IDÉOLOGUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un nouvel esprit scientifique

Délaissant la métaphysique considérée comme impossible, les idéologues s'adonnent aux sciences de l'homme. Cabanis, Destutt de Tracy, Volney, Siéyès, Garat, Daunou, Dupuis et tant d'autres sont unis par la jeunesse et l'amitié. Ils mettent beaucoup de leurs idées en commun, avides d'applications pratiques en ces temps de remuement des vieilles structures. À leurs risques, ils œuvrent à la constitution de la nouvelle société, dans les assemblées et ailleurs. Après la Terreur, ils créent les différentes instances de l'instruction publique : l'École normale, destinée à servir de modèle pédagogique ; les écoles centrales résolument laïques, où la classe est remplacée par les cours, librement choisis par l'élève et dont les trois cycles traitent d'abord de la sensation, puis du jugement et enfin des savoirs indispensables au citoyen, en particulier celui de la législation. Des esprits d'envergure comme Destutt de Tracy et Cabanis ne dédaignent pas de s'y intéresser de très près. Enfin, ils organisent l'Institut de France, ses trois classes et surtout celle des sciences morales et politiques, réunion de savants et directoire de la science française ; ils fixent ses buts collectifs, sollicitent son financement et imposent un nouvel esprit scientifique.

En une décennie et demie, ils ont fourni un travail énorme, avant la réaction politique et la marée romantique. Ils ont en commun la conviction que la poursuite des causes dernières est impossible, donc inutile, que l'esprit critique est essentiel dans les sciences et que la sensibilité est l'expression de la vitalité dans l'homme. L'idéologie est une partie de la zoologie ; ils fuient l'abscons et le subtil d'autrefois, ils se sentent dans un temps de novation sociale, de grande espérance humaine ; ils se veulent unifiés, donc simples. Aussi détestent-ils la rhétorique et se préoccupent-ils beaucoup du langage et de la grammaire envisagée surtout sous son aspect logique.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  IDÉOLOGUES  » est également traité dans :

CABANIS GEORGES (1757-1808)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 323 mots

Médecin et philosophe français, disciple de Condillac, Cabanis fréquente, chez M me Helvétius, les Encyclopédistes, Franklin et Voltaire. Il participe à la Révolution française, collaborant à la rédaction des discours de Mirabeau et le soignant jusqu'à sa mort, ce qui n'améliore pas sa réputation de médecin, puisqu'on l'accuse alors d'avoir empoisonné son illustre malade. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-cabanis/#i_32566

CONTRE-RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 4 953 mots

Dans le chapitre « Idéologues contre néo-monarchistes »  : […] Le débat sur la Révolution ne cesse pas pour autant. À l'Institut et aux idéologues, tenants des Lumières, s'opposent les néo-monarchistes, hommes nouveaux, occupant souvent des emplois officiels et animant des feuilles dont l'influence est grande, l'une d'elles, Le Journal des débats , dépassant 30 000 exemplaires. En 1819, Chateaubriand évoquera ses camarades de lutte, ces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contre-revolution/#i_32566

GARAT DOMINIQUE JOSEPH comte (1749-1833)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 268 mots

Appartenant à ce groupe d'« idéologues », comme on les a surnommés, qui ont défendu les idées nouvelles sous l'Ancien Régime et joué le rôle de philosophes de la Révolution, Garat est une personnalité du monde des lettres sous le règne de Louis XVI, lié d'amitié avec Grimod de la Reynière et Sedaine, polémiquant avec Palissot, Mercier et le marquis de Bièvre. Il est élu aux États généraux par le b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dominique-joseph-garat/#i_32566

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 037 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le rôle des idéologues »  : […] La période révolutionnaire, dont le combat fut de rendre à la raison sa pleine indépendance à l'égard de tout ce qui tend à la contraindre, favorisa l'émergence d'études ne reconnaissant aucune autre autorité que celle des lumières naturelles. Empruntée à Bacon et d'ambition scientifique, la méthode expérimentale ou plutôt d'observation remplaça alors la méthode livresque. Paradoxalement, la philo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/#i_32566

Voir aussi

Pour citer l’article

André CANIVEZ, « IDÉOLOGUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ideologues/