IDÉOLOGUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Constantin-François Volney

Constantin-François Volney (1757-1820) est le moraliste et le sociologue de l'idéologie. Il représente, conjugués, l'amour du progrès et l'attachement paysan à la terre, avec une gravité constante et une sensibilité réelle mais mesurée. D'un courage entier pendant la Révolution et face à Napoléon qu'il aida d'abord, il fut toujours partisan du silence philosophique devant toutes les folies individuelles ou collectives. Il fut connu par le récit sobre et riche en renseignements de ses voyages en Syrie et en Égypte. Dans Les Ruines ensuite, il médite sur la décadence des empires qui se sont succédé sur la terre. Du haut des ruines de Palmyre, en une vue panoramique et prophétique, il traite de la multiplicité des systèmes religieux qui se clôt par la montée libératrice du peuple français. Dans ses descriptions hautaines, à peine apitoyées parfois, il témoigne de plus de sens moral que de sens religieux. Quatre ans avant la parution du livre de Condorcet, il raisonne à partir de l'idée de perfectibilité de l'homme ; s'il reste fidèle aux lois de sa nature, celui-ci peut s'organiser pour un mieux-être. Il n'a pas été créé pour le malheur et l'angoisse et il est régi par des lois qu'il peut maintenir naturelles, s'il sait écouter ses capacités de sentir. L'ignorance est donc la pire des fautes. Avec la liberté retrouvée en Occident, un nouveau siècle, une société neuve vont s'épanouir, fondés sur la recherche du bonheur. Dans le Catéchisme du citoyen français (1793), Volney décrit les principes de la morale dont le premier est la conservation de soi : « Conserve-toi, instruis-toi, modère-toi, vis pour tes semblables, afin qu'ils vivent pour toi. » Dans des temps difficiles, cette éthique n'est pas sans virilité, si théoriquement elle représente une synthèse bien ardue d'un matérialisme et d'un stoïcisme peu enclins à l'enthousiasme.

Cet indépendant incapable de palinodie s'est livré à bien d'autres travaux d'histoire et de méthodologie anthropologique, comme tant [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  IDÉOLOGUES  » est également traité dans :

CABANIS GEORGES (1757-1808)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 323 mots

Médecin et philosophe français, disciple de Condillac, Cabanis fréquente, chez M me Helvétius, les Encyclopédistes, Franklin et Voltaire. Il participe à la Révolution française, collaborant à la rédaction des discours de Mirabeau et le soignant jusqu'à sa mort, ce qui n'améliore pas sa réputation de médecin, puisqu'on l'accuse alors d'avoir empoisonné son illustre malade. Ami de Condorcet, il doi […] Lire la suite

CONTRE-RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 4 953 mots

Dans le chapitre « Idéologues contre néo-monarchistes »  : […] Le débat sur la Révolution ne cesse pas pour autant. À l'Institut et aux idéologues, tenants des Lumières, s'opposent les néo-monarchistes, hommes nouveaux, occupant souvent des emplois officiels et animant des feuilles dont l'influence est grande, l'une d'elles, Le Journal des débats , dépassant 30 000 exemplaires. En 1819, Chateaubriand évoquera ses camarades de lutte, ces adversaires de la Révo […] Lire la suite

GARAT DOMINIQUE JOSEPH comte (1749-1833)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 268 mots

Appartenant à ce groupe d'« idéologues », comme on les a surnommés, qui ont défendu les idées nouvelles sous l'Ancien Régime et joué le rôle de philosophes de la Révolution, Garat est une personnalité du monde des lettres sous le règne de Louis XVI, lié d'amitié avec Grimod de la Reynière et Sedaine, polémiquant avec Palissot, Mercier et le marquis de Bièvre. Il est élu aux États généraux par le b […] Lire la suite

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 037 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le rôle des idéologues »  : […] La période révolutionnaire, dont le combat fut de rendre à la raison sa pleine indépendance à l'égard de tout ce qui tend à la contraindre, favorisa l'émergence d'études ne reconnaissant aucune autre autorité que celle des lumières naturelles. Empruntée à Bacon et d'ambition scientifique, la méthode expérimentale ou plutôt d'observation remplaça alors la méthode livresque. Paradoxalement, la philo […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André CANIVEZ, « IDÉOLOGUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ideologues/