IDÉALTYPE, IDÉAL TYPE ou TYPE IDÉAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les constructions abstraites et le réel

Parmi les exemples privilégiés que Weber mentionne pour illustrer la procédure de la schématisation idéaltypique, on retiendra celui de la « théorie abstraite de l'économie », c'est-à-dire l'économie marginaliste. C'est en effet la querelle connue sous le nom de Methodenstreit (conflit des méthodes) – qui avait vu s'opposer à la fin du xixe siècle l'Autrichien Carl Menger, un des fondateurs de la théorie de l'utilité marginale, d'un côté, et de l'autre Gustav Schmoller, chef de file de la jeune école historique allemande et défenseur de l'économie politique historique – qui a conduit Weber à préciser la fonction de la théorie pour l'histoire. Quoique lui-même se soit toujours réclamé de l'école historique, il a néanmoins reconnu une utilité cognitive aux constructions abstraites des théoriciens. Il convenait seulement, selon lui, de ne pas attribuer une valeur objective immédiate à ces constructions, mais d'y voir de simples instruments heuristiques dont la place devait être soigneusement déterminée dans les procédures permettant de rendre intelligible la réalité empirique. Le « tableau idéal » d'une socialisation réduite aux relations d'échange, sous les conditions d'une concurrence parfaitement libre et de la rationalité de l'action, est certes une extrapolation à partir d'éléments de notre expérience du réel, mais elle n'est jamais la description d'une société historique concrète.

Cet exemple montre de manière très claire que la différence entre une description plus ou moins détaillée d'un état de fait concret et la logique idéalement reconstruite d'une configuration de l'action sociale n'est pas dans le degré de précision. Dans la mesure où la limitation volontaire de l'information factuelle mobilisée va de pair avec une accentuation de la logique [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  IDÉALTYPE, IDÉAL TYPE ou TYPE IDÉAL  » est également traité dans :

BUREAUCRATIE

  • Écrit par 
  • Michel CROZIER
  •  • 4 254 mots

Dans le chapitre « La théorie rationaliste »  : […] Ce sont les succès de l'État prussien et de la social-démocratie germanique qui, en lui imposant une image hiérarchique de l'organisation des sociétés modernes, ont sensibilisé le monde intellectuel aux problèmes de la bureaucratie. Max Weber , le fondateur de la théorie de la bureaucratie, a été profondément influencé par cette expérience nationale qu'il a, dans une large mesure, cherché à ration […] Lire la suite

L'ÉTHIQUE PROTESTANTE ET L'ESPRIT DU CAPITALISME, Max Weber - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 500 mots

Dans le chapitre « Le salut par le travail »  : […] L'Éthique protestante se compose de deux chapitres dont le premier, intitulé « Le problème », débute par un exposé des résultats d'une étude empirique menée par un élève de Weber, M. Offenbacher, qui montrait la surreprésentation des protestants dans la classe entreprenariale et technicienne du Land de Bade. Recoupé avec d'autres statistiques comparables, ce constat amène l'auteur à postuler l'e […] Lire la suite

IDÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Joseph GABEL
  •  • 6 770 mots

Dans le chapitre « Définitions de l'idéologie et construction d'un type idéal »  : […] « On obtient un type idéal, en accentuant unilatéralement un ou plusieurs points de vue et en enchaînant une multitude de phénomènes isolés, diffus et discrets, que l'on trouve tantôt en grand nombre, tantôt en petit nombre, par endroits pas du tout, qu'on ordonne selon les précédents points de vue choisis unilatéralement pour former un tableau homogène » (Max Weber, Essais sur la théorie de la s […] Lire la suite

INTERPRÉTATION (sociologie)

  • Écrit par 
  • Gisèle SAPIRO
  •  • 1 183 mots

Issue de l’exégèse des textes religieux, la pratique de l’interprétation est devenue la méthode par excellence des sciences humaines d’étude des textes. Dans les sciences sociales, la question se pose de savoir si les actions humaines peuvent être expliquées ou si elles doivent être interprétées pour pouvoir être comprises. Cette question divise les sciences humaines et sociales depuis la fin du […] Lire la suite

PRÉNOTION, sciences sociales

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 805 mots

Dérivé du grec prolêpsis , qui désigne chez les stoïciens et les épicuriens les notions communes tirées de l'expérience antérieurement à toute réflexion, le concept de prénotion est utilisé par sir Francis Bacon, au début du xvii e  siècle, pour signifier, « dans l'effort de mémoire, l'idée vague et latente de ce que nous cherchons, qui limite et dirige le travail de l'esprit dans cette recherche […] Lire la suite

SIMMEL GEORG (1858-1918)

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 2 759 mots

Dans le chapitre « Les fondements de la sociologie « formelle » »  : […] Très célèbre de son vivant et jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, Simmel a subi, en France surtout, une éclipse d'une vingtaine d'années, éclipse qui, comme celle de Weber d'ailleurs, trouve sa principale explication dans le fait que son œuvre ressortit à ce qu'on appelle souvent la sociologie de l'action. Or les principes de celle-ci sont peu compatibles avec les mouvements d'idées qui, comme le […] Lire la suite

SOCIOLOGIE - Les méthodes

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 7 616 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Compréhension et explication des données »  : […] C'est autour des notions de compréhension et d'explication que s'articulent les grandes conceptions de l'interprétation sociologique. Schématiquement, nous distinguerons la tradition webérienne (ou subjectiviste) et la tradition durkheimienne (ou objectiviste), étant entendu que cette opposition, souvent caricaturée dans les manuels, ne doit pas être considérée comme insurmontable. Dans la tra […] Lire la suite

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « La sociologie allemande naissante »  : […] Au seuil du xx e  siècle, la sociologie allemande n'est pas plus homogène qu'en France. Parmi les hérauts d'une discipline aux frontières encore incertaines figure d'abord Ferdinand Tönnies, le premier président de la société allemande de sociologie, en 1909. Bien qu'il ne bénéficie que d'une reconnaissance tardive, son maître ouvrage, Communauté et société , (1887) marquera fortement de son empre […] Lire la suite

TYPOLOGIE, sociologie

  • Écrit par 
  • Jean-Claude COMBESSIE
  •  • 1 639 mots

Le mot « typologie » apparaît au xix e  siècle pour désigner les types ou les classifications des sciences de la nature, et différencier leur mode d'élaboration « scientifique » des classifications communes ou des types des philosophes et des exégètes bibliques. Il implique, comme en philosophie, une explicitation raisonnée des principes « essentiels » des êtres et des choses mais aussi des métho […] Lire la suite

WEBER MAX (1864-1920)

  • Écrit par 
  • Julien FREUND
  •  • 3 661 mots

Dans le chapitre « La théorie des sciences humaines »  : […] Toute science constitue un point de vue cohérent de recherche portant sur une réalité qui est la même pour toutes les sciences. Cette réalité est infinie à la fois en intensité et en extensivité, de sorte qu'aucune discipline n'est une connaissance totale du réel. Toutes abordent le réel au moyen de concepts abstraits qui sont plus ou moins adéquats, suivant qu'ils ont été plus ou moins rigoureus […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine COLLIOT-THÉLÈNE, « IDÉALTYPE, IDÉAL TYPE ou TYPE IDÉAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/idealtype-ideal-type-type-ideal/