HYPOCONDRIE (histoire du concept)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hypocondrie névrotique et hypocondrie psychotique

Il est classique d'opposer une hypocondrie névrotique et une hypocondrie psychotique. Mais il convient, avant d'en énumérer les principaux aspects, d'insister sur une prédisposition, un « complexe hypocondriaque universel » (H. Ey) et, par conséquent, normal. Chaque fois qu'une perception fortuite, voire une simple idée, rapportée à notre corps, est interprétée comme ayant une signification lésionnelle précise, on est en présence d'un phénomène hypocondriaque. Par exemple, il n'est personne qui, étant accidentellement constipé, n'ait évoqué les fèces, qu'involontairement il retient, avec une inquiétude sous-tendue par un fantasme plus ou moins inconscient d'intoxication stercoraire ; il est arrivé à chacun, en éprouvant une douleur banale, d'imaginer obscurément une altération de ses vertèbres, de son cœur, de son cerveau, etc.

Hypocondrie névrotique

Cette tendance banale peut se développer, se faire permanente et tyrannique, et caractériser la « constitution hypocondriaque » : l'intérêt de l'individu se limite plus ou moins à son arbre urinaire, à sa circulation sanguine, à sa colonne vertébrale, au fonctionnement de son tube digestif surtout ; sa vie en est plus ou moins rétrécie. G. Béard a ainsi décrit sous le nom de neurasthénie un groupement symptomatique bien individualisé, qui a connu une fortune considérable au début du siècle et qui répond à une incontestable réalité clinique. Mais il n'est pas d'organisation névrotique qui ne puisse s'enrichir d'une composante hypocondriaque qu'elle nuance de ses propres couleurs : le phobique peut être nosophobe, c'est-à-dire craindre sans motif une maladie précise (classiquement syphilis, tuberculose ; aujourd'hui cancer, « infarctus » toujours du myocarde) ; le psychasthénique, tourmenté par l'hypocondrie mentale, se demande s'il ne risque pas de devenir fou ; l'obsédé met l'anxiété à distance en instituant des rites antiseptiques et surtout défécatoires pouvant atteindre une incroyable complexité.

Car l'anxiété est un élément essen [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : psychiatre des hôpitaux, chargé de conférences à l'École pratique des hautes études

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel GOUREVITCH, « HYPOCONDRIE (histoire du concept) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypocondrie-histoire-du-concept/