IKEDA CARLOTTA (1941-2014)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les années fondatrices

Née le 19 février 1941 à Fukui, village situé sur la côte ouest du Japon, Ikeda Carlotta, de son vrai nom Ikeda Sanae, s’initie tout d’abord au ballet classique à Tōkyō, puis se forme, dans les années 1960, à la danse contemporaine, notamment aux techniques de l’Américaine Martha Graham et à l’expressionnisme de l’Allemande Mary Wigman. Ce n’est qu’en 1972 qu’elle découvre le butō de Hijikata Tatsumi (1928-1986). Elle vient de trouver sa vocation et s’initie à ce mouvement qui cherche à révéler la vérité archaïque de l’être.

En 1974, Ikeda Carlotta rejoint la troupe Dairakudakan qui a été créée en 1972 par Maro Akaji et Murobushi Kō. Également en 1974, elle fonde Ariadone et sera, jusqu’à sa mort en 2014, l’unique directrice de cette compagnie constituée exclusivement de danseuses. Cette nouvelle danse nipponne est alors en train de se structurer autour de quelques troupes. En 1975, c’est au tour d’Amagatsu Ushio, autre grande figure du butō, de fonder Sankai Juku.

La décision de se lancer dans ce courant chorégraphique n’est pas seulement artistique. En effet, à ses débuts, le butō se veut aussi un engagement citoyen contre la société industrielle et la présence militaire américaine au Japon. Cette contestation passe par la libération du corps. Avec sa petite taille et son corps athlétique, Ikeda Carlotta ose se produire nue, d'abord dans les cabarets, ensuite dans les spectacles chorégraphiques, sur scène et dans l'espace public. Sachant que la nudité sur scène pose problème au Japon (et encore aujourd'hui), le courage de son geste force le respect, d'autant qu'elle se produit à une époque où les danseurs de butō se font régulièrement arrêter par la police. La création d'Ariadone n'a cependant pas eu d'impact fort sur la place des danseuses de butō. Ikeda Carlotta est restée la seule femme à s’imposer parmi les sept personnalités clés du butō, les six hommes étant Hijikata T [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  IKEDA CARLOTTA (1941-2014)  » est également traité dans :

BUTŌ

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 3 828 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Le butō aujourd'hui »  : […] Hijikata et Ōno sont à l'origine d'une lignée d'artistes très singuliers qui se réclament du butō, chacun d'entre eux s'inspirant de tel ou tel aspect de cette danse. Celle-ci s'enrichit en effet de chaque danseur, de sa gestuelle personnelle à sa quête existentielle. Les exercices de butō n'imposent nul modèle reproductible, nulle technique particulière, mais incitent chacun à explorer son imagin […] Lire la suite

MUROBUSHI KŌ (1947-2015)

  • Écrit par 
  • Thomas HAHN
  •  • 1 073 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une renommée mondiale »  : […] Dans le butō, où le solo est très répandu, Murobushi recherche toujours la rencontre. Le duo est pour lui la forme la plus à même représenter ses visions artistiques. Dans beaucoup de ses œuvres, il met en scène le dialogue avec un univers opposé à la culture japonaise. Il se nourrit de littérature occidentale aux accents sulfureux (Lautréamont, Sade, Artaud, Genet, Bataille, Nietzsche, etc.). Dan […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Thomas HAHN, « IKEDA CARLOTTA (1941-2014) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ikeda/