IGOR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La polémique sur l'authenticité du « Slovo »

Dès le début, les conditions mystérieuses de l'apparition du Slovo et, comble d'infortune, sa perte dès 1812 amenèrent plusieurs bons esprits à s'interroger sur son authenticité. L'affaire des Chants d'Ossian comme, plus tard, celle des prétendus chants illyriens de La Guzla, de Prosper Mérimée, ne purent que favoriser un certain scepticisme. En 1813, K. F. Kalajdovič demanda au prince Musin-Puškin de bien vouloir lui préciser « sur quoi, comment et quand fut écrit le Chant d'Igor' et où il avait été trouvé ». Il lui fut répondu que ce texte se trouvait à la fin d'un manuscrit contenant notamment les chroniques russes, manuscrit de « papier lustré » ; que les lettres, assez bien tracées, permettaient de le dater de la fin du xive ou du début du xve siècle. Kalajdovič, que ces réponses apparemment n'avaient pas satisfait, revint à la charge. Musin-Puškin garda le silence.

Si depuis cette date des philologues et des historiens ont, à plusieurs reprises, fait part de leurs doutes quant à l'origine du Slovo, c'est à partir des années 1940 que la discussion a pris toute son ampleur.

En 1940, André Mazon fit paraître un ouvrage intitulé Le Slovo d'Igor' dans lequel il exprimait la conviction que le poème russe devait être un pastiche datant de la fin du xviiie siècle et auquel ni l'archimandrite Ioïl' ni peut-être Musin-Puškin n'avaient dû être étrangers. Le fond de son argumentation reposait sur la comparaison entre le Slovo et la Zadonščina, autre texte vieux-russe qui relate la victoire remportée en 1380, à Kulikovo, par Dimitri Donskoj sur les Tatares. Depuis longtemps les nombreuses similitudes entre les deux œuvres avaient retenu l'attention, mais on estimait généralement que c'était l'auteur anonyme de la Zadonščina qui s'était inspiré du Slovo, récit d'événements antérieurs de deux siècles. Mazon, après avoir examiné vingt passages du Slovo qui ont leurs parallèles dans la Zadonščina et onze « additions » dont l'obscurité révélait à ses yeux l'impuissance du pasticheur livré à lui-même et sans modèle sur quoi s'appuyer, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur d'État, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  IGOR  » est également traité dans :

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature médiévale (XIe-XVIIe siècle) »  : […] L'écriture et le livre sont apparus en Russie à la fin du x e  siècle, avec l'évangélisation. La littérature russe médiévale continue donc directement la littérature byzantine, c'est-à-dire la tradition gréco-latine filtrée par le christianisme. Elle est à cet égard comparable aux littératures latines de l'Occident chrétien. Elle est rédigée dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_23132

Pour citer l’article

René L'HERMITTE, « IGOR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/igor/