HYSTÉRIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Personnalité hystérique

On appelle personnalité hystérique un type de personnalité caractérisée cliniquement par les traits suivants : égocentrisme, histrionisme, labilité émotionnelle, pauvreté et facticité des affects, érotisation des rapports sociaux, frigidité sexuelle, dépendance affective.

L'histrionisme est le trait qui frappe dès l'abord ; tout est mis en œuvre pour attirer l'attention, plaire et séduire. L'hystérique ne craint rien davantage que de passer inaperçue et, dans son besoin de paraître, utilise les procédés et artifices habituels au monde du spectacle. Afficher un personnage, jouer un rôle, répond pour l'hystérique à une nécessité impérieuse, celle d'éviter une rencontre authentique avec autrui. Derrière les déguisements qui la masquent, à travers la multiplicité des personnages qu'elle emprunte, la personne de l'hystérique ne se laisse pas connaître. C'est parce qu'elle n'a pu se forger une histoire qui lui soit authentiquement personnelle, ni une identité qui lui soit propre que l'hystérique est amenée à vivre par substitution l'existence d'autrui. Rien n'est pire pour l'hystérique que la rupture de cette relation à l'autre de laquelle lui vient le sentiment d'existence : elle est alors renvoyée à une solitude insupportable dont elle cherche à se sortir en s'engageant dans une nouvelle relation aussi totalement et aussi frénétiquement que dans la précédente. Cela explique l'impression de versatilité et d'insincérité qu'elle donne généralement, encore qu'elle proteste de l'authenticité de ses sentiments, et, dans l'instant, elle a raison.

Le comportement de séduction qui caractérise la femme hystérique lui donne une valorisation narcissique permanente tout en lui permettant de se maintenir à distance. Elle affiche une hyperféminité qui lui permet de se cacher à elle-même et de dissimuler à autrui son absence réelle de féminité, son refus profond d'être une femme. Les attitudes de coquetterie, les invites, autant de feintes propres à dérouter « l'adversaire » que la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  HYSTÉRIE  » est également traité dans :

BABINSKI JOSEPH (1857-1932)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 621 mots

Médecin français né à Paris de parents émigrés polonais, connu surtout pour ses travaux sur le système nerveux. Après des études secondaires à l'école polonaise des Batignolles à Paris, Babinski est interne en médecine dans le service de Cornil à l'Hôtel-Dieu (1879), puis chef de clinique de Charcot à la Salpêtrière (1884). Il soutient en 1885 sa thèse de doctorat sur La Sclérose en plaques . Méde […] Lire la suite

BREUER JOSEF (1842-1925)

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 440 mots

Médecin et physiologiste autrichien, qui travailla avec Freud sur la théorie des névroses. Breuer, avant d'entrer en rapport avec le fondateur de la psychanalyse, était déjà un savant établi, jouissant d'une excellente réputation médicale à Vienne. Il s'était intéressé, sous la direction d'Ewald Hering, à la physiologie de la respiration, attachant son nom à la découverte du réflexe d'Hering-Breue […] Lire la suite

CORPS - Le corps et la psychanalyse

  • Écrit par 
  • Monique DAVID-MÉNARD
  •  • 3 959 mots

Dans le chapitre « Le corps hystérique et la pantomime de la jouissance »  : […] La psychanalyse a commencé lorsque Freud repéra dans les consultations d'hystériques de la Salpêtrière, puis dans le transfert, un autre corps. La spécificité de ce corps de plaisir fut conçue d'abord sur le mode du paradoxe comme une hétérogénéité scandaleuse au regard de la clinique médicale, car rebelle à ses constructions. Dans un article rédigé en français après son stage à la Salpêtrière, « […] Lire la suite

DÉFENSE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Odile BOMBARDE
  •  • 1 294 mots

Dans le chapitre « La protection du moi contre la pulsion »  : […] La défense témoigne donc de l'unité du psychisme. En effet, c'est bien lui qui est à l'origine de la tentative d'isolation que constitue la séparation entre la représentation perturbante et l'affect qui lui était originellement lié. Or l'oubli de l'événement traumatique avait été jusqu'alors compris comme un « clivage de conscience », primaire selon Pierre Janet, acquis selon Joseph Breuer. La dé […] Lire la suite

