IBN KHALDŪN (1332-1406)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une expérience

‘Abd al-Raḥmān b. Muḥammad b. H̲aldūn naît à Tunis dans une famille andalouse d'origine arabe, longtemps fixée à Séville, qui compte de grands bourgeois lettrés, hauts fonctionnaires ou hommes politiques au destin parfois tragique. Il approfondit ses études à Tunis où la cour mérinide draine des savants de renom. Il accède à la culture philosophique et se pose le problème des fondements et de la portée de la spéculation rationnelle. Résumant un ouvrage de méthodologie théologico-philosophique d'al-Rāzi, il comprend le besoin où se trouve l'Islam d'un nouvel effort de connaissance, mais prend aussi conscience des contingences socio-historiques qui pèsent sur l'exercice de la raison. En lui naît la réflexion sur l'adéquation des systèmes de la pensée et des structures du réel.

La grande peste ravage l'Ifrīqiya et décime sa famille. Il entame une carrière politico-administrative fertile en rebondissements et aventures. De 1350 à 1372, il sert plusieurs dynasties du Maghreb ou d'Espagne avec des fortunes diverses, et se voit confier une mission auprès de Pierre le Cruel à Séville. Il mène en même temps une vive activité d'intrigues, prises de contact et arbitrages, avec la secrète ambition de trouver l'homme et surtout la force qui lui permettraient de jouer un rôle à sa mesure. D'une existence fluctuante qu'il sait réorienter sans guère de scrupules, il retire une connaissance incomparable des mécanismes politiques qui régissent l'exercice du pouvoir.

En 1372, il se retire dans la forteresse d'Ibn Salāma en Oranie. Là, cet homme partagé entre la science et l'action, doué d'une intelligence tenue bridée dans les limites d'un monde en repli, s'abstrait et construit en quatre ans l'ouvrage qui va fonder sa gloire : la Muqaddima, prolégomènes à la volumineuse histoire universelle, le Kitāb al-‘Ibār (1375-1379).

De retour à Tunis, il dispense des cours qui suscitent l'enthousiasme des étudiants, mais l'hostilité des conservateurs. En cette période de tarissement, on accepte mal une pensée qui se veut créatrice. D'autre part, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  IBN KHALDUN (1332-1406)  » est également traité dans :

IBN BAṬṬŪṬA (1304-1368 ou 1377)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 1 200 mots

Écrivain de langue arabe et l'un des plus grands voyageurs de tous les temps, Ibn Baṭṭūṭa est l'auteur d'un récit de voyage ( Ri ḥ la ) qui, par l'ampleur du champ parcouru et les qualités du récit, constitue une des œuvres de la littérature universelle ( Ri ḥ la , édition et traduction française par C. Defrémery et B. R. Sanguinetti, 4 vol., 1853-1859 ; réédition, avec préface et notes par V. Mon […] Lire la suite

IBN GUZMAN (1095 env.-1160)

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 1 258 mots

Dans le Libro de las banderas de los campeones , de Ibn Sa‘īd al-Maghribi, on lit (LVII) : « L'écrivain Abū Bakr Muḥammad ben ‘Īsā ben ‘Abd al-Malik Ibn Ḳuzmān, célèbre pour ses zadjals , appartenait à une famille à la fois noble et lettrée. On me récita ces vers-ci, qui sont de lui : « Délicieuse à manger, la rave ; mais qui s'en régale est venteux de la bouche ; elle n'a d'autre défaut que de c […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - Les sciences historiques et géographiques

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 2 147 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les temps difficiles »  : […] Les temps difficiles qui suivent le milieu du xi e  siècle et culminent à la date terrible de 1258 se traduisent par deux réactions : le repli sur la mémoire, le chemin sur des voies sûres et balisées ou, à l'inverse, l'exploration des temps nouveaux. Témoignage de ce que l'on fut ou de ce que l'on est, avec le souci, et même la fébrilité, de compiler, de rassembler l'héritage arabe menacé. D'un c […] Lire la suite

SPÉCULAIRE & SPECTACULAIRE, littérature et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 1 527 mots

En minéralogie, on qualifie de spéculaires les pierres qui réfléchissent la lumière. Encore appelées « miroirs d'âme » par les Anciens, qui en usaient pour garnir les croisées des maisons ou les bords des litières, elles ont donné naissance à la science spéculaire, celle qui enseigne à faire des miroirs ( specularis de speculum  : miroir). Le miroir a étendu ses pouvoirs bien au-delà des simples […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jamel Eddine BENCHEIKH, « IBN KHALDŪN (1332-1406) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-khaldun/