ILLUMINATIONS, Arthur RimbaudFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une révolution poétique

Le texte des Illuminations est à « géométrie variable » : n'ayant pas été fixé par l'auteur, qui en ignora la publication, il a toujours été soumis au bon vouloir de ses éditeurs successifs. Ainsi, il peut comporter des poèmes en vers, regroupés sous le nom de « Derniers Vers », ou s'achever tantôt sur « Génie », tantôt sur « Solde »...

Au-delà de ces considérations, il faut noter que, pris au pied de la lettre, le titre donne la mesure et l'angle des ambitions du poète. Il « achève » en une formule toute l'idéologie romantique du génie et de l'inspiration. Illuminations clôt également le paradigme ouvert dans le siècle par les Méditations (1820) de Lamartine et réactivé par Hugo pour ses Contemplations (1856).

Il s'agit bien d'un paroxysme de la poésie dans sa fonction la plus forte. Comme Pierre Brunel l'a bien souligné, Illuminations doit aussi s'entendre au sens de la création d'un monde, d'une genèse, d'un « et la lumière fut ». C'est bien le monde que se propose de refaire cette poésie en se portant au plus aigu de son énonciation et de ses regards.

De tous ces poèmes, l'un des plus singuliers par la forme apparente (et le seul avec « Mouvement » qui soit traité en vers libres) est sans doute aussi l'un des plus représentatifs. Il s'agit de « Marine » : « Les chars d'argent et de cuivre/ Les proues d'acier et d'argent/ Battent l'écume,/ Soulèvent les souches des ronces/ Les courants de la lande,/ Et les ornières immenses du reflux,/ Filent circulairement vers l'est,/ Vers les piliers de la forêts,/ Vers les fûts de la jetée,/ Dont l'angle est heurté par des/ Tourbillons de lumière. »

Un croquis bref, en analogie entre peinture et poème, un dizain de vers irréguliers sans rimes. Quatre verbes de mouvement (battre, soulever, filer, être heurté), des tirets pour accentuer les fins de vers. Une apparente anarchie de la notation, mais dominée par une forte organisation dualiste : « argent » et « cuivre », « chars » et « proues », [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : Professeur agrégé hors-classe, École normale supérieure de Fontenay/Saint-Cloud

Classification

Autres références

«  ILLUMINATIONS, Arthur Rimbaud  » est également traité dans :

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 7 788 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L’essor du lyrisme poétique  »  : […] La poésie connaît au xix e  siècle une paradoxale mutation. Dominante dans les belles-lettres au début du siècle, elle voit son champ se réduire à la poésie lyrique et délaisser les registres narratifs et épiques. Seul genre à perpétuer la domination du vers, elle connaît une invasion de la prose. Incapable de nourrir ceux qui lui vouent une dévotion, la poésie n’en reste pas moins considérée com […] Lire la suite

RIMBAUD ARTHUR

  • Écrit par 
  • Jean-Luc STEINMETZ
  •  • 5 067 mots

Dans le chapitre « Les Illuminations »  : […] Le titre d' Illuminations , quant à lui, si éblouissant soit-il, n'apparut jamais sous la plume de Rimbaud (aucun des manuscrits actuellement connus ne le comporte). À plusieurs reprises, Verlaine, pour désigner des textes de Rimbaud, l'utilisera. D'abord dans des lettres envoyées à Charles de Sivry, où il les nomme « illuminécheunes » – ce qui laisse supposer une prononciation anglaise du mot. D […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hédi KADDOUR, « ILLUMINATIONS, Arthur Rimbaud - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 31 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/illuminations/