FOLIE

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 4 743 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La thérapeutique de la folie »  : […] En réalité, toute thérapeutique de la folie, et cela jusqu'au xix e siècle, se ramène à trois moments essentiels. Il faut d'abord réveiller le malade, le secouer, l'arracher à lui-même, à quoi s'emploient une foule de techniques plus ou moins brutales. On s'efforce aussi de transposer son délire dans le réel pour en faire éclater l'absurdité ou les contradictions, ou encore pour le corriger de l' […] Lire la suite

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER, 
  • Marthe ROBERT
  •  • 16 134 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La compréhension de l'hystérie »  : […] Ce qui en a décidé n'est pas exactement un changement d'orientation, mais bien plutôt une circonstance matérielle : Freud était alors aux prises avec une situation précaire, parfois bien proche du dénuement, qui le contraignit finalement à abandonner le laboratoire pour la médecine pratique, sans grand espoir de poursuivre ailleurs une recherche désintéressée. S'étant résigné à devenir médecin mal […] Lire la suite

FUGUE, psychologie

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 858 mots

La psychologie désigne sous le nom de fugue une conduite de déambulation, d'errance, de migration, de vagabondage qui éloigne brusquement le sujet de son foyer et de son environnement habituel. Dans les cas pathologiques, l'individu induit à prendre la fuite et à divaguer perd le sentiment de son identité, du lieu où il se trouve, voire de son origine. Le mot a été emprunté à l'italien fuga , moti […] Lire la suite

GANSER SYNDROME DE

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 125 mots

Syndrome psychique caractérisé par des réponses à côté : le sujet répond à la question qu'on lui pose comme si on lui en avait posé une toute différente. Le phénomène décrit, en 1897, par Sigbert Joseph Ganser (1835-1931) peut servir à décrire le discours discordant du schizophrène ; mais il vaut mieux réserver le syndrome portant ce nom à des états crépusculaires avec dépersonnalisation, tels qu' […] Lire la suite

HYPOCONDRIE

  • Écrit par 
  • Michel GOUREVITCH
  •  • 1 293 mots

Dans le chapitre « Hypocondrie névrotique »  : […] Cette tendance banale peut se développer, se faire permanente et tyrannique, et caractériser la « constitution hypocondriaque » : l'intérêt de l'individu se limite plus ou moins à son arbre urinaire, à sa circulation sanguine, à sa colonne vertébrale, au fonctionnement de son tube digestif surtout ; sa vie en est plus ou moins rétrécie. G. Béard a ainsi décrit sous le nom de neurasthénie un group […] Lire la suite

IMAGINAIRE ET IMAGINATION

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 12 540 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fantasme et communication »  : […] De tous les phénomènes sur lesquels porte l'investigation psychanalytique, le fantasme est en effet celui dont il est le plus difficile de procurer la notion, en l'absence d'une expérience directe de la cure dont il est une production spécifique ; représentation intermédiaire entre l'image et l'événement, représentation de chose qui serait en même temps sillage d'un processus, traversant inopiném […] Lire la suite

LIBIDO

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 11 318 mots

Dans le chapitre « Stratification sexuelle et archéologie de la sublimation »  : […] Qu'il s'agisse en l'occurrence d'une mutation profonde de la théorie, Freud en témoigne par le ton d'exaltation teintée d'humour sur lequel il en fait confidence à Fliess, le surlendemain de sa découverte : « Cela advint le 12 novembre 1897, le soleil se trouvait dans l'angle oriental, Mercure et Vénus étaient en conjonction » – l'horoscope de Michel Ange (d'après Vasari), auquel nous renvoie une […] Lire la suite

L'IDIOTIE (J.-Y. Jouannais)

  • Écrit par 
  • Hervé GAUVILLE
  •  • 922 mots

N'est pas idiot qui veut. À partir d'articles publiés dans des revues artistiques (telles qu' art press , dont il fut le rédacteur en chef adjoint de 1991 à 1999), de conférences données dans diverses universités et de réflexions inédites, le critique d'art Jean-Yves Jouannais a composé L'Idiotie (éd. Beaux-Arts Magazine, Paris, 2003), un ouvrage de dix chapitres, eux-mêmes abondamment subdivisés […] Lire la suite

MOI

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT, 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 12 471 mots

Dans le chapitre « L'identification »  : […] C'est en étudiant l' hystérie, on le sait, que Freud a pu discerner les pouvoirs de l'inconscient, en particulier sur le corps. Or l'un des mécanismes les plus marquants de l'hystérie, l'identification, est propre à faire apparaître le lien spécifique entre le moi et le réel extérieur, et à révéler en quoi ce lien est différent de celui que pose la philosophie classique. Une femme hystérique s'id […] Lire la suite

