I'm sticking with you, VELVET UNDERGROUND

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le groupe américain The Velvet Underground a exercé une influence majeure sur l'histoire du rock alors qu'il n'a paradoxalement connu qu'une audience confidentielle dans sa période d'activité, qui s'étend de 1965 à 1970.

En 1964, le compositeur, guitariste et chanteur Lou Reed rencontre l'altiste, bassiste et pianiste John Cale, versé plutôt dans l'avant-garde (il a joué avec le «pape» du minimalisme, La Monte Young). Alors que Lou Reed travaille des chansons plutôt pop, le poly-instrumentiste «flashe» sur celles qui contiennent des textes forts, comme Heroin. Ils sont rejoints en 1965 par Sterling Morrison, bassiste et guitariste, et Maureen Tucker à la batterie. Lors d'un concert à Greenwich Village, le quartier bohème new-yorkais, ils rencontrent Andy Warhol, qui les prend sous son aile et les accueille dans son loft, la Factory. Nico (Christa Päffgen), mannequin et chanteuse allemande, intégrera le groupe pendant deux ans; elle enregistrera sous nom Chelsea Girl (1967), puis de nombreux autres albums. Iggy Pop traîne par là lui aussi, mais personne ne croit en son avenir musical!

Au début de 1967, la firme Verve publie The Velvet Underground  Nico, un album produit par Andy Warhol et orné de sa célèbre banane, qui n'obtient aucun succès. Dans le deuxième album du groupe, White Light / White Heat (1967), Nico et Warhol sont absents. John Cale quitte le groupe en 1968; il ne retrouvera Lou Reed qu'en 1989, pour Songs for Drella, hommage à la figure emblématique du pop art. Doug Yule remplace John Cale.

The Velvet Underground (1969) comprend surtout des ballades, parmi lesquelles la magnifique Pale Blue Eyes, composée par Lou Reed. Ce n'est qu'en 1970 que le groupe enregistre Loaded, qui connaît enfin un certain succès. Lou Reed, accro à l'héroïne, quitte en août 1970 le groupe et amorce une carrière en solo. The Velvet Underground va alors péricliter et disparaître en 1972.

Ayant su faire des emprunts à l'avant-garde et donner une dimension poétique à ses chansons, le Velvet Underground a apporté un sang neuf au rock en inspirant plusieurs générations de musiciens. À la fin des années 1970, il sera cité comme référence par de nombreux artistes et groupes, comme Joy Division (qui reprendra Sister Ray) et Roxy Music, en Grande-Bretagne, et Patti Smith, Television et R.E.M. (qui reprendra There she Goes Again), aux États-Unis.

En 1985, le label Verve sortira ce qui aurait dû être le quatrième album du groupe, VU, composé de morceaux enregistrés en 1969. Issue de cet album, I'm Sticking with you est une chanson de John Cale simplement accompagnée au piano; Cale lui-même ne joue probablement pas. L'entrée de l'orchestre (batterie, basse, orgue) ne se fait qu'à la fin de la séquence. L'extrait est constitué de la deuxième partie de la chanson. L'écriture simple est celle d'une ballade jouée sur les trois accords principaux (I, IV, V). Outre le témoignage que constitue cette plage, son intérêt réside dans la voix de Lou Reed, capturée dans sa plus grande intimité et appliquée à reproduire cette mélodie pop.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Pour citer l’article

Eugène LLEDO, « I'm sticking with you, VELVET UNDERGROUND », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/i-m-sticking-with-you-velvet-underground/