ICONOCLASME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rémission puis restauration de l'iconoclasme

Constantin V disparu (775), le grand élan n'est plus soutenu que par la garde impériale. Après s'être opposée efficacement aux « iconodules » en dispersant le concile orthodoxe des Saints-Apôtres (786), la garnison se laisse épurer par surprise par l'impératrice Irène. En 787, un concile œcuménique, réuni à Nicée, et manœuvré par le patriarche Taraise, casse l'acte de 754 et rétablit les images : elles sont déclarées légitimes par droit de tradition, et leur culte est justifié en considération de son terme théorique : le modèle. Cette doctrine fait l'unanimité des Églises, malgré la bruyante bouderie de Charlemagne (concile de Francfort, 793), qui montre à quel point la nouvelle chrétienté barbare est étrangère à ce genre de problèmes.

En 813, une accumulation de défaites militaires ramène au pouvoir l'armée, avec un empereur originaire d'Asie Mineure. Sans attendre, Léon d'Amorium fait réhabiliter les conclusions du concile de Hiéreia mais en y apportant des nuances : c'est ainsi qu'on ne parlera plus d'idolâtrie. Entre-temps, toutefois, l'Église s'est ressaisie : la génération entraînée par les patriarches Taraise (784-806) et Nicéphore (806-815) et par leur rival, Théodore de Stoudios († 826), organisateur de la résistance monastique, franchira la passe, malgré l'allant du futur patriarche Jean dit le Sorcier (837-843), le théoricien impérial. La persécution, vigoureuse sous Léon V, diminue sous son successeur Michel II (820-829) pour reprendre avec Théophile (829-842) : elle exile, tatoue, fustige, mais ne tue guère que par imprudence. Pendant ce temps, la controverse s'enlise dans un fatras pseudo-philosophique, tandis que s'exaspère la dévotion populaire. finalement, le 11 mars 843, l'impératrice régente Théodora et son conseil patronnent la réhabilitation du concile de Nicée. C'est la fin de l'iconoclasme.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section)

Classification

Autres références

«  ICONOCLASME  » est également traité dans :

ICONOCLASME. VIE ET MORT DE L'IMAGE MÉDIÉVALE (expositions)

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 964 mots

Dans le cadre plus large des manifestations organisées en 2001 par les musées du Rhin supérieur autour de l'année 1500, envisagée comme tournant de siècle, le musée d'Histoire de la ville de Berne (2 novembre 2000-16 avril 2001) puis le musée de l'Œuvre Notre-Dame à Strasbourg (12 mai-26 août 2001), ont consacré une exposi […] Lire la suite

QUERELLE DES IMAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 208 mots

En 726, l'empereur Léon III détruit une image (icône) du Christ très vénérée qui se trouve au-dessus de la Chalkê, la porte de bronze de son palais à Constantinople. C'est le premier épisode de la crise iconoclaste, d'une politique impériale de destruction des images sacrées, confirmée par un édit en 730. Plutôt que l'influence de l'islam tout proche ou un ges […] Lire la suite

ART & THÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Georges DIDI-HUBERMAN
  •  • 6 769 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'histoire et le mystère »  : […] Entre l'espoir d'une mémoire retrouvée et la crainte de s'oublier dans les séductions propres à l'image : c'est toute l'histoire de l'art religieux qui pourrait se raconter à partir de cette grande oscillation inquiète. Les peintres de la Renaissance faisaient-ils autre chose qu'enraciner un culte légitime à peindre de si beaux Saint Sébastien  ? ces corps impassibles et rayonnants malgré l'attein […] Lire la suite

BYZANCE - L'Empire byzantin

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  • , Universalis
  •  • 13 297 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'iconoclasme : dynasties isaurienne et amorienne (717-867) »  : […] La sévérité des historiens des siècles passés à l'égard de l'Empire byzantin tient en grande partie aux querelles religieuses qui s'y sont succédé presque sans interruption jusqu'au milieu du ix e siècle, et qui ont semblé si futiles aux esprits modernes. La violence de ces querelles vient de ce qu'elles mettaient en jeu l'unité de l'Empire ; dans l'Occident déjà politiquement morcelé, mais spiri […] Lire la suite

BYZANCE - Les arts

  • Écrit par 
  • Catherine JOLIVET-LÉVY, 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 13 618 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'iconoclasme (726-843) »  : […] On connaît mal la décoration monumentale de la période iconoclaste : les œuvres conservées sont peu nombreuses, de datation souvent incertaine, et les sources écrites, émanant des seuls adversaires des iconoclastes, sont tendancieuses. La croix, seul motif chrétien maintenu, joue un rôle important dans le décor des églises, particulièrement dans l'abside (mosaïque de Sainte-Irène, à Constantinopl […] Lire la suite

BYZANCE, 330-1453 (exposition)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 037 mots

Du marbre représentant le monstre marin rejetant Jonas sur la rive à la plaque d'orfèvrerie de l'éclatant saint Michel archange et à l'icône de l' Échelle sainte de Jean Climaque, plus de trois cents objets ont exprimé, lors de l'exposition Byzance, 330-1453 (Royal Academy of Arts, Londres, 25 octobre 2008-22 mars 2009), l'intensité, la fécondité, l'intégration à la fois dans une spiritualité ex […] Lire la suite

CÉSAROPAPISME

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD, 
  • Michel MESLIN
  •  • 5 398 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Avant la crise iconoclaste »  : […] Cette période montre l'immixtion de l'empereur dans la discipline et le dogme, à travers un Empire encore « multipatriarcal ». Dans le domaine administratif, le souverain retouche à son gré les circonscriptions ecclésiastiques fondamentales, à l'avantage de l'évêque de la capitale. En 666, Constant II érige Ravenne en siège autocéphale. En 733, Léon III continue de mutiler le ressort de Rome, en l […] Lire la suite

GRABAR ANDRÉ (1896-1990)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 1 158 mots

Historien de l'art byzantin d'une exceptionnelle puissance, André Grabar a façonné durant plus d'un demi-siècle la perception des documents artistiques de cette civilisation. Né en 1896 à Kiev, il se destine très vite, après des études secondaires dans sa ville natale, à l'histoire de l'art russe et byzantin qu'il a la chance de découvrir à Petrograd (l'actuelle Saint-Pétersbourg) sous la directio […] Lire la suite

ICÔNE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Catherine JOLIVET-LÉVY
  •  • 4 837 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Byzance : origine des icônes et développement de leur culte »  : […] Comme la plupart des formes de l'art chrétien, l'icône prend ses racines dans la tradition de la fin de l'Antiquité. Les portraits hellénistiques et romains de défunts, comme ceux qui ont été retrouvés en grand nombre en Égypte, les images officielles de l'empereur ou les représentations de divinités païennes (en particulier les panneaux peints des religions à mystères) ont dû fournir aux artiste […] Lire la suite

IRÈNE (752-803) impératrice d'Orient (797-802)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 503 mots

Souveraine byzantine et sainte de l'Église orthodoxe grecque, célèbre par son rôle dans la restauration du culte des images dans l'Empire d'Orient. Épouse de l'empereur byzantin Léon IV, Irène fut chargée, à la mort de son mari en septembre 780, de la tutelle de son fils Constantin VI, alors âgé de dix ans, et fut couronnée en même temps que lui. Au cours de la même année, elle déjoua un complot v […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GOUILLARD, « ICONOCLASME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/iconoclasme/