NÉVROSE

  • Écrit par 
  • René DIATKINE
  •  • 4 773 mots

Dans le chapitre « Structures spécifiques des symptômes »  : […] Bien que répondant aux caractères généraux qui viennent d'être décrits, les symptômes des différentes névroses ont une organisation spécifique. La conversion hystérique est caractérisée par la valorisation symbolique d'une partie ou de la totalité du corps (dans la crise névropathique). Elle s'accompagne d'un refoulement massif de tout affect pénible, tout en laissant le sujet dans un état de pro […] Lire la suite

NOSTALGIE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 5 257 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un processus psychologique »  : […] C'est en effet le même terme de nostalgie ( Sehnsucht ) que reprend Freud pour désigner également une aspiration intense issue le plus souvent de satisfactions passées auxquelles le sujet n'a pu totalement renoncer, telles par exemple les satisfactions sexuelles qui sont attachées aux zones érogènes infantiles et que le sujet a dû abandonner au profit de la seule satisfaction génitale. Dans c […] Lire la suite

PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 17 217 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Phases de l'organisation sexuelle et intersubjectivité »  : […] Il convient en effet de distinguer, selon les termes de l' Introduction à la psychanalyse (1916), entre deux sortes de régression : retour aux premiers objets marqués par la libido, et qui sont de nature incestueuse ; retour de toute l'organisation sexuelle à des phases antérieures. Or, souligne Freud, « comme cette dernière régression manque dans l' hystérie et que toute notre conception des név […] Lire la suite

PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 14 034 mots

Dans le chapitre « Principe de contraste et représentation indirecte »  : […] Le « principe de contraste » (1900), où Freud voit la clef d'une organisation binaire des contenus mentaux et où trouvent appui les mécanismes du traitement des contraires dans le rêve, s'exprime déjà sous une forme particulière dans les textes de 1892-1896. Freud utilise alors la notion de « représentation de contraste » ( Kontrastvorstellung ) dans la description de processus relevant aussi bien […] Lire la suite

PSYCHIATRIE COMPARÉE

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 5 771 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Comparaisons nosographiques »  : […] Il est facile d'illustrer par de nombreux exemples la distinction que l'on vient de faire entre comportement et structure, entre trait symptomatique et organisation de la personnalité. On trouve dans les sociétés archaïques un grand nombre de conduites obsessionnelles (telles que les ritualisations phobiques destinées à écarter un danger), alors que les structures névrotiques obsessionnelles sont […] Lire la suite

PSYCHOTHÉRAPIE

  • Écrit par 
  • Daniel WIDLÖCHER
  •  • 5 133 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De Pinel à Freud »  : […] On peut attribuer à Philippe Pinel (1745-1826) l'idée de recourir à la psychothérapie comme à une thérapeutique psychiatrique parmi d'autres. Cet usage est lié chez lui à une perspective philanthropique qui interdit de considérer la maladie mentale sans tenir compte de l'homme malade. Pinel et ses élèves conçoivent la psychothérapie comme une forme d'assistance humaine qui ne préjuge pas de l'ori […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8-20 juillet 1994 • Corée du Nord • Mort du président Kim Il-sung.

des scènes d'hystérie collective. À cette occasion, les représentants de l'État, du parti et de l'armée affirment reconnaître Kim Jong-il comme le successeur de son père à la tête du pays.  [...] Lire la suite

23-31 août 1989 • U.R.S.S. • Manifestations nationalistes dans les Républiques baltes et en Moldavie.

ferme mise en garde contre la montée de l'« hystérie nationaliste » dans les Républiques baltes. Le 27, l'agitation nationaliste s'étend à la République de Moldavie, arrachée à la Roumanie et passée elle aussi sous contrôle soviétique à la suite du pacte Molotov-Ribbentrop d'août 1939. Trois cent [...] Lire la suite

3-6 juin 1989 • Iran • Mort de l'imām Khomeyni.

Le 3, l'imām Khomeyni meurt à l'âge de quatre-vingt-neuf ans. Le 4, l'Assemblée des experts désigne pour lui succéder le président de la République Ali Khamenei, qui obtient rapidement l'appui des principales forces politiques du pays. Le 6, ses obsèques, dans la banlieue de Téhéran, rassemblent des millions de fidèles dont les manifestations d'hystérie troublent les cérémonies à plusieurs reprises.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Thérèse LEMPÉRIÈRE, « HYSTÉRIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hysterie/