CONTINU HYPOTHÈSE DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Ω-logique de Woodin

Abordée depuis 1980, la recherche de solutions pour le fragment H2 est beaucoup plus ardue. Plusieurs candidats au titre de solution ont été isolés à partir des axiomes de forcing, qui sont des extensions du théorème de Baire (un sous-ensemble de ℝ est dit dense si son complémentaire ne contient aucun intervalle ouvert ; le théorème de Baire affirme qu'une intersection d'ouverts denses indexés par les nombres entiers naturels n'est jamais vide). Vers 1995, Woodin a proposé un tel candidat, noté ici MMW, comme « axiome de Martin maximal de Woodin ».

On ne sait pas encore si ZFC+MMW est une solution pour H2, mais la partie manquante s'exprime simplement dans le contexte de la Ω-logique, nouvelle logique introduite en 1999 par Woodin dont le but est, en quelque sorte, de voir net malgré le flou introduit par le forcing.

Une logique formelle met en jeu une notion de prouvabilité et une notion de validité. En Ω-logique, les preuves sont des sous-ensembles particuliers de ℝ, dits universellement Baire, et non, comme en logique usuelle, des suites d'énoncés obéissant à des règles syntaxiques. Le principe reste qu'une Ω-preuve est un certificat garantissant qu'un énoncé a une certaine propriété. Ici, on dit qu'un ensemble universellement Baire A est une Ω-preuve pour ϕ si ϕ est vrai dans tous les modèles dénombrables (M, E) tels que A reste universellement Baire dans toute extension par forcing de (M, E). Si ϕ est prouvable en logique usuelle, alors ϕ est Ω-prouvable, mais la réciproque est fausse.

La validité en Ω-logique est définie en référence au modèle (V, ∈) des vrais ensembles : un énoncé est dit Ω-valide s'il est vrai dans toute extension par forcing de (V, ∈).

La Ω-logique est cohérente : tout énoncé Ω-prouvable est Ω-valide. En revanche, sa complétude, c'est-à-dire la question de savoir si tout énoncé Ω-valide est Ω-prouvable, reste pour le moment une conjecture, simplement appelée la Ω-conjecture. Woodin donne plusieurs arguments étayant la Ω-conjecture. Il montre en particulier qu'elle équivaut à la pos [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Caen et à l'Institut universitaire de France

Classification


Autres références

«  CONTINU HYPOTHÈSE DU  » est également traité dans :

CANTOR GEORG (1845-1918)

  • Écrit par 
  • Hourya BENIS-SINACEUR
  •  • 2 887 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’invention du transfini »  : […] Dans une suite de mémoires publiés de 1878 et à 1891, Cantor généralise à l’infiniment grand la notion de nombre entier fini et construit une arithmétique dont les règles spécifiques diffèrent partiellement de celles des nombres finis. Le premier acte en est l’affirmation fondamentale qu’il y a « après le fini, un transfini […], c’est-à-dire une échelle illimitée de modes déterminés qui par nature […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-cantor/#i_32233

COHEN PAUL JOSEPH (1934-2007)

  • Écrit par 
  • Gabriel SABBAGH
  •  • 154 mots

Mathématicien et logicien américain, Paul Joseph Cohen est né le 2 avril 1934 à Long Branch (New Jersey) et mort le 23 mars 2007 à Stanford (Californie). En 1963, Cohen a découvert une nouvelle construction de modèles, appelée forcing, qui joue désormais un rôle fondamental dans la théorie des ensembles et dans la théorie des modèles ; et il a construit des modèles de la théorie des ensembles (sup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-joseph-cohen/#i_32233

CONTINU & DISCRET

  • Écrit par 
  • Jean-Michel SALANSKIS
  •  • 7 679 mots

Dans le chapitre « Continu et théorie des fondements »  : […] Du double aspect du mystère du continu et du discret, la logique et la théorie des ensembles, en première approche, ne retiennent que celui qui est lié au problème de l'infini en général : le problème du continu y est envisagé comme problème du « nombre transfini » associé à l'objet de l'analyse réelle. On se contentera ici de mentionner le théorème de Lowenheim-Skolem et le résultat de Cohen au s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/continu-et-discret/#i_32233

GÖDEL KURT (1906-1978)

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 2 293 mots

Dans le chapitre « L'œuvre »  : […] Les travaux de Gödel ont été exposés et situés dans leur contexte mathématique et épistémologique (cf. logique mathématique , hilbert , fondements des mathématiques et problèmes de hilbert ). Aussi nous contenterons-nous ici d'un bref aperçu. Le premier grand résultat est celui de la complétud […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kurt-godel/#i_32233

HILBERT DAVID (1862-1943)

  • Écrit par 
  • Rüdiger INHETVEEN, 
  • Jean-Michel KANTOR, 
  • Christian THIEL
  •  • 14 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Problème 1 : hypothèse du continu »  : […] Cantor ayant démontré que le cardinal de l'ensemble des réels R excède celui de l'ensemble des entiers N , la question se pose de savoir si entre ℵ 0 (cardinal de N ) et 2 0 (cardinal de R , dont on voit facilement qu'il égale celui de l'ensemble des parties de N ) il existe un cardinal intermédiaire. Autrement dit, est-il possible qu'un sous-ensemble infini de R ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-hilbert/#i_32233

INFINI, mathématiques

  • Écrit par 
  • Jean Toussaint DESANTI
  •  • 10 364 mots

Dans le chapitre « La puissance d'un ensemble »  : […] La définition du concept de puissance n'offre pas de difficultés pour qui dispose du concept d'application biunivoque. On dira que deux ensembles (et, à l'origine, Cantor raisonne dans le domaine de l'analyse, c'est-à-dire sur des ensembles de points) ont même puissance s'il est possible de définir, des éléments de l'un vers les éléments de l'autre, une application biunivoque. Le concept de puiss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/infini-mathematiques/#i_32233

RÉELS NOMBRES

  • Écrit par 
  • Jean DHOMBRES
  •  • 15 297 mots

Dans le chapitre « Rôle des nombres réels »  : […] Dans la vie quotidienne, l'ensemble R des nombres réels est le modèle auquel se rapporte toute mesure : une mesure par rapport à une unité de mesure choisie se traduit par un nombre réel. Du point de vue mathématique, l'intérêt de l'ensemble des nombres réels est sa richesse, par profusion de structures imbriquées. Depuis la fin du xix e  siècle, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-reels/#i_32233

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick DEHORNOY, « CONTINU HYPOTHÈSE DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypothese-du-continu/