IMMÉDIAT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le privilège de l'immédiat

La certitude cartésienne et le médiateur transcendant

La philosophie cartésienne s'adosse à une découverte scientifique, celle de la géométrie algébrique, ou « géométrie analytique ». L'essentiel de cette découverte est consigné dans le Discours de la méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences. Constatant que les méthodes algébriques s'appliquaient aussi bien à la géométrie qu'à l'arithmétique, à l'espace qu'au nombre, Descartes, défiant le cosmos aristotélicien, faisait de l'espace une entité intelligible au même titre que le nombre. Il fondait la possibilité d'une physique théorique. Mais le même Discours expose les catégories philosophiques dans lesquelles il réfléchissait son œuvre scientifique : que l'évidence est le seul critère de la vérité ; que, dans le sensible, il n'y a d'intelligible que l'espace et le mouvement.

Ici apparaît, sous une double forme, ce qu'on peut appeler le « privilège » de l'immédiat : les êtres mathématiques, sur le chemin qui mène Descartes des opinions vagues et adventices à la certitude du cogito, ont une évidence paradigmatique. Ils s'imposent à la pensée, car ils ont « leur vraie et immuable nature », mais c'est soi-même que la pensée y retrouve, sans médiation. Opération purement intuitive, qui peut être érigée en modèle (provisoire) de certitude. C'est dire que les mathématiques éveillent la suspicion sur le médiat : dans leurs propres démonstrations, les géomètres devront parcourir, et reparcourir les longues chaînes de raisons le plus vite possible afin que, par une sorte d'artifice psychologique, s'abolissent les médiations dans le coup d'œil final. Autrement dit, pour Descartes, le médiat, toujours en droit réductible à l'immédiat, ne lui est pas hétérogène. Précision essentielle puisqu'elle pare à ce qui menace tou [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  IMMÉDIAT  » est également traité dans :

BERGSON HENRI (1859-1941)

  • Écrit par 
  • Camille PERNOT
  •  • 8 102 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'immédiat »  : […] L'intuition philosophique a donc pour objet l'immédiat. Mais à quoi reconnaît-on un immédiat ; Pour Bergson, ce n'est pas la manière dont on l'appréhende qui le qualifie comme tel. Ni la réceptivité de l'esprit ni même son entière passivité n'en sont les critères. Pas davantage le sentiment d'évidence qui accompagne son expérience. C'est, au contraire, uniquement par ses caractères intrinsèques qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-bergson/#i_11151

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La subjectivité de l'expérience »  : […] On s'accorde en général pour attribuer aux états mentaux que nous appelons des expériences les caractères suivants. En premier lieu, elles sont immédiates, au sens où les données qu'elles nous présentent appartiennent à une conscience actuelle (ici et maintenant) et paraissent primitives, c'est-à-dire ne requérir la médiation d'aucune connaissance conceptuelle ou propositionnelle. Elles relèvent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/experience/#i_11151

RÉALITÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 4 964 mots

Dans le chapitre « La réalité, le donné et le subi »  : […] En un premier sens, le réel, c'est le donné, c'est le contenu même de notre expérience. Aussi certains philosophes ont-ils tendance à chercher le réel dans l'immédiat. Comment, en effet, ne pas tenir pour réel ce qui n'est en rien construit, imaginé ou feint, ce qui est simplement, mais incontestablement, présenté ? Nul ne saurait douter que l'immédiat n'ait, comme tel, une certaine réalité : on p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realite/#i_11151

REID THOMAS (1710-1796)

  • Écrit par 
  • Louise LAMBRICHS
  •  • 713 mots

Né à Stracham et mort à Glasgow, le « philosophe écossais » Thomas Reid reçut son éducation au collège Marishal d'Aberdeen, où il étudia la philosophie et la théologie. Il y fut ensuite bibliothécaire jusqu'en 1736. Il partit alors pour l'Angleterre, où, en 1737, il fut nommé pasteur anglican, à New Mechar. En 1748, il publia, dans les Transactions de la Royal Society of Lon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-reid/#i_11151

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique LECOURT, « IMMÉDIAT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/immediat/