ICONOGRAPHIE ET ICONOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La genèse d'une méthode

L'iconologie, durant le deuxième quart du xixe siècle, devient une branche à part entière de la jeune histoire de l'art, qui vient compléter l'attributionnisme (traduction réductrice de connoisseurship) et l'histoire des formes. Elle consiste à restituer les significations perdues des œuvres d'art du passé. C'est donc moins dans la littérature descriptive d'écrivains d'art tels que Giorgio Vasari au xvie siècle ou Giovan Pietro Bellori au xviie, fondée sur une culture accessible à leurs contemporains, qu'il convient de rechercher ses racines, que dans la littérature normative de la Contre-Réforme. En 1563, la dernière session du concile de Trente, dévolue aux images, vise à réglementer la production artistique, en prescrivant ce qu'il convient de représenter. Elle génère plusieurs écrits qui, tel le Traité des saintes images (1570) du théologien Johannes Vermeulen, dit Molanus, justifient l'image chrétienne en la rattachant à la tradition médiévale, ainsi réhabilitée.

À mesure que la production religieuse se transforme, l'érudition chrétienne pallie la compréhension déclinante de l'art ancien en passant progressivement d'un discours normatif à un discours historique. Le mouvement de bascule s'opère durant le deuxième quart du xixe siècle, dans un contexte qui, marqué par la redécouverte du Moyen Âge, coïncide avec l'essor des sciences historiques. Il donne ainsi naissance à une iconologie qui s'ignore encore et dont l'objet consiste principalement à décrypter, à l'aide de sources textuelles, les thèmes et les motifs de l'art religieux produit au Moyen Âge. L'Iconographie chrétienne. Histoire de Dieu (1843) de l'archéologue Adolphe-Napoléon Didron donne une impulsion à cette nouvelle approche qui, développée durant la seconde moitié du xixe siècle, focalise son intérêt sur le contexte liturgique et sur la constitution de traditions propres aux images, affranchies des textes. En témoignent d'une part les travaux fondamentaux de l'historien de l'art français Émile Mâle, à commencer par L'Art religieux d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : docteur ès lettres, maître assistant en histoire de l'art médiéval à l'université de Genève (Suisse)

Pour citer l’article

Frédéric ELSIG, « ICONOGRAPHIE ET ICONOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/iconographie-et-iconologie/