IDÉOLOGUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Georges Cabanis

Le médecin Georges Cabanis (1757-1808), mort trop jeune après une existence consacrée à l'amitié et au bien public, fut aussi un des grands idéologues. Bien qu'il l'ait aidé à prendre le pouvoir, Bonaparte le considéra comme dangereux et vain quand il osa désavouer sa dictature. Dans ses remarquables Rapports du physique et du moral, il contribua fortement à la naissance de l'anthropologie. L'étude du physique est selon lui aussi nécessaire au moraliste qu'au médecin, s'ils veulent diriger l'homme vers le bonheur que sa nature comporte. Pour Cabanis, les idées viennent des sens ou en sont le produit. Mais, bien plus que Condillac, il voit dans l'instinct le lien entre l'intellect et l'organique. C'est là reconnaître l'existence d'une sensibilité inconsciente et le jeu très complexe qui a lieu entre l'homme intérieur – ainsi désigne-t-il, de façon bien remarquable, le cerveau – et l'ensemble des influences qui agissent sur les organes sensibles : âge, tempérament, climat, régime, maladie et surtout sexe, auquel il attache une importance majeure. Comme Destutt de Tracy, il prête toute son attention à la motilité, estimant que la conscience du moi senti et reconnu comme distinct des autres existences ne peut s'acquérir que par le sentiment de l'effort et l'expérience de la résistance. Il insinue qu'elle peut se produire indépendamment du monde extérieur, comme Maine de Biran le pensera.

Ainsi que Jean Cazeneuve l'a suggéré, il y a derrière les descriptions de Cabanis un hylozoïsme de type stoïcien plus qu'un matérialisme camouflé. Il ne se croit pas obligé de prononcer une différence de nature entre le vivant et la matière brute. La matière, c'est l'énergie, et l'on passe par degré de l'attraction physique à l'affinité chimique, de celle-ci à l'instinct puis à la sensibilité. Cabanis amorce même un transformisme à la façon de Lamarck. Il n'est pas jusqu'au moi individuel qui ne soit une émanation de l'activité qui ébranle l'univers. Enfin, il convient de mentionner l'œuvre médicale de cet auteur ; le souti [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  IDÉOLOGUES  » est également traité dans :

CABANIS GEORGES (1757-1808)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 323 mots

Médecin et philosophe français, disciple de Condillac, Cabanis fréquente, chez M me Helvétius, les Encyclopédistes, Franklin et Voltaire. Il participe à la Révolution française, collaborant à la rédaction des discours de Mirabeau et le soignant jusqu'à sa mort, ce qui n'améliore pas sa réputation de médecin, puisqu'on l'accuse alors d'avoir empoisonné son illustre malade. Ami de Condorcet, il doi […] Lire la suite

CONTRE-RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 4 953 mots

Dans le chapitre « Idéologues contre néo-monarchistes »  : […] Le débat sur la Révolution ne cesse pas pour autant. À l'Institut et aux idéologues, tenants des Lumières, s'opposent les néo-monarchistes, hommes nouveaux, occupant souvent des emplois officiels et animant des feuilles dont l'influence est grande, l'une d'elles, Le Journal des débats , dépassant 30 000 exemplaires. En 1819, Chateaubriand évoquera ses camarades de lutte, ces adversaires de la Révo […] Lire la suite

GARAT DOMINIQUE JOSEPH comte (1749-1833)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 268 mots

Appartenant à ce groupe d'« idéologues », comme on les a surnommés, qui ont défendu les idées nouvelles sous l'Ancien Régime et joué le rôle de philosophes de la Révolution, Garat est une personnalité du monde des lettres sous le règne de Louis XVI, lié d'amitié avec Grimod de la Reynière et Sedaine, polémiquant avec Palissot, Mercier et le marquis de Bièvre. Il est élu aux États généraux par le b […] Lire la suite

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 037 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le rôle des idéologues »  : […] La période révolutionnaire, dont le combat fut de rendre à la raison sa pleine indépendance à l'égard de tout ce qui tend à la contraindre, favorisa l'émergence d'études ne reconnaissant aucune autre autorité que celle des lumières naturelles. Empruntée à Bacon et d'ambition scientifique, la méthode expérimentale ou plutôt d'observation remplaça alors la méthode livresque. Paradoxalement, la philo […] Lire la suite

Pour citer l’article

André CANIVEZ, « IDÉOLOGUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ideologues/