IENISSEÏ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Ienisseï inférieur, de Lessossibirsk à l'embouchure

Sur les 2 200 kilomètres de l'Ienisseï en aval du confluent avec l'Angara et des villes de Lessossibirsk (terminus nord de la voie ferrée, 65 000 hab. en 2005) et Ienisseïsk (19 500 hab. en 2005), le fleuve traverse d'immenses régions vides d'occupation humaine. Ici, le peuple Evenk s'est vu octroyer, en 1930, un district autonome, que le référendum de 2005 a décidé de supprimer le 1er janvier 2007, par une fusion avec le kraï de Krasnoïarsk. S'étendant sur 767 600 kilomètres carrés, le territoire evenk n'est peuplé, Russes compris (qui forment 85 p. 100 du total), que de 17 300 habitants (2006), soit une densité de population de 0,02 habitant par kilomètre carré.

Dans cette région vide, l'Ienisseï est une barrière physique qui sépare la plaine de Sibérie occidentale du plateau de Sibérie centrale, et la taïga sempervirente de la forêt de conifères décidue. En effet, à l'est du fleuve, la continentalité du climat devient telle que le froid de l'hiver ne permet plus à la taïga de compter que des mélèzes, lesquels perdent leurs aiguilles pour supporter la mauvaise saison. L'Ienisseï est grossi de deux affluents de rive droite très importants, d'abord la Toungouska Pierreuse (1 560 mètres cubes par seconde), puis la Toungouska Inférieure (3 420 mètres cubes par seconde).

L'occupation humaine ne reprend que tout à fait en aval. Au fond de l'estuaire de l'Ienisseï, la ville de Doudinka, par 69025' de latitude nord, est le plus grand port sibérien de la voie maritime nord, cette artère de transport ouverte par les brise-glace atomiques entre Mourmansk et Vladivostok. Tout provient de l'essor de Norilsk, qui n'est pas dans le bassin de l'Ienisseï, mais exporte et importe uniquement par l'embouchure de ce fleuve dans la mer de Kara. Quand, à partir des années 1930, il fut décidé d'exploiter les gisements de nickel, cuivre, platine, cobalt et charbon et de construire la ville nouvelle de Norilsk, son débouché naturel par le fleuve Piassin [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages






Écrit par :

  • : professeur de géographie à l'université d'Orléans, président du C.S.T. du pôle-relais zones humides intérieures

Classification


Autres références

«  IENISSEÏ  » est également traité dans :

KRASNOÏARSK

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 334 mots

Capitale du territoire administratif homonyme de la fédération de Russie situé en Sibérie orientale (2,3 millions de kilomètres carrés, 2 908 550 hab. au recensement de 2002), Krasnoïarsk, construite sur les deux rives de l'Ienisseï, comptait 920 000 habitants en 2006, alors qu'elle n'en avait que 190 000 en 1939. La ville, créée sous le nom de Krasnyi Iar en 1628 pour servir de forteresse russe a […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Pascal MARCHAND
  •  • 8 550 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Des fleuves excessifs »  : […] La Russie est drainée par de grands appareils fluviaux, imposants par leur longueur comme par la taille de leur bassin ou l'ampleur de leur débit (tabl. 1 ) . Tous ces fleuves ont un régime nival étroitement lié au climat. L'hiver, pendant trois mois dans l'Ouest, six dans l'Est, ils sont pris par une carapace de glace. Faute d'apports d'eau, l'écoulement est réduit. Au printemps, les énormes volu […] Lire la suite

SIBÉRIE

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Pascal MARCHAND, 
  • Guy MENNESSIER
  •  • 14 138 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Naissance des grands empires »  : […] Dès le viii e  siècle avant J.-C., l'accroissement des troupeaux entraîne une extension du nomadisme et, partant, une nouvelle organisation des tribus. Les chefs élus ont de plus en plus de charges militaires et, peu à peu, leur entourage se constitue en aristocratie distincte du reste de la tribu. À l'opposition extérieure des nomades et des sédentaires s'ajoute donc chez les premiers une opposit […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurent TOUCHART, « IENISSEÏ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ienissei/