IDÉOLOGUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Antoine Destutt de Tracy

Le chef de l'idéologie fut Antoine Destutt de Tracy (1754-1836) qui, de 1801 à 1805, écrivit des éléments d'idéologie, une grammaire et une logique. Pour lui, penser, c'est toujours sentir ; c'est sentir un rapport de convenance ou de disconvenance entre deux idées, entre une idée et une sensation, entre un désir et un souvenir. Seule la sensibilité nous fait dire que nous existons. La volonté, sous l'influence du jugement, de l'affectivité ou du désir, n'est pas initiative radicale, mais se réfère à nos appétits. Elle construit nos idées générales et dirige les mouvements de nos membres. Par les mouvements conscients que j'exécute et par les obstacles que je rencontre, j'appréhende l'existence d'autrui. D'où une conception promise à un long avenir : la conscience du mouvement, que va intérioriser Maine de Biran, aboutit à la notion de mouvement volontaire, donc d'effort. Nous expérimentons successivement la motilité, la force d'inertie et d'impulsion, puis l'obstacle comme étendue. L'étendue est la première propriété des corps, en rapport avec la résistance au mouvement. La durée fugitive en est une autre, qui, elle, pourrait se passer de l'étendue, puisque le sentiment de notre existence à lui seul peut la faire naître, pourvu que nous la fassions passer par le mouvement, fondement de toute mesure.

La grande différence entre l'homme et les autres vivants est qu'il n'a pas besoin d'une réaction immédiate à une autre force pour se mettre en mouvement. Il a en lui-même le principe de son action, bien qu'il soit toujours obligé de s'appuyer sur des forces étrangères. Être libre n'est autre chose qu'exécuter sa volonté. Tels sont les linéaments du corps de doctrine de Destutt de Tracy. Sa pensée, qui n'est pas réflexive comme celle de Maine de Biran et qui est beaucoup moins génétique que celle de Condillac, est un modèle de matérialisme psychologique, ami de la clarté et très précis dans la zone qu'il exploite entre les dangers de la métaphysique et les [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  IDÉOLOGUES  » est également traité dans :

CABANIS GEORGES (1757-1808)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 323 mots

Médecin et philosophe français, disciple de Condillac, Cabanis fréquente, chez M me Helvétius, les Encyclopédistes, Franklin et Voltaire. Il participe à la Révolution française, collaborant à la rédaction des discours de Mirabeau et le soignant jusqu'à sa mort, ce qui n'améliore pas sa réputation de médecin, puisqu'on l'accuse alors d'avoir empoisonné son illustre malade. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-cabanis/#i_32566

CONTRE-RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 4 953 mots

Dans le chapitre « Idéologues contre néo-monarchistes »  : […] Le débat sur la Révolution ne cesse pas pour autant. À l'Institut et aux idéologues, tenants des Lumières, s'opposent les néo-monarchistes, hommes nouveaux, occupant souvent des emplois officiels et animant des feuilles dont l'influence est grande, l'une d'elles, Le Journal des débats , dépassant 30 000 exemplaires. En 1819, Chateaubriand évoquera ses camarades de lutte, ces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contre-revolution/#i_32566

GARAT DOMINIQUE JOSEPH comte (1749-1833)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 268 mots

Appartenant à ce groupe d'« idéologues », comme on les a surnommés, qui ont défendu les idées nouvelles sous l'Ancien Régime et joué le rôle de philosophes de la Révolution, Garat est une personnalité du monde des lettres sous le règne de Louis XVI, lié d'amitié avec Grimod de la Reynière et Sedaine, polémiquant avec Palissot, Mercier et le marquis de Bièvre. Il est élu aux États généraux par le b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dominique-joseph-garat/#i_32566

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 037 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le rôle des idéologues »  : […] La période révolutionnaire, dont le combat fut de rendre à la raison sa pleine indépendance à l'égard de tout ce qui tend à la contraindre, favorisa l'émergence d'études ne reconnaissant aucune autre autorité que celle des lumières naturelles. Empruntée à Bacon et d'ambition scientifique, la méthode expérimentale ou plutôt d'observation remplaça alors la méthode livresque. Paradoxalement, la philo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/#i_32566

Voir aussi

Pour citer l’article

André CANIVEZ, « IDÉOLOGUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ideologues/