femmes à la vie politique. […] Lire la suite

18 juin 2020 Russie. Dénonciation du « révisionnisme » occidental par Vladimir Poutine.

Les accusations de Vladimir Poutine à l’égard des Occidentaux au sujet de la guerre se multiplient depuis l’adoption par le Parlement européen, en septembre 2019, d’une résolution affirmant que celle-ci a été « le résultat immédiat du pacte nazi-soviétique de non-agression ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique LECOURT, « IMMÉDIAT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/immediat/